Dernières Infos

Les Rayons Cosmisques influencent le climat

Enfin la voilà ! Un billet de WUWT évoque une nouvelle étude publiée dans la revue Atmospheric Chemistry and Physics.
Pour résumé, ça nous prouve donc qu’une belle corrélation entre les rayons cosmiques et la quantité de nuages dans l’atmosphère influe sur le climat terrestre en modifiant l’albédo de la Terre via la quantité de nuages. C’est donc une réaction en chaine sur les banquises, glaciers etc ….

 

Conclusions

Ce travail a démontré la présence d’une influence faible, mais statistiquement significative du RME sur l’atmosphère terrestre des régions de latitude moyenne. Cet effet est démontré à la fois par des données par satellite ISCCP et NCEP / re analyse NCAR pendant au moins les 20 dernières années, ce qui suggère que de petites fluctuations de l’activité solaire peuvent être liées aux changements atmosphèriques de la Terre par l’intermédiaire d’une relation entre le flux GCR (Rayons Cosmiques Galactiques = GCR) et la couverture nuageuse. Une telle connexion peut être amplifier par des petites changements dans l’activité solaire. En outre, un GCR – relation nuages peuvent aussi agir en liaison avec d’autres effets solaire – (. Meehl et al, 2009) concernant les relations variations de l’énergie solaire UV (Haigh, 1996) et terrestres  ainsi que l’irradiance solaire. Les forçages climatiques résultant d’une telle énergie solaire, les liaisons terrestres peuvent avoir eu un impact significatif sur le climat avant le début du réchauffement d’origine anthropique, ce qui démontre la présence de relations de cycle solaire détectable au niveau de l’enregistrement paléoclimatique (par exemple, Bond et al, 2001; Neff et al. al, 2001;. Mauas et al, 2008)..

En outre, après une enquête approfondie qui est nécessaire pour mieux comprendre le GCR – relations atmosphère. Plus précisément, par l’utilisation des nuages à la fois au sol et par satellite / la surveillance de l’atmosphère sur des périodes de haute résolution pour de longues périodes de temps est nécessaire. Les informations concernant les importantes propriétés microphysiques telles que les aérosols, la taille des gouttelettes des nuages, et de l’électricité atmosphérique doit également être envisagée. Grâce aux efforts de surveillance, en plus de deux modélisations informatiques (comme celui de Zhou et Tinsley, 2010) et les efforts expérimentaux (tels que celui de Duplissy et al., 2010), on peut espérer mieux comprendre les effets décrits ici.

Ce graphique démontre la corrélation entre les rayons cosmiques et les nuages.

Rayons cosmiques et nuages
Quels sont les mécanismes d’action du Soleil sur le climat ? Le plus évident est que l’astre du jour vient réchauffer l’atmosphère terrestre. Pourtant, cette explication ne semble pas suffisante puisque, en ne prenant en compte que cet effet, la plupart des simulations climatiques ne vont pas prédire l’impact réel de notre étoile sur le climat. Il existerait donc des mécanismes qui vont amplifier l’action du Soleil sur notre atmosphère.
Un moyen possible fut proposé par deux scientifiques danois, Henrick Swensmark et Eigil Friis-Christensen. Ces derniers ont supposé que les rayons cosmiques galactiques, des particules chargées électriquement venant de l’espace, pourraient avoir la particularité d’induire la formation de nuages.

source : http://wattsupwiththat.com

 

(122)

Laissez un message