Dernières Infos

Les abeilles ont été officiellement déclarées comme les insectes les plus précieux de la planète

En ce qui concerne les insectes, beaucoup d’entre nous ont des craintes en voyant bouger ou voler une abeille autour de notre tête, et nous sous-estimons probablement leur importance pour la flore. Mais heureusement, nous avons des gens qui consacrent des années de leur vie à étudier leur importance et à nous en faire prendre conscience.

Fin octobre 2019, lors du débat annuel sur Earthwatch, cinq grands scientifiques ont débattu autour de cinq types d’insectes, à savoir les champignons, les chauves-souris, le plancton, les primates et les abeilles, afin de révéler scientifiquement lequel d’entre eux est le plus important mais aussi le plus menacé. Dans la conclusion de ce débat, les abeilles se sont avérées être l’une des composantes les plus vitales de l’écosystème de la planète.

Selon un rapport de Greenpeace, environ 60 à 90% des aliments que nous mangeons ont besoin de l’aide de pollinisateurs tels que les abeilles pour se reproduire. Cela comprend une variété de fruits, de légumes, de graines et de noix, que nous consommons quotidiennement. Cela signifie également que, à mesure que les populations d’abeilles diminuent, la biodiversité de la Terre diminue également, ce qui peut affecter d’autres espèces et entraîner un effet domino.

ASAP Science illustre cela avec des plantes d’amande. Les amandes dépendent de la pollinisation pour produire des noix d’amande. Les coques sont utilisées pour nourrir les bovins et les poulets. Pas d’abeilles, pas d’amandes, pas de bétail ni de poulet, ce qui signifie que les humains auront moins de viande, de lait et d’autres produits. Ce n’est qu’un des nombreux écosystèmes alimentaires touchés par les populations d’abeilles. Outre cela, il existe une industrie de plusieurs milliards de dollars qui tourne autour de la production de miel, de l’épilation à la cire, des nectars et du pain d’abeille.

De nombreuses ONG et groupes d’activistes appellent à des réformes dans le but de mettre un terme au déclin rapide de la population d’abeilles. Outre les maladies naturelles des abeilles et les espèces envahissantes, les principaux facteurs affectant les moyens de subsistance des abeilles sont les insecticides, le changement climatique et le manque de flore. En modifiant la façon dont l’humanité cultive sa nourriture et traite la Terre mère, il deviendra possible de renverser la tendance du déclin du nombre d’abeilles.

Adaptation Terra Projects

source : https://www.creativitybay.com/

(160)

Laissez un message

Laissez un message