Dernières Infos

Les populations humaines ont survécu à la super-éruption volcanique de Toba il y a 74 000 ans

La super-éruption de Toba a été l’un des plus grands événements volcaniques du dernier millions d’années, environ 5 000 fois plus important que l’éruption du mont Sainte-Hélène dans les années 1980.

L’éruption s’est produite il y a 74 000 ans sur l’île de Sumatra, en Indonésie, et aurait provoqué un «hiver volcanique» de six à dix ans, conduisant à un refroidissement de 1 000 ans de la surface de la Terre.

Les théories prétendaient que l’éruption volcanique aurait conduit à des catastrophes majeures, notamment la décimation des populations d’hominidés et de mammifères en Asie, et la quasi-extinction de notre propre espèce. Les quelques Homo sapiens survivants en Afrique auraient survécu en développant des stratégies sociales, symboliques et économiques sophistiquées qui leur ont permis de se redévelopper et de peupler l’Asie il y a 60000 ans en une seule vague le long du littoral de l’océan Indien.

Des travaux sur le terrain dans le sud de l’Inde, menés en 2007 par certains des auteurs de cette étude, ont remis en question ces théories, ce qui a provoqué de grands débats entre archéologues, généticiens et géoscientifiques sur le calendrier des dispersions humaines hors d’Afrique et l’impact de la super-éruption de Toba sur le climat et l’environnement. L’étude actuelle poursuit ce débat, apportant la preuve que l’Homo sapiens était présent en Asie plus tôt que prévu et que la super-éruption de Toba n’était pas aussi apocalyptique qu’on le croyait.

La super-éruption volcanique de Toba et l’évolution humaine

La présente étude fait état d’un enregistrement stratigraphique unique de 80 000 ans sur le site de Dhaba, dans la vallée du Middle Son, dans le nord de l’Inde. Les outils en pierre découverts à Dhaba en association avec le moment de l’événement de Toba fournissent des preuves solides que des populations utilisatrices d’outils du Paléolithique moyen étaient présentes en Inde avant et après 74 000 ans. Le professeur JN Pal, chercheur principal de l’Université d’Allahabad en Inde, note que «bien que la cendre de Toba ait été identifiée pour la première fois dans la vallée du Son dans les années 1980, jusqu’à présent, nous n’avions pas de preuves archéologiques associées, donc le site de Dhaba remplit une chronologie majeure. »

Le professeur Chris Clarkson de l’Université du Queensland, auteur principal de l’étude, ajoute: «Les populations de Dhaba utilisaient dans le même temps des outils en pierre similaires aux boîtes à outils utilisées par Homo sapiens en Afrique. Le fait que ces boîtes à outils n’aient pas disparu au moment de la super-éruption de Toba ou aient changé de façon spectaculaire peu de temps après indique que les populations humaines ont survécu à la catastrophe et ont continué à créer des outils pour modifier leur environnement. » Ces nouvelles preuves archéologiques confirment les preuves fossiles que les humains ont migré hors d’Afrique et se sont étendus à travers l’Eurasie il y a 60 000 ans. Il soutient également les découvertes génétiques que les humains ont croisées avec des espèces archaïques d’hominidés, comme les Néandertaliens, il y a 60 000 ans.

Toba, changement climatique et résilience humaine

Bien que la super-éruption de Toba ait été un événement colossal, peu de climatologues et de scientifiques continuent de soutenir la formulation originale du scénario «hiver volcanique», suggérant que le refroidissement de la Terre était moins grave et que Toba n’était peut-être pas à l’origine de la période glaciaire suivante. Des preuves archéologiques récentes en Asie, y compris les découvertes dans cette étude, ne soutiennent pas la théorie selon laquelle les populations d’hominidés ont disparu à cause de la super-éruption de Toba.

Au lieu de cela, les preuves archéologiques indiquent que les humains ont survécu et ont fait face à l’un des plus grands événements volcaniques de l’histoire humaine, démontrant que de petites bandes de chasseurs-cueilleurs se sont adaptées face aux changements environnementaux. Néanmoins, les peuples qui vivaient autour de Dhaba il y a plus de 74 000 ans ne semblent pas avoir contribué de manière significative au patrimoine génétique des peuples contemporains, ce qui suggère que ces chasseurs-cueilleurs ont probablement dû faire face à une série de défis pour leur survie à long terme, y compris les dramatiques changements environnementaux des millénaires suivants.

En résumant les implications plus larges de cette étude, le professeur Michael Petraglia de l’Institut Max Planck dit: «Les archives archéologiques démontrent que, bien que les humains montrent parfois un niveau remarquable de résilience aux défis, il est également clair que les gens n’ont pas nécessairement toujours prospéré sur du long terme. »

Adaptation Terra Projects

source : https://www.heritagedaily.com/

(330)

Laissez un message

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Aidez nous à rester en ligne – Help us keep the lights on

La publicité nous aide à raconter les histoires d’hier, d’aujourd’hui et de demain. 

Soutenez-nous en désactivant votre adblocker sur notre site.

__________________

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Advertising help us tell the stories of yesterday, today, and future.

Support us by disabling your adblocker on our site.

Mettez en Pause AdBlocker sur Terra Projects – Disable AdBlocker on Terra Projects

(330)

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

WordPress:

%d blogueurs aiment cette page :