Dernières Infos

Voici les 5 grandes régions littéralement en feu en ce moment même

L'incendie Kenora 51 dans le nord-ouest de l'Ontario.Photo : Service des incendies de l'Ontario

Un nombre effarant d’incendies de forêt brûlent dans l’hémisphère nord alors que l’été infernal y fait rage dans ces mêmes régions.

Les géologues se sont demandé s’il fallait appeler cette ère l’anthropocène, une période géologique où l’homme est la force dominante qui remodèle la planète plutôt que les processus naturels.

C’est un débat légitime, mais je pense qu’il serait préférable de l’appeler le pyrocène. Les flammes commencent à définir la vie sur Terre. L’été 2021, en particulier, a été une suite apparemment sans fin de nouvelles sur divers endroits en feu, au point qu’il est presque plus facile de suivre les endroits qui ne sont pas en feu que ceux qui le sont.

L’homme a un rôle à jouer dans ces incendies, bien sûr. Le changement climatique a augmenté les risques d’incendies importants et destructeurs en réchauffant la planète, ce qui assèche les arbres et les herbes. Dans certains endroits, notamment dans la partie occidentale de l’Amérique du Nord, un siècle de suppression des incendies a également laissé les forêts surchargées de combustible. Malgré l’augmentation de ces risques, les gens se déplacent de plus en plus vers les forêts. Il existe même un monde pour désigner l’endroit où des millions de personnes se sentent désormais chez elles : l’interface entre les zones sauvages et les zones urbaines. Les infrastructures telles que les lignes électriques ont encore augmenté le risque de déclencher des incendies qui explosent ensuite dans des conditions chaudes et sèches et dans des forêts surpeuplées.

Ces facteurs se sont combinés pour donner naissance au pyrocène. Et comme le montre cet été, aucune forêt n’est à l’abri d’un incendie. Voici quelques-uns des incendies et régions remarquables qui brûlent en ce moment.

Des pins brûlent sur une colline lors du Dixie Fire, à Twain, en Californie, le 26 juillet 2021.Photo : Robyn Beck/AFP (Getty Images)

L’Ouest de l’Amérique du Nord n’est pas étranger aux incendies, mais cette année, le départ est fulgurant. Des incendies majeurs brûlent dans 12 pays, dont deux en Oregon et en Californie, qui ont créé leurs propres systèmes météorologiques à différents moments, y compris un « firenado ». La situation est déjà si grave et les ressources déjà si malmenées par les saisons précédentes que le chef du Forest Service a déclaré qu’il s’agissait d’une « crise nationale des feux de forêt », et nous sommes encore à quelques mois de la saison des feux d’automne en Californie, lorsque les vents Diablo et Santa Ana peuvent attiser des flammes d’une intensité encore plus grande.

La Colombie-Britannique a également vu des incendies monstres brûler de manière largement incontrôlée. La province, ainsi que l’Alberta, ont vu 710 000 éclairs en une seule journée, dont beaucoup ont atteint le sol et allumé des feux dans des endroits éloignés et difficiles d’accès. L’homme a également provoqué des incendies, dont un qui a réduit en cendres toute la ville de Lytton, en Colombie-Britannique, un jour seulement après avoir établi le record de la température la plus élevée au Canada.

Une maison en feu à Indian Falls, une zone touchée par l’incendie de Dixie.Photo : Josh Edelson/AFP (Getty Images)

L’Ouest canadien n’est pas le seul endroit à brûler. Le nord-ouest de l’Ontario et certaines parties du Manitoba ont été engloutis par les flammes dans ce qui est une saison de feux de forêt anormalement féroce pour la région. Plus de 157 feux brûlent dans la région et ont entraîné l’évacuation des Premières nations et d’autres personnes se trouvant sur leur chemin. Cela inclut l’incendie 51 de Kenora, qui, avec ses 386 458 acres, est presque aussi grand que l’incendie Bootleg en Oregon, le plus grand des États-Unis.

En tout, l’Ontario a vu brûler cette année près de quatre fois et demie plus d’acres que la moyenne décennale, tandis que le Manitoba a vu brûler cinq fois et demie la superficie moyenne, selon les données conservées par Ressources naturelles Canada.

Les incendies d’une intensité inhabituelle ont, comme leurs homologues de l’Ouest, créé leur propre climat. Des images satellites publiées par la NASA montrent que les incendies qui ravagent le Manitoba font grimper dans le ciel des nuages pyrocumulonimbus, signe que les feux sont intenses.

