Dernières Infos

Les scientifiques se rapprochent de la compréhension des éruptions « feu de camp » du soleil

Cette image ultraviolette en fausses couleurs du soleil est l'une des nombreuses images prises par la sonde Solar Orbiter de l'Agence spatiale européenne, qui aide les chercheurs à percer le mystère des minuscules éruptions de type « feu de camp », de petites explosions à la surface du soleil. ÉQUIPE EUI/SOLAR ORBITER/ESA ET NASA, CSL, IAS, MPS, WRC/PMOD, ROB, MSSL/UCL

On pense que ce phénomène solaire de faible ampleur est dû à l’annulation magnétique. Les scientifiques commencent à comprendre ce qui provoque de minuscules éruptions sur le soleil, appelées « feux de camp ».

Les feux de camp ont été découverts en 2020, lorsque la sonde Solar Orbiter de l’Agence spatiale européenne a pris des photos rapprochées de notre étoile mère et a repéré de petits scintillements de lumière ultraviolette (SN : 7/16/20). Ces éclairs ressemblent à des explosions plus massives telles que les éruptions solaires et les éjections de masse coronale, mais leur taille n’est que d’un millionième ou d’un milliardième.

En observant 52 feux de camp, le physicien solaire Navdeep Panesar et ses collègues ont suivi ces éclats depuis leur début. L’équipe a remarqué que près de 80 % des feux de camp étaient précédés d’une structure sombre composée de plasma froid, a indiqué Navdeep Panesar le 9 avril lors du sommet triennal Terre-Soleil.

« Lorsque ce plasma froid s’élève, une éclaircie apparaît en-dessous de lui. Cette éclaircie se transforme en feu de camp », explique M. Panesar, du Lockheed Martin Solar and Astrophysics Laboratory à Palo Alto, en Californie.

Une minuscule éruption de feu de camp (flèche blanche) est apparue sur cette image ultraviolette en fausses couleurs d’une partie du soleil prise par la sonde Solar Orbiter de l’Agence spatiale européenne le 30 mai 2020. La Terre est représentée à l’échelle à titre de comparaison.
ÉQUIPE EUI/SOLAR ORBITER/ESA ET NASA, CSL, IAS, MPS, WRC/PMOD, ROB, MSSL/UCL

De telles structures de plasma froid précèdent également les jets coronaux, une autre des explosions récurrentes du soleil. Ces résultats suggèrent que ces structures plasmatiques sont plus courantes qu’on ne le pensait et que de nombreuses éruptions solaires – feux de camp, jets, éruptions et éjections de masse – se produisent de la même manière.

Les éruptions et les éjections de masse se produisent lorsque des champs magnétiques de polarités opposées s’emmêlent et s’annulent, entraînant une puissante libération d’énergie. On pense que les feux de camp sont produits par des mécanismes similaires, bien que les chercheurs n’aient pas encore réussi à les comprendre entièrement.

Comme les feux de camp ont tendance à atteindre une température comprise entre un demi-million et 2,5 millions de degrés Celsius, on pense qu’ils contribuent à chauffer l’atmosphère du soleil, la couronne, dont la température est de l’ordre du million de degrés. Comprendre pourquoi la couronne est tellement plus chaude que la surface du soleil, qui ne fait que 5 500 °C, est un problème de longue date pour les physiciens solaires (SN : 2/27/20).

Cette image ultraviolette en fausses couleurs du soleil est l’une des nombreuses images prises par la sonde Solar Orbiter de l’Agence spatiale européenne, qui aide les chercheurs à percer le mystère des minuscules éruptions de type « feu de camp », de petites explosions à la surface du soleil.
ÉQUIPE EUI/SOLAR ORBITER/ESA ET NASA, CSL, IAS, MPS, WRC/PMOD, ROB, MSSL/UCL

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.sciencenews.org/

(77)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.