Dernières Infos

L’hypothèse folle d’un cosmologiste de Harvard

Des planètes habitables ont-elles peuplé l’Univers au tout début de l’expansion cosmique, seulement 15 millions d’années après le big bang ?

Fascinante et iconoclaste, cette hypothèse publiée par le cosmologiste Abraham Loeb interpelle les astrophysiciens. Faut-il revisiter le grand récit de l’Univers ?

 



La lueur tiède du Big bang

Dans un étonnant article soumis en décembre à la revue Astrobiology – cinq pages à peine ! -, le cosmologiste Abraham (Avi) Loeb, professeur au département d’astronomie de Harvard et membre de l’Académie des arts et des sciences américaine, assure que l’Univers aurait connu précocement une « période habitable » de quelques millions d’années.

« Quinze millions d’années après le big bang, la température du rayonnement cosmologique était encore de 30 °C », remarque le chercheur. Émise 380 000 ans après le big bang, lors de la formation des premiers atomes, cette lumière à 3 000 °C n’a cessé de se refroidir sous l’effet de l’expansion cosmique.

Aujourd’hui, elle n’est plus que de - 270 °C (3 K) et aurait bien du mal à réchauffer quoi que ce soit. Mais à cette époque primitive, elle baignait tout l’espace d’une lueur tiède. « Des planètes rocheuses plongées dans ce bain pouvaient posséder de l’eau liquide où qu’elles se trouvent dans l’Univers, même loin de toute étoile », souligne Avi Loeb […]

planete habitable

 

Mais dans un document soumis à la revue  Astrobiology , Le cosmologiste et théorique Avi Loeb fait valoir qu’une certaine forme de vie complexe peut avoir surgi dans le premier milliard d’années de l’existence de notre univers.

Avi Loeb, président du département d’astronomie à l’Université Harvard, dit que certaines fractions des premières populations d’étoiles du cosmos peuvent avoir produit des supernovaes et semées au début de l’univers de grandes quantités de métaux, comme le fer. Ces éléments lourds, notes Loeb, sont cruciales lors de la formation des planètes telluriques comme la nôtre.

Nous pensons que ces premières étoiles ont été 100 fois plus massives que notre soleil et ont probablement eu des durées de vie de combustion d’hydrogène de seulement 3 millions d’années. Pourtant, Loeb dit qu’une population d’étoiles de type II qui se seraient formées dans le voisinage et auraient riche en métal de ces premières étoiles. Cela aurait donné naissance à des planètes semblables à la Terre, une fraction de ce qui peut avoir abrité une vie complexe.

planete habitable

« Ce sont des étoiles « îles » enrichies par des éléments lourds où vous pouvez faire des planètes», a déclaré Loeb. «Mais l’ensemble de l’univers devait être vierge de gaz d’hydrogène ou de gaz à faible métallicité. »

Le fond diffus cosmologique (CMB), relique reste du rayonnement du Big Bang, était à peu près à la température ambiante lorsque l’univers était âgé de seulement 15 millions d’années.

Une planète rocheuse de ces premiers temps, n’aurait pas eu besoin de la chaleur de son étoile. Mais Loeb dit qu’elle pouvait simplement avoir baignée dans le rayonnement de la CMB, qui, dans les premiers 3 millions d’années au moins auraient permis d’avoir de l’eau liquide sur ces planètes et par principe créer la chimie de la vie.

Et si cette perspective n’est pas assez alléchante, Loeb dit qu’en théorie des dizaines de millions d’années après le Big Bang, de populations d’étoiles de type II auraient également eu des disques proto-planétaires riches en métaux capables de former des planètes semblables à la Terre.

« L’image que nous avons du début de l’univers est que le cosmos est en sorte mort, a déclaré Loeb. «Mais c’est tout à fait possible que la vie était partout et nous serions des retardataires. »

Adaptation traduction et adaptation de la Terre du Futur

sources : début d’article de http://www.cieletespace.fr / suite traduction de http://thehigherlearning.com

(386)

Laissez un message