Dernières Infos

Les Mammouths et les chevaux anciens ont disparu il y a 6000 ans

Une nouvelle étude s’intéressant à l’ADN recueilli dans le pergélisol révèle que les mammouths et les chevaux anciens d’Amérique du Nord auraient disparu il y a 6000 ans, et non 13 000 ans, comme l’affirmaient des études s’intéressant à de l’ADN retrouvé dans des archives osseuses.

Une équipe de scientifiques de l’Université McMaster et de l’Université de l’Alberta, ainsi que le gouvernement du Yukon et le Musée américain d’histoire naturelle se sont intéressés à de l’ADN provenant d’échantillons de sol de la région du Klondike, au Yukon, pour étudier des milliers d’années d’histoire naturelle.

Juste en récoltant de minuscules particules de terre – dans ce cas, entre 0,5 et 1 gramme, ce qui représente très peu de sédiments -, nous pouvons reconstituer l’ensemble de l’écosystème avec une variété d’animaux qui existaient dans la région, assure Tyler Murchie, chercheur en postdoctorat à l’Université McMaster et auteur principal de l’étude.

L’équipe s’est particulièrement intéressée à la transition entre le pléistocène et l’holocène, une période instable d’il y a environ 11 000 à 14 000 ans, quand de gros animaux comme les mammouths, les mastodontes et les chats à dents de sabre ont disparu.

L’étude, publiée dans la revue Nature Communications, conclut que les populations de mammouths et de chevaux nord-américains connaissaient un fort déclin avant cette période. En revanche, ils n’auraient pas disparu il y a 13 000 ans comme le disaient des archives osseuses étudiées dans le passé, puisque l’ADN démontre qu’ils étaient encore présents il y a 6000 ans.

Pendant la période étudiée, l’environnement du Yukon est passé des riches prairies, connues sous le nom de steppes des mammouths , aux épaisses forêts boréales que l’on connaît aujourd’hui. Selon le chercheur, l’une des théories veut que la disparition des grands animaux de pâturage a porté un grand coup à la vie végétale.

Selon une partie de cette théorie, une grande partie de l’hémisphère nord ressemblait à la savane africaine moderne. Quand beaucoup de grands animaux ont commencé à disparaître, ces types de réseaux écologiques ont commencé à se désagréger, explique-t-il.

Extrait et résumé https://ici.radio-canada.ca/

(705)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :