Un monde d’implants cérébraux

Vous pensez que la télépathie est l’apanage des films de science-fiction ? Détrompez-vous. Neuralink, la startup de neurotechnologie d’Elon Musk, a révélé ce mardi son nouveau projet pour passer à la vitesse supérieure dans le domaine de l’intelligence artificielle. Elle s’apprête à faire des tests sur des êtres humains afin de fusionner leur activité cérébrale avec une intelligence artificielle (IA), et peut-être soigner des lésions cérébrales.

L’entreprise a détaillé pour la première fois, lors d’une conférence de presse diffusée en direct sur Youtube, le fonctionnement de son prototype d’interface se branchant directement sur le cerveau. Il devrait prendre, à terme, la forme d’un petit boîtier connecté sans fil directement au cerveau.

La startup mystérieuse d’Elon Musk a été mise au jour en 2017, mais les projets de Neuralink n’étaient pas connus du grand public avant l’annonce de mardi dernier. Le chef d’entreprise a déclaré : « À terme, nous pouvons créer une interface complète cerveau-machine. Cela représente un progrès extrêmement important à l’échelle de notre civilisation. Grâce à une interface cerveau-machine haut de gamme, des possibilités pour fusionner avec une IA s’offrent à nous ».

L’une des possibilités offertes par ces technologies et discutées pendant la conférence Neuralink qui s’est déroulée à San Francisco : la possibilité, pour des personnes paralysées, auxquelles on aurait réussi à implanter ce dispositif en creusant des trous dans leur crâne, de pouvoir contrôler par la pensée leur smartphone ou leur ordinateur. A terme, Neuralink espère que des millions de personnes pourront disposer d’un cerveau augmenté, selon un article de Bloomberg, qui reprend l’une des déclarations d’Elon Musk lors de la conférence : « au bout du compte, nous parviendrons à une symbiose entre le cerveau et l’intelligence artificielle. »

« Tout ceci est pour la bonne cause, qui est de guérir des maladies graves et de garantir l’avenir de l’humanité en tant que civilisation par rapport à l’intelligence artificielle, a exposé le milliardaire, qui a répété ses craintes de voir l’humain asservi par l’IA. Le but est de créer une interface totale entre le cerveau et la machine. Arriver à une symbiose avec l’intelligence artificielle. »

L’interface dévoilée par l’entreprise prend la forme d’une puce dotée de fils de quelques micromètres d’épaisseur qui traversent le crane pour s’implanter dans le cerveau. Cet implant sera posé par une machine, à la vitesse de 6 fils par minute. Quatre capteurs couvriront les zones motrices du cerveau, un supplémentaire sera positionné sur l’aire sensorielle.

Pour l’instant testé sur des rats et des singes, cet implant permettra, à terme, de contrôler son smartphone, ou un bras robotique, par la pensée. Si l’entrepreneur espère que la pose de l’implant deviendra aussi banale qu’une opération oculaire au laser, il reconnait que cela prendra du temps.

« Ce n’est pas comme si Neuralink allait soudainement disposer de cette incroyable dentelle neuronale qui va prendre le contrôle du cerveau des gens, a tempéré Elon Musk. Il faudra beaucoup de temps, et cela se fera petit à petit ».

Adaptation La Terre du Futur

extraits et sources : https://www.forbes.fr/ / https://www.lemonde.fr / https://www.usinenouvelle.com

(251)

facebook-profile-picture

Author: Admin

Laissez un message