Dernières Infos

Record : La mer méditerranée vers les 30 degrés ce weekend : crainte d’un Médicane

ici Medicane en mars 2018

La température de la mer Méditerranée atteint des records. La température de la mer Méditerranée est en passe d’atteindre les 30°C ce dimanche 24 juillet (comme le 22 juillet dernier) à la bouée au large de la côte orientale de la Corse (Alistro). Soit la température de l’océan Atlantique dans les Caraïbes.

« L’anomalie thermique de la Méditerranée occidentale est exceptionnelle », assure ce dimanche Keraunos, l’Observatoire français des orages et tornades.

https://twitter.com/LBMeteo/status/1551225502878375937?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1551225502878375937%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.lindependant.fr%2F2022%2F07%2F24%2Fcanicule-la-temperature-de-la-mer-mediterranee-devrait-atteindre-les-300c-ce-dimanche-10453640.php

La température de l’eau de mer dépasse parfois les normales de plus de 5°C au large de la Provence.

La température de la mer connaît une hausse exceptionnelle. Keraunos

La température de la mer connaît une hausse exceptionnelle. Keraunos

Cette anomalie est loin de ne concerner que les côtes françaises. En raison d’un printemps et d’une première partie d’été largement dominés par l’anticyclone et les masses d’air surchauffées, l’ensemble du bassin méditerranéen affiche des températures anormalement chaudes. En surface, l’anomalie est souvent comprise entre +4 et +6°C sur de très vastes étendues : la Méditerranée surchauffe en cet été 2022 !

Anomalie de la température de la Méditerranée en surface au vendredi 22 juillet 2022 – via Copernicus

Conséquences : Selon le site météorologique Météo-Paris, les épisodes méditerranéens pourraient s’avérer particulièrement violents ! En effet, ces derniers se forment lorsque de l’air froid en altitude (associé à une dépression) survole les eaux chaudes de la Méditerranée. Ce contraste de masses d’air favorise la formation d’orages pouvant générer des pluies diluviennes et des inondations sur le sud-est de la France.

Les eaux anormalement chaudes de la Méditerranée en cette année 2022 sont susceptibles de renforcer l’intensité de ces épisodes. En effet, plus l’eau de mer est chaude et plus l’air qui la surplombe peut se charger en humidité. Il existe donc un risque de rencontrer des épisodes méditerranéens particulièrement actifs à l’automne. Cependant, rappelons qu’il est nécessaire qu’un contexte dépressionnaire se mette en place pour déclencher un épisode méditerranéen. Si l’anticyclone reste tenace en Méditerranée durant l’automne, il ne se passera rien.

Des vagues de chaleur jusqu’en octobre confirmées également par le porte-parole de l’AEMET l’agence météorologique espagnole, Cayetano Torres . « Il y a une très forte probabilité que ce soit le cas. Les prévisions suggèrent que des températures élevées seront également enregistrées en octobre. »

La crainte des Médicanes

Ainsi, si les températures estivales restent élevées jusqu’à l’automne, les précipitations pourraient être particulièrement intenses cet automne en raison de « cette combinaison de mer qui reste très chaude avec une météo qui commence à se dégrader. Cela va fournir beaucoup d’humidité à l’atmosphère et donc beaucoup de potentiel pour des pluies fortes et des épisodes intenses à l’automne », explique le scientifique.

Ce réchauffement de la Méditerranée pourrait également jouer un rôle dangereux dans l’apparition de tempêtes, et notamment dans la création de « medicanes », contraction de « mediterranean hurricane » (« ouragan méditerranéen »). Il s’agit « de tempêtes extrêmes dont les caractéristiques s’approchent des ouragans ou des cyclones tropicaux », détaille Florian Pantillon qui ajoute : « Une mer chaude va favoriser la formation d’une tempête de ce type ».

Si des dizaines de tempêtes touchent la Méditerranée chaque année, ces medicanes restent beaucoup plus rares. En septembre 2020, la Grèce avait été victime de cette dépression méditerranéenne. Un phénomène qui avait par ailleurs touché la France en novembre 2011, avec des rafales de vent jusqu’à 157 km/h et des précipitations particulièrement intenses sur le littoral du Var et les Alpes-Maritimes.

Un phénomène encore mal connu
Selon les chercheurs, jusqu’en 2015, on recensait un phénomène de ce genre tous les deux à cinq ans. Mais depuis 2016, il tend à s’accélérer. « On pourrait arriver à un medicane chaque année », s’inquiète Florian Pantillon. Mais les chercheurs manquent de recul sur ce genre de tempêtes peu étudiées ces dernières années en raison de leur rareté. D’autant que certaines d’entre elles ne touchent jamais terre et restent cantonnées au large, en mer.

Magnifique enroulement du #médicane au Sud de la Sicile en octobre 2021.

sources : https://www.lindependant.fr/ / https://www.meteo-paris.com/ / https://www.lindependant.fr/ / https://www.tf1info.fr/ / https://www.tf1info.fr/

(636)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :