Dernières Infos

La crise de salinité Messinienne, quand la méditerranée fut à sec

La Méditerranée lorsqu'elle a atteint le pic de dessiccation. (Il s'agit d'une très grande déshydratation de la méditerranée)

La crise de salinité messinienne est un événement géologique au cours duquel la Méditerranée s’est presque entièrement asséchée, devenant un immense lac salé.

Quand est ce que la crise de salinité est survenue ?

La crise de salinité s’est produite à l’époque messinienne, il y a environ 6 millions d’années (5,6 millions d’années pour être précis).

Pourquoi la crise de salinité s’est produite
Plusieurs théories ont été développées sur les causes de la crise de salinité messinienne.

La première théorie était basée sur la tectonique des plaques : le mouvement des plaques africaine, arabe et eurasienne a conduit à l’isolement de la Méditerranée.

Plus tard, d’autres chercheurs ont proposé une nouvelle hypothèse, selon laquelle la fermeture du détroit de Gibraltar était due à l’abaissement du niveau de la mer suite à la montée de la calotte glaciaire de l’Antarctique.

Une autre théorie explique cet événement comme étant l’effet d’une combinaison de mouvements tectoniques et de la montée des glaces. Cependant, jusqu’à présent, aucune de ces hypothèses n’avait été étayée.

Une étude publiée en 2015 dans la revue Nature (https://www.nature.com/articles/ncomms9765), proposée par une équipe internationale de chercheurs dont Fabio Florindo de l’Institut national de géophysique et de volcanologie (INGV), a fourni une nouvelle théorie convaincante.

Cette étude fournit la première preuve géologique du lien entre l’expansion de la glace antarctique et la crise messinienne, grâce à l’étude de 60 carottes de sédiments prélevées lors de différentes campagnes de forage autour de l’Antarctique.

En outre, un modèle informatique a été utilisé pour simuler la croissance de la calotte glaciaire de l’Antarctique, afin de voir quel impact cette croissance pourrait avoir, en plus de la baisse du niveau des mers.

La simulation a donné des résultats intéressants, notamment le fait que, lorsque la Méditerranée s’est évaporée, la croûte autour du détroit de Gibraltar a commencé à s’élever, en raison de l’absence du poids de l’eau sus-jacente. Cette situation a duré jusqu’à ce que la croûte commence à se détendre et que la calotte glaciaire de l’Antarctique fonde.

La Méditerranée lorsqu’elle a atteint le pic de dessiccation. (Il s’agit d’une très grande déshydratation de la méditerranée)

Évaporation de la Méditerranée : les preuves géologiques

En 1961, une campagne géophysique d’investigation du fond de la mer Méditerranée a révélé l’existence d’une couche sismique hautement réfléchissante et latéralement continue, soulignant une structure géologique à une profondeur de 100 à 200 mètres sous le fond de la mer.

Cette couche, appelée réflecteur M, suit de près la morphologie du fond marin actuel, présente des caractéristiques uniformes et des vitesses d’ondes sismiques élevées.

Après une décennie, le forage effectué par le Glomar Challenger (un navire océanographique) lors de la 13ème campagne du projet DSDP (Deep Sea Drilling Program) a révélé la nature du réflecteur M : il s’agit d’une couche de sédiments évaporitiques (gypse et sel gemme) pouvant atteindre 3 km d’épaisseur.

Le Glomar Challenger, un navire utilisé pour l’exploration des océans et les études de géologie marine.

Quand la Méditerranée s’est-elle remplie à nouveau ?

Le détroit de Gibraltar s’est rouvert au début du Pliocène, les eaux de l’Atlantique ont inondé en grandes quantités par un canal relativement étroit : cela a pu générer des chutes d’eau d’une hauteur et d’une puissance supérieures à toutes les chutes d’eau actuelles.

Ce phénomène, appelé le « déluge zancelien », a duré relativement peu de temps (quelques centaines à un millier d’années). En fait, les preuves géologiques (par exemple, la formation de Trubi), indiquent la présence de sédiments marins profonds avec des microfossiles, qui vivaient à une grande profondeur, immédiatement au-dessus des dépôts messiniens.

L’ouverture du détroit de Gibraltar aurait dû se produire très rapidement (en termes géologiques) et le remplissage de la Méditerranée a eu lieu en une centaine d’années.

La mine de Realmonte, preuve de la crise messinienne

Les dépôts de sel gemme formés pendant la crise messinienne sont visibles dans la mine de Realmonte, dans la province d’Agrigente.

Cette mine est également connue parce qu’il y a une cathédrale de sel où chaque année, le 4 décembre, une messe est célébrée pour la fête de Sainte-Barbe (la patronne des géologues).

Détail de la mine Realmonte

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.intrageo.it/

(16599)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :