Dernières Infos

Des artefacts d’une civilisation disparue découverts en Mer du Nord

Le Dr Martin Bates, géoarchéologue à l’Université du Pays de Galles Trinity Saint David, a travaillé avec une équipe de chercheurs sur une expédition de 11 jours en mer du Nord en mai 2019. L’expédition de scientifiques européens de Belgique et de Grande-Bretagne – y compris le Dr Martin Bates de l’UWTSD – a été entreprise pour explorer trois sites d’intérêt géologique et archéologique potentiels dans le sud de la mer du Nord. Cette zone est également appelée Doggerland. 

Grâce aux découvertes fortuites des pêcheurs sur plusieurs décennies, on soupçonne depuis longtemps que le sud de la mer du Nord cache un vaste paysage qui abritait autrefois des milliers de personnes. Au cours des deux dernières années, l’équipe britannique a recréé le paysage englouti à l’aide des données fournies par les sociétés pétrolières et gazières, les développeurs de parcs éoliens et le charbon board. Le paysage modélisé contient des zones avec une probabilité plus élevée d’activité humaine passée, des endroits où des preuves de ces activités pourraient être plus susceptibles d’être trouvées.

Basé sur le campus de Lampeter de l’Université, le géoarchéologue Dr Martin Bates se concentre sur les sols et les sédiments des sites archéologiques et la géoscience des paysages submergés.

«Il s’agit d’un projet très excitant», explique le Dr Bates. «Ici, à Lampeter, notre travail consiste à examiner tous les carottes qui ont été forées dans les fonds marins et à reconstruire la géologie de l’environnement en évolution au cours des 100 000 dernières années. À partir de ces informations, nous pouvons identifier les endroits probables sur ou sous le fond marin qui pourraient avoir des preuves d’activité par nos ancêtres vivant dans ce paysage maintenant perdu. »

La prospection de ce paysage noyé à la recherche de preuves de personnes est une activité difficile, car la mer du Nord n’est pas seulement l’une des voies maritimes les plus fréquentées au monde, mais la météo la rend souvent inhospitalière. De plus, plusieurs services publics traversent la zone et la visibilité sous l’eau est souvent limitée. Dans ces conditions difficiles, les chercheurs du navire belge RV Belgica ont utilisé des techniques acoustiques et un échantillonnage physique des fonds marins pour étudier trois des zones cibles à fort potentiel. L’équipe a utilisé à la fois des techniques géophysiques traditionnelles et une nouvelle technique innovante avec un sonar paramétrique. Cela a permis d’obtenir des images de la plus haute résolution des dépôts sous le fond marin. Bien que l’enquête ait été fortement affectée par le mauvais temps, la confirmation de la présence d’une surface terrestre bien préservée de l’Holocène récent a été effectuée près du banc Brown (zone C sur la figure 2) où plusieurs grands échantillons de tourbe et de bois ancien ont été récupérés. Ces preuves suggèrent fortement qu’une forêt préhistorique se trouvait autrefois dans cette zone.

Figure 2 Itinéraire du RV Belgica montrant les zones d’étude détaillées (Données cartographiques © 2019 Google et VLIZ / Europe’s L ost Frontiers).

L’enquête sur la zone B a ciblé un grand réseau fluvial identifié dans le paysage. Cette zone était concentrée sur une zone où la rivière est entrée dans une mer ancienne et était soupçonnée d’être un endroit où les preuves d’activité humaine étaient plus susceptibles d’être préservées. L’enquête a enregistré non seulement des restes de tourbe, mais aussi des nodules de silex qui peuvent provenir d’affleurements de craie sous-marins près de l’ancienne rivière et de la côte. Ces résultats sont étayés par les résultats des vibrocores acquis dans la région pour le projet Lost Frontiers en Europe.

Une étude plus approfondie a également révélé les premiers artefacts archéologiques de la zone d’étude (figures 3 et 4). L’un était un petit morceau de silex qui était probablement le déchet de la fabrication d’outils en pierre. Le second était une pièce plus grande, brisée du bord d’un marteau en pierre, un artefact utilisé pour fabriquer une variété d’autres outils en silex. En plus d’être une preuve de la production d’outils en silex, le fragment de marteau dérivé d’un gros nodule de silex battu aurait déjà fait partie d’une trousse d’outils personnelle. Des recherches sont toujours en cours sur cet artefact et son contexte dans le paysage.

Figure 3. La rivière Southern montrant une image de la vallée (A) et des lignes de levé sismique sur la vallée (B) (© Europe’s Lost Frontiers / VLIZ)

Figure 4 Objets en pierre de la région de l’estuaire de la rivière Southern. En bas à gauche se trouve un petit fragment de débitage en silex. Les photographies et les images numérisées en 3D sont d’un plus gros fragment de silex, probablement utilisé comme pierre de marteau (photographies et données de numérisation 3D par Tom Sparrow, Visualizing Heritage. University of Bradford)

Le matériel récupéré suggère que l’expédition a révélé un paysage préhistorique bien préservé qui, sur la base d’une inspection préliminaire du matériau, devait contenir un bois préhistorique. La récupération d’objets en pierre démontre non seulement que ces paysages étaient habités mais aussi que les archéologues peuvent, pour la première fois, rechercher des preuves d’occupation humaine dans les eaux plus profondes de la mer du Nord avec une certaine certitude de succès. Les travaux vont maintenant se poursuivre pour affiner nos connaissances du contexte plus large de ces découvertes et planifier de nouvelles expéditions pour explorer ces paysages préhistoriques cachés.

L’expédition de mai 2019 dirigée par le Dr Tine Missiaen du Flanders Marine Institute (VLIZ) implique une équipe internationale de scientifiques de Belgique (Université de Gand, VLIZ) et du Royaume-Uni (Université de Bradford). Le voyage à bord du navire de recherche belge «RV Belgica» se déroule dans le cadre du projet de recherche collaboratif belgo-britannique-néerlandais « Deep History: Revealing the palaeo-landscape of the south North Sea » qui vise à reconstruire l’histoire du Quaternaire (couvrant approximativement 500 000 dernières années) et l’occupation humaine de la zone élargie du banc Brown.

Adaptation Terra Projects

source : https://www.uwtsd.ac.uk/

(1103)

Laissez un message

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Aidez nous à rester en ligne – Help us keep the lights on

La publicité nous aide à raconter les histoires d’hier, d’aujourd’hui et de demain. 

Soutenez-nous en désactivant votre adblocker sur notre site.

__________________

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Advertising help us tell the stories of yesterday, today, and future.

Support us by disabling your adblocker on our site.

Mettez en Pause AdBlocker sur Terra Projects – Disable AdBlocker on Terra Projects

(1103)

Laissez un message

.fb-comments,.fb-comments span,.fb-comments span iframe[style]{min-width:100%!important;width:100%!important}
!function(e,n,t){var o,c=e.getElementsByTagName(n)[0];e.getElementById(t)||(o=e.createElement(n),o.id=t,o.src="//connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v3.2",c.parentNode.insertBefore(o,c))}(document,"script","facebook-jssdk");

WordPress:

%d blogueurs aiment cette page :