Dernières Infos

Appauvrissement de la population et du monde

Plus de 3 milliards de personnes (la moitié de la population mondiale) vivent avec moins de 2 dollars par jour.

Voici des chiffres qui vont vous faire tournoyer la tête dans un monde qui semble quitter le réel… Ici vous êtes les bienvenues dans au delà du réel, dans la réalité !

Mondialisation : Le bateau coule…

Il ne peut y avoir de croissance infinie dans un monde fini.

Les 3 hommes les plus riches du monde ont une fortune égale au revenu des 600 millions les plus pauvres.

Les 200 personnes les plus riches ont une fortune équivalente à la somme des revenus des 45% les plus pauvres.

La fortune des trois personnes les plus riches du monde dépasse le produit national brut (PNB) cumulé de tous les pays moins avancés et de leurs 600 millions d’habitants.

Nous sommes 6 milliards d’habitants depuis 1999. La croissance démographique est extrêmement rapide. La population a doublé depuis les années 60. Nous étions 5 milliards au début des années 80. L’augmentation de la population devrait se stabiliser en l’an 2200 alors que nous serons 11 milliards.

Il ne sera cependant pas possible de gérer autant de monde avec les méthodes de développement économique actuelles.

A l’échelle mondiale, les 20% d’êtres humains vivant dans les pays les plus riches se partagent 86% de la consommation privée totale.

A l’opposé, les 20% vivant dans les pays les plus pauvres se partagent 1,3% de cette consommation privée.

Les 20% d’habitants des pays les plus riches se partagent 45% de la consommation de viande et de poisson, 58% de l’énergie mondiale, 87% des véhicules roulant dans le monde, 84% du papier utilisé. Ils disposent également de 74% des lignes téléphoniques et émettent 53% des dioxydes de carbone.

20 % de la population des pays dans lesquels le revenu par habitant est le plus élevé contrôlent 86% du PNB mondial, 80 % des marchés d’exportation et 74 % des lignes téléphoniques

Les 20% d’habitants des pays les plus pauvres se partagent 5% de la viande et du poisson, 4% de l’énergie mondiale, 1,1% du papier, 1,5% des lignes téléphoniques, 1% des véhicules.

La consommation mondiale de bois est aujourd’hui supérieure de 40% à son niveau d’il y a vingt-cinq ans. Depuis vingt ans, l’Amérique latine et les Caraïbes ont perdu 7 millions d’hectares de forêts tropicales, l’Asie et l’Afrique subsaharienne ont perdu 4 millions d’hectares.

Les réserves d’eau disponibles à l’échelle planétaire sont passées de 17.000 m3 par habitant en 1950 à 7.000 m3 aujourd’hui. La moitié des habitants de la planète manqueront d’eau dans trente ans si rien n’est fait, selon l’ONU.

La consommation d’eau douce a pratiquement doublé depuis 1960. Il y en a de moins en moins. Seulement 3% des étendues d’eau de la planète sont actuellement composés d’eau douce. Et de ces 3%, encore faut-il retirer les glaciers et les calottes polaires !

L’activité humaine a multiplié par 50 et parfois par 100 le rythme d’extinction des espèces sauvages, menaçant de faire disparaître des pans entiers de la création.

Les États-Unis, avec 5% de la population mondiale accaparent un tiers des ressources du globe.

L’abîme de l’inégalité mondiale se creuse à une vitesse foudroyante : des États vacillent, des économies s’asphyxient, des marchés du travail s’effondrent, des droits parmi les plus élémentaires – à la santé, à l’éducation, à la sécurité, à la vie même sont engloutis, des cultures disparaissent…

Aux bras du chaos, s’avancent et prospèrent le crime organisé, le commerce  » globalisé  » des stupéfiants, des armes, du sexe, des capitaux, les légions de la guerre, de la violence et de la haine, l’armée des fossoyeurs des valeurs les plus élémentaires d’humanité.

On estime à 1500 milliards de dollars les revenus annuels du crime organisé international

Les pays industrialisés détiennent 97 % des brevets du monde.

L’écart de revenu entre le cinquième le plus riche et le cinquième le plus pauvre de la population mondiale était de 30 à 1 en 1960. En 1997, il se situait de 74 à 1.

Quelque 2,8 milliards de personnes vivent avec moins de 2 dollars par jour. 800 millions, dont plus de 150 millions d’enfants, sont sous-alimentées.

80% de la richesse mondiale est détenue par 15% des habitants des pays les plus riches.

Les riches, qui ont plus accès aux ordinateurs et au réseau que les pauvres, sont de plus en plus efficaces, de plus en plus productifs et deviennent de plus en plus riches.

Trois milliards de personnes vivent avec moins de deux dollars par jour, dont 1,2 milliards avec seulement un dollar ; 150 millions sont au chômage et 750 millions sont sous-employés ; 800 millions n’ont pas accès aux services de santé, 33 millions sont séropositifs ou atteints du Sida, et 850 millions de personnes sont analphabètes.

Environ 100 millions d’enfants dans le monde travaillent ou vivent dans la rue, dont 40 millions en Amérique latine, de 25 à 30 millions en Asie et 10 millions en Afrique.

Le blanchiments d’argent dans le monde atteint annuellement 1.000 milliards de dollars, dont 300 à 500 milliards proviennent du narcotrafic.

La mondialisation du marché du sexe :

Avec la mondialisation des marchés, l’exploitation du corps des femmes et des fillettes a pris une nouvelle ampleur insoupçonnée. Cette exploitation prospère à travers des filières organisées qui achètent des jeunes filles à des ménages nécessiteux pour les prostituer dans une autre région ou dans un autre pays sur un autre continent.

Selon un rapport d’experts de l’ONU, le trafic d’êtres humains est la troisième activité illicite mondiale la plus rentable, après le trafic de drogue et celui d’armes, avec un chiffre d’affaires de 7 milliards de dollars par an. L’exploitation sexuelle est le lot de la plupart des victimes de ce trafic de personnes et touche surtout les jeunes femmes et les mineurs des deux sexes.

Quelque 700.000 femmes et enfants mis en servitude sexuelle ont fait en 1997 l’objet de traites d’un pays à l’autre.

Un milliard de personnes, soit un habitant de la planète sur six, vivent dans des bidonvilles.

Tout est en place pour une croissance exponentielle du fossé qui sépare les riches des pauvres. N’oublions pas les leçons de l’histoire: chaque fois qu’on a laissé se creuser de tels fossés, ils ont conduit à des bains de sang !

source : http://www.pvr-zone.com./

(283)

Laissez un message