En effet, l’épaisse fumée des incendies a recouvert la région d’une brume toxique. Combinée à la fumée des incendies de l’ouest, la mauvaise qualité de l’air s’est propagée jusqu’au Maine et a entraîné des couchers de soleil inquiétants dans les provinces maritimes et sur la côte est.

L’incendie Kenora 51 dans le nord-ouest de l’Ontario.Photo : Service des incendies de l’Ontario

Un an après que les incendies de forêt en Sibérie ont libéré une quantité record de dioxyde de carbone, la région a de nouveau tendance à aller dans la mauvaise direction. Le temps chaud et sec a entraîné une vague d’incendies en juillet, qui se situent une fois de plus bien au-delà de la moyenne à long terme. Les émissions de dioxyde de carbone dues aux incendies ont déjà doublé par rapport à la moyenne de 2003 à 2020 et sont désormais supérieures à ce qu’elles étaient à la même époque l’année dernière. Il reste à voir si les incendies vont continuer à se développer à un rythme effréné.

Une étude a révélé que la chaleur extrême de l’année dernière qui a provoqué les incendies était 600 fois plus probable en raison du changement climatique. Une analyse des conditions météorologiques anormalement chaudes de cette année n’a pas encore été effectuée, mais il est de plus en plus clair que nous pouvons désormais supposer que le changement climatique joue un rôle dans chaque vague de chaleur en la rendant plus chaude ou plus probable.

Si ces incendies sont les plus éloignés du lot, ils sont aussi les plus importants. Les images satellite montrent une épaisse couche de fumée et d’énormes cicatrices de brûlure couvrant une zone de la taille du Connecticut. Et ce n’est qu’une des nombreuses zones incendiées.

Multiples incendies et épais panaches de fumée dans la République de Sakha, en Russie.Image : Pierre Markuse/Flickr

L’île italienne de Sardaigne a été ravagée par des incendies de forêt « sans précédent », selon les autorités locales, au cours du week-end. Des oliveraies centenaires ont brûlé et l’île, habituellement très touristique, a subi des dommages qui se chiffrent probablement en centaines de millions.

D’autres régions de la Méditerranée occidentale se sont enflammées au début du mois. En Espagne, la Costa Brava a été le théâtre d’importants incendies qui ont entraîné des centaines d’évacuations.

Cette photo montre une petite brasserie détruite par l’incendie près de la ville de Cuglieri, sur l’île italienne de Sardaigne, le 26 juillet 2021.Photo : Valentina Sinis/AFP (Getty Images)

La Méditerranée est un cercle de feu, la Turquie et la Grèce brûlant également. Les incendies en Turquie ont commencé mercredi dans un contexte de rafales, de chaleur et de sécheresse le long de la côte. Des images et des vidéos absolument terrifiantes ont émergé, montrant des touristes sur la plage alors que des feux de forêt rugissaient dans les collines derrière les hôtels et les villas en bord de mer. Selon l’AP, 50 villes et villages ont été évacués alors que les incendies maraudaient dans la campagne. On dénombre au moins quatre morts et 50 blessés alors que plus de 4 000 pompiers s’efforcent de contenir les incendies.

« Nous espérions pouvoir contenir certains des incendies dès ce matin, mais si nous disons prudemment qu’ils s’améliorent, nous ne pouvons pas encore dire qu’ils sont sous contrôle », a déclaré le ministre turc de l’agriculture et des forêts, Bekir Pakdemirli.

Des feux de forêt ont également brûlé en Grèce au cours du week-end, notamment un incendie « hors de contrôle » dans la banlieue d’Athènes. Des incendies ont également ravagé la Grèce au début du mois de juillet.

Le Liban est également confronté à une série d’incendies destructeurs. Des vidéos montrent des incendies rageurs léchant les flancs des collines. Au moins une personne est morte, un garçon de 15 ans qui aidait les pompiers à lutter contre les flammes, et les incendies semblent s’étendre à la Syrie également. Le Liban demande l’aide de son voisin chypriote, qui vient lui-même d’éteindre le feu de forêt le plus destructeur que le pays ait connu depuis des décennies, qui a fait quatre morts il y a moins d’un mois.

Une fumée noire s’échappe d’un complexe hôtelier lors d’un gigantesque incendie de forêt qui a ravagé une station balnéaire méditerranéenne sur la côte sud de la Turquie, près de la ville de Manavgat, le 29 juillet 2021.Photo : Ilyas Akengin/AFP (Getty Images)

Adaptation Terra Projects

Source : https://gizmodo.com/

(246)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :