Dernières Infos

Le réchauffement climatique est fini

ao

Institut européen pour le climat et l’énergie dénomme la nouvelle hypothèse du « chaud-froid  » un non sens météorologique !

Ce qui suit est une réfutation de la très douteuse analyse du réchauffement climatique qui provoque un refroidissement que nous avons entendu parler ces derniers temps. La banquise serait en cause.

« Il commence à faire froid, car il commence à faire chaud » – Le monde de la météorologie est illusoire par les alarmistes du climat par le météorologue Klaus-Eckart Puls Institut européen pour le climat et l’énergie.

Depuis plus de 10 ans, l’Allemagne et une grande partie de l’Europe ont constaté une tendance à des hivers plus froids, avec des phases importantes de neige et de froid, surtout au cours des cinq derniers hivers. Ces derniers jours, les médias se déchaînent en disant que la fonte de la banquise est en cause et tout ceci fait suite à un article émis par certains scientifiques. Tout ceci est faux et voici la réalité des faits…

 

Ceci est en contradiction flagrante avec la science du climat. Par exemple, en l’an 2000 nous avons entendu des scientifiques du GIEC et l’auteur principal Mojib Latif nous dire : « Les hivers avec de fortes gelées et beaucoup de neige comme ce que nous avons vu il y a 20 ans n’existeront plus sous nos latitudes ».

Aujourd’hui, en 2013, nous voyons des hivers plus rigoureux qui persistent jusqu’à la fin Mars !

C’est une calamité embarrassante pour les alarmistes allemands, qui ont commencé depuis deux ans à nous concocter une hypothèse météorologique aventureuse pour tenter de sauver la face.

Les alarmistes nous disent :

«L’Institut de Potsdam pour la recherche sur le climat voit maintenant des hivers rigoureux comme étant une conséquence du réchauffement climatique, qui provoque maintenant des vents glacés de l’Arctique et trouvent leur chemin direct vers l’Europe en raison du changement climatique. »

Regardons les faits.

Les hivers dans le nord de l’Europe centrale et le refroidissement dure depuis plus de 10 ans, Fig. 1:

Fig. 1: La Tendance des anomalies des températures en hiver en Allemagne au cours des 16 dernières années montre un refroidissement de 2 ° C. Source du graphique: EIKE (Josef Kowatsch), les données du Service météorologique allemand (DWD).

Cette tendance au refroidissement est également observée dans les valeurs moyennes annuelles des températures, au niveau mondial (stagnation) [2] , ainsi qu’en Allemagne:

Fig. 2: Tendance de l’Allemagne température moyenne a diminué fortement au cours des 15 dernières années. (Source Josef Kowatsch, les données du Service météorologique allemand).

Les modèles climatiques avaient prédit rien de la sorte. Particulièrement embarrassant, c’est que il ya 10 ans, nous avons entendu lors d’entretiens avec des scientifiques du climat dirent et nous écrivent des déclarations comme celle-ci  :

«Adieu l’hiver: plus jamais de neige ? En Allemagne, les hivers froids sont du passé. « 

Aujourd’hui, la nature est en contradiction avec les projections des modèles des températures annuelles et des hivers. Et maintenant, après le fait, que les alarmistes sont occupés à nous concocter des explications douteuses. L’Institut Alfred Wegener  :

Les calculs du modèle montrent que la différence de pression atmosphérique est affaiblie par un minimum de la banquise arctique qui recouvre plus tardivement en hiver et provoquerait ainsi ce froid de l’Arctique, il se déplacerait ainsi vers des latitudes moyennes. « 

D’un point de vue météorologique, il y a beaucoup à dire sur ce qui suit:

La preuve que les conditions météorologiques en hiver dans une région peut être dérivée de la météo estivale plus tôt d’une autre région n’a pas encore été trouvée par les météorologues ! Si c’était le cas, les problèmes à long terme des prévisions saisonnières seraient finalement résolu.

Même les alarmistes du climat ont dorénavant un public sceptique sur leur nouveau « miracle » de la science. Alfred Wegener Institut (AWI) scientifique Ralf Jaiser a ajouté: « Bien sûr, un grand nombre d’autres facteurs jouent un rôle dans notre système climatique complexe qui parfois se chevauchent les uns aux autres. […] D’autres mécanismes sont par exemple liés à la couverture de la neige en Sibérie ou à des influences tropicales. Les relations entre ces facteurs d’influence sont des sujets de futurs travaux de recherche et restent donc des facteurs d’incertitude pour les prévisions . « 

PIK scientifique Gerstengarbe également ajouté :

En un mot, personne ne sait rien avec certitude. Pourtant, les médias répètent sans réfléchir et préfèrent les films catastrophes  climatiques pour apporter ces informations à leurs lecteurs crédules.

Si la nouvelle hypothèse alarmiste avait été une réalité, alors nous aurions dû avoir des hivers froids la plupart du temps au cours des 20 dernières années, parce que c’est une période où nous avons vu relativement peu de banquise arctique en été  :

Fig. 3: zone de glace de mer arctique, [6] .

Cependant, nous avons seulement vu une fréquence plus élevée d’hivers froids et neigeux seulement au cours des cinq dernières années.

Voici que les alarmistes y jouent sur le côté sécuritaire et n’ont pas mentionné un certain aspect : Après un minimum annuel en été, la banquise se reforme toujours sur l’hiver suivant (Fig. 3) et atteint la valeur moyenne à long terme (actuellement, il est légèrement supérieur à la normale). Beaucoup de glace « génère » beaucoup d’air froid, ce qui parfois plonge dans l’Europe Centrale et l’europe de l’ouest en raison des cycles stochastiques de l’oscillation nord-atlantique (NAO) en Europe. A ce jour, il n’y a aucune corrélation entre NAO avec le CO2.

