Dernières Infos

Les rayons cosmiques semblent refroidir la Terre

Les rayons cosmiques galactiques sont un mélange de photons de haute énergie et de particules subatomiques qui se dirigent vers la Terre sont issus d’explosions de supernova et d’autres événements violents dans le cosmos, tandis que les rayons cosmiques solaires sont effectivement les mêmes, mais la seule source est le Soleil.

Spaceweather.com et les étudiants de Earth to Sky Calculus lancent des ballons pour les rayons cosmiques presque chaque semaine depuis mars 2015. Les résultats publiés par l’équipe révèlent que les rayons cosmiques ont atteint des niveaux records au moment même où l’activité solaire démarrait un nouveau cycle solaire – la corrélation est claire pour tous, avec des données proxy supplémentaires qui révèlent que c’est le cas depuis des temps immémoriaux.

Pendant les minimums solaires – pendant le point le plus bas du cycle solaire de 11 ans – le champ magnétique du Soleil s’affaiblit et la pression du vent solaire vers l’extérieur du système solaire diminue. Cela permet aux rayons cosmiques (CR) de pénétrer plus facilement dans le système solaire interne, y compris l’atmosphère de notre planète :

Rayons cosmiques en corrélation avec les taches solaires.

Les niveaux de rayonnement ont augmenté presque sans interruption depuis le début du programme de surveillance Earth to Sky Calculus, les derniers vols des ballons en décembre 2019 (fig.1) et début 2020 ( f ig.2) enregistrant de nouveaux sommets sans précédent :

(Fig. 1)

(Fig.2) – Les données les plus récentes d’Abisko, en Suède, montrent que l’augmentation ne se limite pas à la stratosphère. Cela se produit également à des altitudes aériennes avec une augmentation sur 3 ans d’environ 12%, même en dessous de 40000 pieds.

S’il s’agit bien d’un grand minimum solaire vers lequel nous nous dirigeons, les rayons cosmiques devraient avoir une tendance « hors des graphiques » – et c’est exactement ce que nous commençons à voir:

Les chercheurs de l’Observatoire géophysique de Sodankyla surveillent les rayons cosmiques depuis 1964.

Lorsque les CR frappent l’atmosphère terrestre, ils produisent un jet de particules secondaires qui pleuvent sur la surface de la Terre (visualisées dans l’image ci-dessous). Parmi ces particules, il y a des neutrons, et les détecteurs – comme ceux d’Oulu – comptent ces neutrons comme une approximation des rayons cosmiques.

Diagramme schématique d’une « pluie » de rayons cosmiques. Ce «jet secondaire» est également ce que mesurent les ballons Earth to Sky Calculus.

Ci-dessous, un autre regard sur la corrélation entre les CR et le Soleil.

Le panneau supérieur montre la croissance et la décroissance naturelles des rayons cosmiques avec le cycle solaire de 11 ans : pendant un maximum solaire, les rayons cosmiques sont faibles; pendant un minimum solaire, ils sont forts.

LES IMPLICATIONS
Les rayons cosmiques sont mauvais – et ils vont s’aggraver – c’est la conclusion d’une étude de 2020 intitulée « Galactic Cosmic Radiation in Interplanetary Space Through a Modern Secular Minimum ».

Le type de rayonnement produit par les rayons cosmiques est le même que celui utilisé dans les appareils médicaux de rayons X et les scanners de sécurité des aéroports. Ce rayonnement a augmenté de plus de 20% dans la stratosphère, selon les données de spaceweather.com .

Les rayons cosmiques pénètrent dans les jets commerciaux, délivrant des doses pour le corps entier égales à une ou plusieurs radiographies dentaires, même sur des vols réguliers à travers les États-Unis.

Les rayons cosmiques représentent un danger encore plus grand pour les astronautes, comme on peut s’y attendre. Ils peuvent également modifier l’électrochimie de la haute atmosphère terrestre, provoquant des éclairs.

«Au cours du prochain cycle solaire, nous pourrions voir les débits de dose des rayons cosmiques augmenter jusqu’à 75%», déclare l’auteur principal Fatemeh Rahmanifard du Space Science Center de l’Université du New Hampshire. «Cela limitera le temps pendant lequel les astronautes pourront travailler en toute sécurité dans l’espace interplanétaire.»

Cependant, bien plus crucial que de limiter les joies de l’espace – et les fantasmes de colonisation de Mars – les rayons cosmiques frappant l’atmosphère terrestre se sont avérés ensemencer les nuages ( Svensmark et al ). La couverture nuageuse joue le rôle le plus important dans le changement climatique à court terme de notre planète: «Les nuages ​​sont le pare-soleil de la Terre», écrit le Dr Roy Spencer, «et si la couverture nuageuse change pour une raison quelconque, il y a un réchauffement climatique – ou un refroidissement global.»

Et si un renversement des courants océaniques, une réduction du TSI, une augmentation de l’albédo glace / neige ou une éruption volcanique VEI 6+ sont tous capables de réduire la température terrestre de la Terre, tout ce qui est réellement nécessaire est une augmentation des rayons cosmiques (vérifié) menant à une augmentation de la couverture nuageuse (vérifié par Cloud).

Pour conclure, le résultat du minimum solaire historiquement faible du cycle 24 – le Soleil le plus profond des 100 dernières années (NASA) – combiné avec le déclin supplémentaire du soleil prévu pour les cycles 25 et 26 (et au-delà) pourrait provoquer un refroidissement inéluctable de la planète – et nous en voyons déjà le début: selon les satellites, la température moyenne mondiale vient de chuter en dessous de la ligne de base des 30 ans.

L’anomalie de la température troposphérique inférieure (LT) moyenne mondiale de la version 6.0 pour mars 2021 est de -0,01 degrés celcius en dessous de la base de référence sur 30 ans, en baisse par rapport à la valeur de février 2021 de +0.20 deg. C, et en baisse substantielle (environ 0,6 ° C deg. C) par rapport à ce que nous étions il y a environ un an.

Une poursuite de cette plongée à la baisse est très probable au cours des prochains mois car la faible activité solaire et les conditions de La Nina persistent.

Selon les 15 satellites NASA / NOAA AMSU qui mesurent chaque cm carré de la basse troposphère (où nous les humains résidons), la planète Terre était en fait plus chaude en 1983.

En bout de ligne, le Grand minium solaire s’intensifie – et rapidement.

Les taches solaires (un excellent baromètre de l’activité solaire) sont restées clairsemées en 2021, même au moment où le prochain cycle solaire 25 avait démarré.

Le minimum solaire du cycle 24 a commencé à chuter à la fin de 2017 et a continué à s’orienter dans le minimum le plus profond des 100 dernières années – et il se montre toujours réticent à relâcher son emprise :

Le prochain cycle solaire N°25 a démarré cependant, il est prévu d’être égale au 24 voire le plus faible des dernières 200 années par la NASA, ce qui nous ramènerait au niveau du minimum de Dalton.

Tout ceci reste à suivre dans un contexte où les observations seront primordiales pour déterminer l’impact réel des rayons cosmiques à une époque où on parle de changement climatique.

Adaptation Terra Projects

Sources : https://electroverse.net/ / https://electroverse.net/

(707)

Laissez un message

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :