Dernières Infos

Les réchauffements climatiques du passé

Il y a des périodes de l’histoire de la Terre avec une température plus chaude que l’actuelle. Sans remonter à des millions d’années, on peut citer les trois périodes « interglaciaires » qui ont précédé la nôtre (dans les derniers 400 000 ans). La température était de plus de 2°C supérieure à l’actuelle, mais ces périodes n’ont pas duré longtemps (de l’ordre du millier ou de quelques milliers d’années), et on est retombé rapidement dans des périodes glaciaires, qui sont l’état d’équilibre le plus fréquent de la Terre. Plus proche de nous, la sortie du dernier âge glaciaire (il y a environ 10 000 ans) nous a conduit à la période appelée « Holocène » période « chaude » où nous sommes encore actuellement.

Au cours de cette période, la température a probablement dépassé celle du milieu du 20ème siècle à une époque appelée « Optimum Holocène » il y a environ 8000 ans. Cette époque chaude l’était surtout dans les régions Nord de l’Hémisphère Nord, mais n’était pas aussi marquée plus près de l’équateur. Les estimations vont de 0,5°C à 2°C au-dessus de la température du milieu du 20 ème siècle.

Il y a débat actuellement pour savoir si la température actuelle moyenne est plus chaude ou plus froide que celle de cette période. Ces grandes variations de température s’expliquent essentiellement par les variations des paramètres de l’orbite de la Terre autour du Soleil. A l’optimum holocène, l’axe de la Terre était légèrement plus incliné que maintenant, et le moment où la Terre est le plus proche du soleil se situait en été de l’hémisphère Nord (c’est l’inverse actuellement).

Plus près de nous encore, dans les derniers 2000 ans, les variations de température sont restées beaucoup plus faibles à l’échelle globale. La période médiévale relativement chaude observée vers l’an mille étant néanmoins plus froide que l’époque actuelle, puis la température a décru vers un « petit âge glaciaire » sensible surtout au 17ème et 18ème siècle, avant de croître à partir de la fin du 19ème siècle. Ces évolutions sont détaillées dans le dernier rapport du GIECC, dans la partie « les bases physiques du changement climatique » (groupe de travail n°1, notamment dans les chapitres 3 et 6). Ces documents sont accessibles sur le site www.ipcc.ch. la plupart sont en anglais, mais des parties sont disponibles en français, notamment les « résumés pour décideurs ».

Ces différentes variations passées ont été provoquées au départ par une perturbation externe au système climatique qui a modifé l’équilibre énergétique global de la Terre. Pour la plupart des changements climatiques cités ci-dessus, la perturbation était liée à  des variations d’insolation, avec en plus parfois (pour les changements plus anciens) des variations liées à la géophysique interne (par exemple des changements dans la disposition des continents et des océans).  Il existe beaucoup d’autres exemples de changements du climat induits par des perturbations externes. Par exemple le refroidissement induit par l’émission massive d’aérosols lors d’éruptions volcaniques intenses (Crakatoa, Pinatubo). Vis-à-vis de la problématique du changement climatique, ce que ces variations passées illustrent magnifiquement est que le climat change (s’ajuste) lorsqu’une perturbation extérieure lui est appliquée ! (et on remarquera au passage que dans ces cas, « ajustement » ne signifie pas « invariance» du climat!) La réponse du climat à l’augmentation d’origine anthropique des gaz à effet de serre ne constitue qu’un exemple de plus de réponse du climat à une perturbation énergétique extérieure.

discussion ici

Ce graphique montre les différentes périodes « chaudes » depuis 400000 ans. La seule différence sur la dernière période d’il y a 10000 ans, la période chaude perdure… Mais il a déjà fait beaucoup plus chaud, et à chaque période chaude, un refroidissement drastique est constaté.

Image

source : http://blogs.tv5.org/

(1225)

Laissez un message

Laissez un message