(3) L’argument décisif contre la nouvelle hypothèse du « chaud-froid» est la suivante:

Si cette hypothèse était scientifique, ou du moins statistiquement concluante, alors l’indice NAO (différence de pression atmosphérique entre l’Islande et les Açores) au cours des 30 dernières années, cela aurait été négatif pour la plupart du temps. Toutefois, l’inverse a été le cas, voir Fig. 4:

Figure 4: Indice NAO. Indice positif conduit à des hivers plus chauds d’Europe (vents d’ouest), indice négatif à des hivers plus froids (de blocage).

De plus, au mois de mars 2013, la banquise se porte très bien. L’hypothèse selon laquelle le vortex polaire est déstabilisé à cause de la banquise est plus que douteuse :


Ainsi en 2010 sur la Terre du Futur, nous faisons cette analyse :

Avec ce nouveau cycle solaire 24, une baisse d’activité solaire est en cours. Ceci rappelle les cycles solaires dénommés Dalton ou bien Maunder. Au delà du refroidissement climatique à cette époque, ceci pourrait signer un changement des flux atmosphérique.

Lors de grands épisodes de refroidissement climatique, il a été souvent constaté un changement de la direction des vents. Tout ceci se déroule sous nos yeux dans la circulation atmosphérique.

La Terre solide se comporte comme un intégrateur spatial naturel et comme un filtre temporel ce qui rend possible l’étude de l’évolution de l’amplitude des variations semi-annuelles des vents latitudinaux sur une durée de 50 ans. Nous mettons en évidence une forte modulation de l’amplitude de la ligne spectrale de la durée du jour (LOD) par le cycle de Schwabe. Ceci montre que le soleil peut (directement ou indirectement) influer sur les vents latitudinaux à des échelles de temps décennales et multidécennales. Les vents latitudinaux constituent un élément important de la circulation atmosphérique du globe. Si le cycle solaire peut influer sur les vents latitudinaux, alors ils peuvent aussi bien affecter d’autres paramètres du climat global englobant des oscillations tels que la Oscillation Nord Atlantique (L’Oscillation Nord Atlantique) et la MJO (L’oscillation Madden-Jullian) dont les vents latitudinaux sont un ingrédient (Wheeler et Hendon 2004). La cause de ce forçage implique probablement une combinaison du vent solaire, du rayonnement cosmique galactique, des courants Terre-Ionosphère et de la microphysique des nuages.

L’ATMOSPHÈRE TERRESTRE

La circulation Brewer-Dobson, suivant les deux régimes de la QBO est associée à une variation de l’intensité des ondes planétaires qui, elles-mêmes, peuvent modifier la force du vortex polaire et donc la distribution de l’ozone. L’origine des oscillations périodiques des vents stratosphériques tropicaux est toujours un sujet de recherche. Elle est généralement attribuée à l’activité ondulatoire et à une interaction des vents avec les ondes de gravité piégées à l’équateur (ondes de Kelvin).

les derniers hivers ont connu une récurrence de flux arctiques sur l’hémisphère nord. Le vent solaire influe sur le QBO qui est une orientation des vents sur l’équateur. Ils peuvent s’orienter d’est vers l’ouest ou bien le contraire. Selon l’amplitude des vents du QBO cela va affaiblir la circulation stratosphérique de la circulation Brewer-Dobson. Ces vents se dirigent vers les pôles. Quand la circulation Brewer-Dobson est affaiblie, le vortex polaire est lui même affaibli. L’oscillation arctique passe en négatif. Les 5 derniers hivers auront connu une oscillation arctique la plus faible depuis au moins 50 ans. Il est plausible que cela soit en rapport direct avec ce cycle solaire 24 qui est l’un des plus mou depuis 200 ans. Les flux des rayons cosmiques augmentant la nébulosité terrestre, augmentant de ce fait les précipitations et la baisse de la luminosité. L’oscillation arctique passant en négatif, le vortex polaire se déstabilise, les cellules de Hadley s’affaiblissent également, laissant passer des descentes polaires qui peuvent devenir récurrentes. En ce qui nous concerne en Europe, ces mêmes descentes polaires se renforcent sur les continents Américains et Européens. Les flux d’ouest s’affaiblissent au profit de flux nord-sud en Amérique du Nord et de flux nord-sud ou nord-est/sud-ouest en Europe.

Pour l’heure, les températures mondiales sont restées stables depuis l’an 2000 et sont à la baisse sur les hivers.

source, traduction et adaptation de la Terre du FUtur

source : http://notrickszone.com

 

 

 

(2352)

Laissez un message

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

Aidez nous à rester en ligne – Help us keep the lights on

La publicité nous aide à raconter les histoires d’hier, d’aujourd’hui et de demain. 

Soutenez-nous en désactivant votre adblocker sur notre site.

__________________

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

Advertising help us tell the stories of yesterday, today, and future.

Support us by disabling your adblocker on our site.

Mettez en Pause AdBlocker sur Terra Projects – Disable AdBlocker on Terra Projects

(2352)

Laissez un message

.fb-comments,.fb-comments span,.fb-comments span iframe[style]{min-width:100%!important;width:100%!important}
%d blogueurs aiment cette page :