Dernières Infos

Un monde sans cancer 24 – Des nanoparticules chargées de médicaments ciblent des cellules cancéreuses

credit : Spectral / Depositphotos

Détruire les cellules cancéreuses n’est pas particulièrement difficile – le plus délicat est de le faire sans nuire les cellules saines. Des chercheurs de l’Université Ludwig Maximilian de Munich (LMU) ont développé des nanoparticules qui libèrent sélectivement des médicaments à l’intérieur des tumeurs, tout en les gardant enfermées en toute sécurité lorsqu’elles se trouvent dans des cellules saines.

À l’heure actuelle, la radiothérapie et la chimiothérapie sont les principaux traitements du cancer, mais comme vous le dira quiconque l’a vécu (ou connaît quelqu’un qui l’a fait), ce n’est pas un processus agréable. Les cellules saines sont également affectées, ce qui peut causer des maladies et des douleurs.

Les scientifiques essaient de rendre les médicaments et les traitements anticancéreux plus précis sur leurs cibles, en se concentrant sur ce qui différencie les cellules cancéreuses des cellules saines. Parfois, cela implique d’utiliser l’environnement plus acide qu’ils créent pour déclencher des réactions chimiques mortelles, de détourner les méthodes qu’ils utilisent pour se développer rapidement ou réparer leur ADN, ou même de trouver la fréquence d’ultrasons spécifique qui peut faire vibrer leurs membranes au point de se rompre.

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs du LMU ont développé de nouvelles nanoparticules qui ne libèrent leurs médicaments à l’intérieur des cellules cancéreuses. Les particules sont amorphes, poreuses et encapsulées dans une couche lipidique. Dans l’ensemble, cela signifie qu’elles sont facilement absorbées par les cellules sans déclencher de réponse immunitaire.

Une fois à l’intérieur, la couche lipidique se décompose, libérant la charge utile du médicament qui se compose de calcium et de citrate. Des études antérieures ont montré que ces composés tuent les cellules lorsqu’ils y sont livrés directement.

Mais la clé, bien sûr, est la sélectivité. Alors que les particules sont absorbées à la fois par les cellules saines et cancéreuses, la couche lipidique ne se décompose qu’à l’intérieur des tumeurs. L’équipe ne sait même pas exactement pourquoi c’est le cas, mais lors de tests sur des cellules cultivées et sur des souris vivantes, ils ont découvert qu’un mécanisme spécifique au cancer rompait la membrane externe et provoquait la fuite des composés toxiques. Pendant ce temps, dans les cellules saines, les composés restent enfermés, passant finalement dans la matrice extracellulaire pour être éliminés.

«La toxicité hautement sélective des particules nous a permis de traiter avec succès deux types différents de tumeurs pleurales très agressives chez la souris», explique Hanna Engelke, co-auteur de l’étude. «Avec seulement deux doses, administrées localement, nous avons pu réduire la taille des tumeurs de 40 et 70 pour cent, respectivement. De toute évidence, les particules peuvent être hautement toxiques pour les cellules cancéreuses. En effet, nous avons constaté que plus la tumeur est agressive, plus l’effet meurtrier est important. »

Après deux mois, le traitement n’a également montré aucun signe d’effets secondaires graves. L’équipe affirme que cette méthode pourrait être particulièrement utile pour les cancers qui se développent dans la cavité pleurale – le mince espace rempli de liquide qui entoure les poumons. C’est un endroit courant où le cancer du poumon se propage et il est difficile à traiter par chirurgie ou chimiothérapie.

Bien sûr, ce type de recherche n’en est encore qu’à ses débuts, n’ayant jusqu’à présent été testés que sur des cultures cellulaires et des souris. Mais c’est un nouveau mode d’attaque intéressant.

Adaptation Terra Projects

La recherche a été publiée dans la revue Chem .

Sources : Université Ludwig Maximilian de Munich / https://newatlas.com/

(269)

Laissez un message

%d bloggers like this: