Dernières Infos

«Percée scientifique majeure», Les scientifiques «se rapprochent de la prévision du climat de l’Atlantique Nord»

Par Oeneis — Travail personnel, données de Hurrell, James & National Center for Atmospheric Research Staff Hurrell North Atlantic Oscillation (NAO) Index (station-based), CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=41470705

L’oscillation nord-atlantique (ONA, plus connue sous le sigle anglais NAO) désigne un phénomène touchant le système climatique du nord de l’océan Atlantique. L’ONA décrit les variations du régime océan-atmosphère sur la région et se mesure généralement comme la différence de pression atmosphérique entre l’anticyclone des Açores et la dépression d’Islande. Elle est notamment corrélée à l’oscillation arctique.

L’ONA a été découverte durant les années 1920 par Sir Gilbert Walker, qui avait découvert précédemment l’oscillation australe dans l’océan Pacifique et à laquelle est relié le phénomène El Niño. Comme l’oscillation australe, l’ONA est un facteur climatique déterminant à l’échelle régionale car elle est reliée à la position et la trajectoire des perturbations météorologiques qui touchent l’Europe de l’Ouest ainsi qu’aux températures océaniques du bassin de l’Atlantique nord.

La circulation atmosphérique au-dessus de l’Atlantique nord montre une alternance rapide de dépressions et d’anticyclones, conformément aux instabilités de la zone barocline des latitudes moyennes. Cependant, on remarque qu’en moyenne on retrouve des dépressions dans la région islandaise et un anticyclone autour des Açores. Ces systèmes atmosphériques semi-permanents sont causés par l’équilibre général de la circulation atmosphérique à ces latitudes (courant-jet moyen d’ouest) et sont en équilibre avec la circulation assez stable des courants marins dans cet océan (Dérive Nord Atlantique, Courant du Labrador et Gulf Stream).

L’indice de l’oscillation nord-atlantique est donc calculé chaque année à partir de la différence de pression entre Lisbonne (Portugal) et Reykjavik (Islande), en prenant la variation de l’écart de pression entre ces deux points par rapport à la moyenne. Ce calcul s’effectue sur les données de janvier à mars dont on fait la moyenne et qu’on normalise, c’est-à-dire qu’on divise par l’écart-type de la pression calculé sur une longue période.

Une équipe de scientifiques pense avoir fait une percée dans les prévisions, suggérant que le NAO est en fait hautement prévisible.

En particulier, les températures hivernales de l’Europe sont modulées par le modèle de pression atmosphérique de l’Atlantique Nord connu sous le nom d’oscillation nord-atlantique (NAO).

Comme son nom l’indique, il décrit les fluctuations naturelles de la différence de pression atmosphérique au niveau de la mer entre la dépression islandaise et la dépression des Açores. Ces fluctuations contrôlent la force et la direction des vents d’ouest et l’emplacement des trajectoires des tempêtes à travers l’Atlantique Nord, et donc une grande partie des conditions météorologiques en Europe. Cela n’a rien à voir avec le CO2.

Promesse d’une plus grande compétence aux prévisions saisonnières

Avoir la capacité de prévoir ces fluctuations des mois à l’avance serait naturellement un outil très utile pour l’agriculture, le commerce et l’organisation en générale.

Aujourd’hui, l’Allemand Die kalte Sonne rapporte dans sa 40e vidéo comment des chercheurs ont fait «une percée» dans la prévision du NAO. Dans un article récent paru dans la revue Nature intitulé: « Le climat de l’Atlantique Nord est beaucoup plus prévisible que les modèles ne l’impliquent », par Smith et al.

Percée: NAO hautement prévisible

L’importante équipe de chercheurs a évalué les prévisions des modèles climatiques des six dernières décennies et a montré que «les variations décennales du climat hivernal de l’Atlantique Nord sont en fait hautement prévisibles, malgré un manque de concordance entre les simulations de modèles individuels et la faible capacité de prédiction des sorties des modèles bruts.  »

Les auteurs affirment que les modèles actuels sous-estiment le signal prévisible de l’oscillation nord-atlantique d’un ordre de grandeur complet.

credit Image: Smith et al, Nature

Désormais, les scientifiques espèrent «fournir à l’avenir de solides prévisions NAO», rapporte Die kalte Sonne. Il n’y a aucune mention de connexion pour tracer le CO2.

En septembre 2020, un article de Lüdecke et al a étudié la corrélation de l’AMO, du NAO et des taches solaires avec les températures européennes pour la période 1901-2015 et a trouvé un lien étroit entre le NAO et les températures de décembre à mars de l’Europe centrale / septentrionale.

En avril 2021, un autre article de Luedecke et al, « Variabilité naturelle décennale et multidécennale des précipitations africaines », montrait comment la variabilité du climat en Afrique était liée aux cycles océaniques et aux cycles solaires naturels.

Par Oeneis — Travail personnel, données de Hurrell, James & National Center for Atmospheric Research Staff Hurrell North Atlantic Oscillation (NAO) Index (station-based), CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=41470705

Adaptation Terra Projects

Sources : https://wattsupwiththat.com/ Nature / https://fr.wikipedia.org/

(562)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :