Qu’est il arrivé au réchauffement climatique ?

Là, c’est la BBC qui le dit, le plus influent des média « croyant »,
et sous la plume de Paul Hudson, ancien prévisionniste au Met Office (l’office de la météorologie Britannique), la Mecque du réchauffisme.

Le titre est de ceux qu’on n’a jamais vu sur la planète BBC news : What happened to global warming ? Qu’est-il arrivé au réchauffement global ?

Bien entendu, il ne faut pas espérer que la conclusion de l’article soit que le CO2 est innocent dans le procès planétaire dont la BBC est un des fervents témoins à charge.

Mais, au moins, les principaux des faits qui jettent un doute sur le dogme – ceux qui sont les plus faciles à appréhender par l’homme de la rue –  sont reconnus :

Les températures ont cessé de monter depuis onze ans maintenant, alors que le CO2 a continué à augmenter, et cela n’a pas été prévu par les modèles climatiques.
Dans les dernières années, les océans ont commencé à refroidir.
L’activité solaire est à la baisse.
L’article donne la parole

Au Professeur Easterbrook : ‘Le mode refoidissement a remplacé le mode réchauffement dans le PDO (Pacific Decadal Oscillation) et cela est presque la garantie de 30 années de refroidissement  »
Au Professeur Mojib  Latif, le climatologue du GIEC qui a, le mois dernier, jeté un froid en pleine grand-messe réchauffiste, en disant qu’on pourrait bien être au seuil de 10 à 20 ans de refroidissement.
Et même àu météorologue Piers Corbyn qui dit que c’est l’activité solaire qui détermine le climat.
En face, les organismes officiels, avec en tête le Met office qui dit que ses modèles prennent en compte tout cela correctement, que le refroidissement observé n’est que très fugitif, et que le réchauffement va reprendre dans les années qui viennent.

L’article termine sur la question de savoir ce qu’on peut attendre du climat dans les prochaines années.

Le Met office qui – se délectant des catastrophes qu’il déclare craindre – prédit qu’entre 2010 et 2015 au moins la moitié des années seront plus chaudes que 1998.

Les sceptiques qui disent qu’il est improbable que la température atteigne le record de 1998 avant 2030 au plus tôt.
Voir la régularité de métronome avec laquelle le Met Office se plante dans ses « prédictions » à moyen terme …. pour aider à choisir son camp !…

Note : étant donné que c’est le  » Met Office  » qui, avec son complice la Nasa Giss, gère les principaux thermomètres, on va assister à une sérieuse foire d’empoigne.

Le Met Office refuse de communiquer les données de base avec lesquelles il calcule la synthèse historique des températures du globe … Il déclare les avoir perdues !…
La Nasa-Giss, revoit régulièrement les données passées, et a commencé à abaisser la température de 1998 (cela pourrait aider le Met Office). Jusqu’à présent, le fait que 1998 ait été très chaude était favorable à l’argument réchauffiste. Maintenant, l’argument se retourne car il devient difficile d’égaler ou dépasser 1998.

source de l’excellent site : http://www.lepost.fr/

(228)

facebook-profile-picture

Author: Admin

Laissez un message