Dernières Infos

Une tempête de sable record étouffe Pékin dans un voile de poussières surréalistes

En Mongolie même, six personnes sont mortes des suites de la tempête, alors que 81 autres étaient portées disparues. Photo AFP

Pékin a été envahi dans l’une de ses tempêtes de sable les plus graves depuis plus d’une décennie, qui s’est combinée à la pollution de l’air pour créer une brume toxique et granuleuse qui a transformé le ciel couleur orange et fait disparaître l’horizon.

La tempête de sable a frappé la capitale chinoise lundi 15 mars 2021 après que des vents violents venant de Mongolie apportant cette poussière du désert de Gobi. En Mongolie, 341 personnes sont portées disparues après que la même tempête de sable ait soufflé à travers le pays, selon The Guardian.

Un homme masqué à vélo avec son chien pendant la tempête de sable à Beijing, Chine. (Getty Images)

Aggravant la situation, la pollution de l’air à Pékin a augmenté ces dernières semaines. L’indice de la qualité de l’air (IQA) pour la ville a atteint un maximum de 999 «dangereux», selon le barème de l’indice mondial de la qualité de l’air. Dans un autre contexte, dans le même temps, l’AQI pour New York est de 26.

« C’est la tempête de sable la plus intense que notre pays ait connue en 10 ans, et elle couvre une zone la plus large », a déclaré le Centre météorologique national chinois après avoir émis une alerte météorologique.

Plus de 400 vols à destination et en provenance de Pékin ont été annulés et les autorités ont ordonné aux résidents de rester à l’intérieur, bien que beaucoup se soient aventurés pour capturer des images époustouflantes de la ville alors qu’elle était engloutie dans une épaisse poussière orange.

Rues de Pékin, Chine, 15 mars 2021. (Stringer / Getty Image News)

Un corbeau vole à travers la poussière épaisse au-dessus du palais de la Cité Interdite. (WANG ZHAO / AFP / Getty Images)

Intensité de la tempête de sable
Les tempêtes de sable ne sont pas rares à Pékin et dans le nord de la Chine en raison de leur proximité avec le désert de Gobi.

Au cours des années 1950, la déforestation et l’érosion des sols, en particulier dans le nord, ont alimenté des tempêtes de sable plus fréquentes et plus intenses. Les gens ont abattu les forêts qui se trouvaient autrefois à la frontière avec la Mongolie et offraient un tampon naturel contre le sable.

Cependant, un projet de plantation massive d’arbres a été lancé dans les années 1970 et a contribué à contrer ces dommages. Dans le cadre du programme forestier Three-North Shelter, 87 millions d’acres (5 millions d’hectares) d’arbres seront plantés près de la frontière avec la Mongolie d’ici 2050, selon Bloomberg.

Aussi le nombre de jours pendant lesquelles les tempêtes de sable ont soufflé chaque année sur Pékin est passé de 26 jours dans les années 1950 à seulement trois jours en 2010, selon Bloomberg.

Effets cumulés : Pékin et d’autres villes chinoises sont confrontées à des niveaux effroyables de pollution de l’air en raison de leur dépendance à l’énergie au charbon, de l’augmentation de la population et de l’augmentation du trafic automobile.

Les bâtiments emblématiques de la ville étaient difficilement visibles, à l’image de la Cité interdite ou encore du siège de la télévision nationale, dont le sommet (234 mètres) disparaissait derrière un voile de brouillard. Photo AFP

La pollution atmosphérique est déjà dangereuse pour la santé, mais combinée aux tempêtes de sable, elle peut devenir un problème encore plus grave, selon Bloomberg.

Pendant la tempête de sable actuelle, les niveaux de particules de 10 micromètres ou moins – appelés PM10 – à Pékin ont atteint 8000 microgrammes par mètre cube, plus de 160 fois la limite de sécurité fixée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), selon Sky News.

Si la pollution atmosphérique d’origine humaine continue d’augmenter dans les décennies à venir, les tempêtes de sable pourraient devenir beaucoup plus problématiques pour les habitants des grandes villes chinoises comme Pékin, même si les tempêtes de sable, elles-mêmes, deviennent moins fréquentes.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.sciencealert.com/

(148)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :