Dernières Infos

De nouvelles images étonnantes montrent la face du soleil comme on ne l’a jamais vue auparavant

Gros plan de la chromosphère du Soleil, montrant des granules individuels, avec la Terre superposée à l'échelle. (NSO/AURA/NSF)

Un nouveau portrait réalisé par le télescope solaire le plus puissant du monde a capturé le visage de notre Soleil dans ses moindres détails.

Au plus près de l’étoile géante, à une résolution de seulement 18 kilomètres, la couche intermédiaire de l’atmosphère du Soleil, connue sous le nom de chromosphère, ressemble presque à un tapis à poils longs.

Une tranche de la chromosphère du Soleil en haute résolution, montrant des jets de plasma en forme de cheveux. (NSO/AURA/NSF)

On peut voir sur l’image ci-dessus des « poils » brillants de plasma ardent qui s’écoulent dans la couronne à partir d’une sorte de structure de pores en forme de nid d’abeille, plus facilement visualisable sur l’image ci-dessous. Ces boursouflures sont connues sous le nom de granules, et chacune a une largeur d’environ 1 600 kilomètres (994 miles).

Chacun de ces portraits a une largeur d’environ 82 500 kilomètres (51 260 miles), ce qui ne représente qu’un pourcentage à un chiffre du diamètre total du Soleil.

Pour mettre en perspective l’énormité de ces images, les astronomes ont placé notre propre planète en haut de l’image pour l’échelle.

Gros plan de la chromosphère du Soleil, montrant des granules individuels, avec la Terre superposée à l’échelle. (NSO/AURA/NSF)

Cette réalisation époustouflante marque le premier anniversaire du télescope solaire Inouye – l’instrument le plus puissant de son genre – et l’aboutissement de 25 années de planification minutieuse.

La chromosphère du Soleil, qui se trouve sous la couronne, est généralement invisible et ne peut être vue que lors d’une éclipse solaire totale, lorsqu’elle crée un cercle rouge autour de l’étoile éteinte. Mais les nouvelles technologies ont changé la donne.

Jamais auparavant nous n’avions regardé d’aussi près la source de lumière de notre système solaire. Le télescope Inouye est capable de voir des éléments dans la chromosphère du Soleil aussi petits que l’île de Manhattan.

L’année dernière, lorsque le télescope presque terminé a diffusé ses premières images, le physicien solaire Jeff Kunh l’a qualifié de « plus grand progrès dans la capacité de l’humanité à étudier le Soleil » depuis l’époque de Galilée.

Aujourd’hui, l’astronome et scientifique du télescope spatial Matt Mountain, président de l’Association des universités pour la recherche en astronomie (AURA), affirme que nous avons coupé le ruban d’une « nouvelle ère de la physique solaire ».

Les connaissances acquises grâce à cette nouvelle perspective aideront les scientifiques à prévoir les tempêtes solaires et à s’y préparer, car elles peuvent envoyer un tsunami de plasma chaud et de magnétisme de la couronne solaire à la Terre, ce qui peut provoquer des pannes de courant et d’Internet pendant des mois.

« Nous remercions en particulier les habitants d’Hawaï pour le privilège de travailler sur ce site remarquable, la National Science Foundation (NSF) et le Congrès américain pour leur soutien constant, ainsi que l’équipe du télescope solaire Inouye, dont beaucoup ont consacré sans relâche plus d’une décennie à ce projet de transformation », a déclaré M. Mountain dans un communiqué récent.

Le télescope solaire Inouye est construit sur le volcan Maui, Haleakalā, qui revêt une importance culturelle et spirituelle pour les autochtones hawaïens. La NSF est fière d’affirmer qu’elle a tenu compte de la contribution des autochtones hawaïens tout au long de la construction du télescope. Pourtant, certains autochtones affirment que l’instrument est toujours ressenti comme un affront par les colonisateurs blancs.

Un autre télescope massif destiné au volcan endormi Maunakea a rencontré beaucoup de résistance de la part des Hawaïens, qui ne veulent pas que leur site sacré soit profané pour les besoins de la science occidentale.

Il est clair que le télescope solaire Inouye est une réalisation scientifique majeure pour les astronomes modernes, mais il a un coût culturel pour une ancienne communauté d’observateurs des étoiles.

Bien avant Galilée, les peuples autochtones du monde entier utilisaient le Soleil, la Lune et les étoiles pour mieux comprendre notre place dans l’Univers.

Le télescope solaire Inouye nous permet d’avoir un aperçu du centre de notre système solaire comme jamais auparavant, mais alors que notre champ d’observation se réduit, nous ne devons pas perdre de vue les astrologues qui nous ont précédés.

Se tenir sur leurs épaules nous rapproche des étoiles.

Adaptation Terra Projects

sources : https://www.sciencealert.com/ / https://nso.edu/

(289)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :