Dernières Infos

La «nature» inclut-elle l’homme ? La réponse pourrait vous surprendre

Que signifie pour vous le mot « nature » ? Vous évoque-t-il des lieux sauvages, loin de toute agitation humaine, ou englobe-t-il aussi les êtres humains ?

Le sens du mot « nature » a évolué depuis sa première utilisation au XVe siècle.

Une nouvelle campagne, intitulée « We Are Nature », vise à persuader les dictionnaires d’inclure les êtres humains dans leur définition de la nature.

Cette campagne, fruit d’une collaboration entre un groupe d’avocats et une société de design, comprend une pétition et une lettre publique, ainsi qu’une collection de définitions alternatives fournies par divers penseurs et auteurs. Voici la définition de la nature :

  • Le monde vivant comprend l’ensemble des organismes et des interactions entre eux. Ces organismes comprennent les bactéries, les champignons, les plantes et les animaux (y compris les êtres humains). Certaines définitions peuvent également inclure des entités non vivantes faisant partie de la nature – telles que les montagnes, les chutes d’eau et les formations nuageuses – en considération du rôle important qu’elles jouent dans le réseau de la vie.

Dérivé du latin natura, qui signifie littéralement « naissance », le terme « nature » désignait autrefois uniquement les qualités innées ou la disposition essentielle d’une chose. Mais au fil du temps, elle a également commencé à décrire quelque chose d’« autre » ou de distinct des humains. Par exemple, l’Oxford English Dictionary (OED) définit la nature comme suit :

  • Les phénomènes du monde physique dans son ensemble, en particulier les plantes, les animaux et les autres caractéristiques et produits de la Terre elle-même, par opposition à l’homme et à ses créations.

Mais comment en est-on arrivé à une telle définition, qui repose sur le fait que nous sommes à la marge du monde naturel et que nous n’en faisons pas partie ? Depuis le XVIIe siècle, une vision rationaliste du monde, portée par des philosophes tels que René Descartes, a de plus en plus envisagé les choses d’un point de vue mécanique, comparant le fonctionnement de l’univers à celui d’une grande machine. Plutôt qu’un quelconque esprit divin habitant le monde naturel, cette perspective mettait l’accent sur la séparation entre l’esprit humain et la matière physique.

Tout ce qui n’est pas humain tombe dans cette dernière catégorie et est assimilé à un mécanisme d’horlogerie. Mais il s’est avéré depuis que cette vision conduisait à la cruauté envers les animaux, et de nombreux organismes environnementaux, dont l’Agence européenne pour l’environnement, estiment que ce décalage accélère le déclin de la nature.

Est-il acceptable de modifier les mots d’un dictionnaire par le biais du lobbying ? Il y a ici deux lignes de pensée. L’un pourrait répondre par l’affirmative si les preuves scientifiques suggèrent que la distinction entre la nature et l’homme est illusoire – ce que j’ai soutenu en me basant sur des découvertes en biologie, en écologie et en neurosciences.

La définition d’un dictionnaire représente l’image que la société se fait du monde naturel. Celle-ci influence à son tour notre perception de la place que nous y occupons et les mesures que nous prenons pour protéger la nature. Les mots que nous utilisons ont donc un impact sur le monde réel : ils encadrent notre façon de penser et déterminent nos sentiments et nos actions. Le linguiste George Lakoff a affirmé qu’ils structurent en fin de compte notre société.

Mes enfants grandissent dans un monde où les humains se sentent déconnectés de la nature – le Royaume-Uni se classe d’ailleurs parmi les pays les plus déconnectés. Les recherches montrent que cela conduit les gens à adopter moins de comportements environnementaux positifs, tels que la réduction de leur empreinte carbone, le recyclage ou le travail bénévole de conservation.

À l’inverse, lorsque les gens ont le sentiment d’être imbriqués dans la nature, non seulement ils adoptent un comportement plus écologique, mais ils ont aussi tendance à être plus heureux. Je tiens donc absolument à ce que mes enfants grandissent en ayant le sentiment de faire partie de la nature.

Il y a des mots que je recommande d’utiliser moins souvent. Je n’aime pas l’expression « capital naturel », qui désigne la nature comme un bien qui peut être marchandisé et vendu. Ces mots ont leur place chez les professionnels de l’environnement et de la politique, mais ils peuvent aussi créer une distanciation psychologique et nous amener à nous désintéresser du monde naturel.

Une agence de communication axée sur le développement durable a constaté que le meilleur moyen de motiver les gens à protéger la nature est de leur transmettre des messages fondés sur l’admiration et l’émerveillement, plutôt que sur la valeur économique de la nature. Des études scientifiques le confirment.

Les dangers du contrôle du langage
Mais je suis partagé. Un autre courant de pensée suggère qu’il n’est pas acceptable de changer le sens des mots par le biais du lobbying, et que les dictionnaires devraient refléter la façon dont les mots sont utilisés – l’OED est de cet avis.

Les romans dystopiques, dont Nineteen Eighty-Four de George Orwell, soulignent les dangers d’un monde où le contrôle de la langue permet de contrôler la population. Le fait que les dictionnaires cèdent à la pression des groupes de pression semble créer un dangereux précédent.

En ce qui concerne le sens de la nature, si un mot est trop large, il peut perdre son utilité dans la communication, tout comme un couteau émoussé est un mauvais outil pour découper des aliments. Les personnes souhaitant exprimer le monde naturel peuvent simplement utiliser d’autres mots, tels que « environnement ». Ce mot est dérivé du français « environs », qui décrit explicitement ce qui nous entoure.

L’environnement a déjà remplacé la nature dans notre lexique moderne. Cela peut refléter un changement cognitif subtil qui consiste à considérer de plus en plus les êtres humains comme des entités distinctes, séparées du monde naturel.

Analyse de la fréquence d’utilisation des mots dans la littérature de 1800 à nos jours. (Figure provenant de Google ‘Ngram’, CC BY-ND)

Mais la campagne « We Are Nature » ne se contente pas de faire pression sur l’OED sur la base d’un usage privilégié de la langue. Les organisateurs ont rassemblé de nombreuses utilisations historiques du mot « nature » de 1850 à nos jours, dont certaines incluent les êtres humains dans la signification, et ont présenté ces preuves au dictionnaire. En avril 2024, l’OED a donc supprimé l’étiquette « obsolète » d’une définition secondaire et plus large de la nature comprenant « l’ensemble du monde naturel, y compris les êtres humains ».

Mais pour modifier la définition primaire de la nature, de « par opposition aux humains » à « y compris les humains », il faudra que davantage de personnes utilisent le mot d’une manière qui reflète la façon dont les humains sont imbriqués dans l’ensemble du réseau de la vie.

Ce qui est formidable, c’est qu’en faisant cela, nous ravivons les liens de compassion à l’égard du monde vivant qui nous entoure. Et en dissipant l’illusion de notre séparation d’avec la nature, nous pouvons également espérer vivre une vie plus heureuse. Les mots ont de l’importance – il y a de la réhabilitation et de la joie à parler de la façon dont nous sommes la nature.
The Conversation
Tom Oliver, professeur d’écologie appliquée, université de Reading

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.sciencealert.com/

(99)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.