Dernières Infos

Il pleut dans tout le système solaire, à quoi ressemble cette pluie ?

Simulation Pluie sur Titan - Pixabay License

À quoi ressembleraient les gouttes de pluie sur d’autres mondes? Les précipitations sont beaucoup plus répandues dans tout le système solaire qu’on ne le pense généralement. De toute évidence, il pleut de l’eau sur Terre, mais il neige du dioxyde de carbone sur Mars, il pleut du méthane sur Titan, de l’acide sulfurique sur Vénus et pourrait potentiellement pleuvoir des diamants sur Neptune. Le type de matériau tombant du ciel est presque aussi varié que les planètes elles-mêmes. Une nouvelle recherche d’une équipe dirigée par Kaitlyn Loftus à Harvard a révélé une similitude de la pluie pour tous les matériaux liquides dans tout le système solaire – toutes les gouttes, quel que soit le matériau, ont à peu près la même taille.

Il y a deux causes principales à cela: les petites gouttes de pluie s’évaporent tandis que les grosses gouttes de pluie se séparent en plus petites. Pour déterminer quels pourraient être ces niveaux, les scientifiques ont examiné la taille des gouttelettes sur des planètes similaires à la Terre, telles que Mars ou Vénus.

Les exoplanètes en dehors de notre système solaire peuvent aussi avoir de la pluie.
Le résultat de ces modèles a montré, comme on pouvait s’y attendre, des gouttes d’un rayon inférieur à 1/10 de millimètre s’évaporant avant de toucher le sol. Des gouttes plus grosses avec un rayon de plus de quelques millimètres, par contre, se diviseraient en gouttes plus proches de la taille moyenne.

Même les plus grosses planètes, il n’y a pas de différence de taille exagérée. La pluie sur Jupiter ou Saturne aurait une taille et une forme similaires à celles de la Terre ou de Mars. De même, le matériau dont est constituée la goutte de pluie n’a pas eu un impact particulièrement important sur la taille des gouttes. Par exemple, sur Titan, il pleut du méthane. L’étude a révélé que la plus grande de ces gouttes de méthane ne représenterait qu’environ deux fois la taille de la goutte moyenne sur Terre, malgré la gravité et d’une météo radicalement différente de Titan.

Graphique illustrant le cycle de pluie sur Jupiter impliquant des grêlons à l’ammoniac.
Crédit: NASA / JPL – Caltech / SwRI / CNRS

On ne sait pas encore pourquoi et exactement cette uniformité existe. Bien que l’équipe pense que cela a à voir avec la densité et la tension superficielle du matériau. Comprendre cette relation n’est pas le seul résultat bénéfique d’une étude plus approfondie dans ce domaine. Comprendre comment les gouttes de pluie se forment sur d’autres planètes pourrait aider les exoplanétologues à comprendre l’atmosphère des exoplanètes. Ceci va devenir un sujet très pertinent avec le lancement de satellites d’observation d’exoplanètes beaucoup plus puissants dans un proche avenir.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.universetoday.com/

(195)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :