Dernières Infos

Le rover Persévérance confirme l’existence d’un ancien lac avec un système fluvial sur Mars

Vue colorisée du cratère Jezero et du site où s'est posé Perseverance. NASA/JPL-Caltech/MSSS/JHU-APL/ESA

Les nouveaux résultats aideront les membres de l’équipe de la mission à planifier les prochains déplacements du rover. La NASA a judicieusement choisi le site d’atterrissage de son rover martien Persévérance, qui est à la recherche de la vie.

Persévérance s’est posé en février 2021 sur le sol du cratère Jezero, d’une largeur de 45 kilomètres, qui a été choisi principalement parce que les observations précédentes des orbiteurs martiens suggéraient qu’il avait abrité un grand lac et un delta fluvial dans un lointain passé.

Niveau de paléolake inféré à l’intérieur du cratère Jezero de Mars au moment du dépôt de sédiments Kodiak. L’étoile rouge indique le site d’atterrissage Octavia E. Butler (OEB) du rover Perseverance de la NASA. Contexte de la mosaïque Context Camera (CTX). (Crédit image : NASA/JPL-Caltech/MSSS/LPG)

Des photos prises par Persévérance au début de sa mission, avant même que le robot de la taille d’une voiture ne commence à se déplacer, confirment cette interprétation, selon une nouvelle étude.

« Sans se déplacer, le rover a pu résoudre l’une des grandes inconnues, à savoir que ce cratère était autrefois un lac », a déclaré dans un communiqué Benjamin Weiss, co-auteur de l’étude et professeur de sciences planétaires au Massachusetts Institute of Technology. « Jusqu’à ce que nous nous y posions réellement et que nous confirmions qu’il s’agissait d’un lac, c’était toujours une question ».

Cette image de la caméra HiRISE à bord du Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA montre une vue orbitale de l’éventail delta dans le cratère Jezero et du site d’atterrissage du rover Perseverance, officieusement nommé Octavia E. Butler. La colline nommée Kodiak, l’escarpement du delta et l’emplacement des matériaux riches en rochers sont également représentés.(Crédit image : NASA/JPL-Caltech/Université de l’Arizona)

C’est un bon site pour une mission audacieuse

Persévérance a deux tâches principales au cours de sa mission de 2,7 milliards de dollars : rechercher des signes de vie passée sur Mars et collecter et mettre en cache des dizaines d’échantillons en vue d’un futur retour sur Terre. (Le rover a également soutenu et documenté les premières sorties de son compagnon de voyage, l’hélicoptère martien Ingenuity de la NASA, qui vole désormais de manière plus autonome sur la planète rouge).

Le cratère Jezero a été considéré comme un bon endroit pour effectuer ce travail, sur la base des données recueillies par des engins spatiaux tels que le Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA. Les images orbitales ont montré un élément en forme d’éventail dans Jezero que les membres de l’équipe de la mission ont interprété comme un delta – un endroit où une rivière s’est jetée dans un lac il y a environ 3,7 milliards d’années, déposant des sédiments qui pourraient abriter des preuves de l’existence d’anciens microbes martiens, s’il y en a eu.

Dans la nouvelle étude, qui a été publiée en ligne le 7 octobre 2021 dans la revue Science, les chercheurs ont analysé les premières photos que Persévérance a prises de ce delta de loin avec sa suite d’imagerie Mastcam-Z et un appareil photo sur son instrument SuperCam.

Ces photos ont capturé le bord du grand affleurement du delta ainsi qu’une butte isolée surnommée « Kodiak », que l’équipe pense être un vestige d’érosion de la même formation. Les images de Kodiak étaient particulièrement nettes, et l’équipe y a vu des couches distinctes de sédiments qui n’auraient pu être déposées que par une rivière se jetant dans un lac.

Couches de roches sédimentaires dans la colline Kodiak, à l’intérieur du cratère Jezero de Mars. L’image du haut montre une photo prise par la caméra Mastcam-Z du rover Perseverance à une distance d’environ 2,24 kilomètres. L’image inférieure montre une mosaïque d’imageur microscopique à distance SuperCam montrant des lits inclinés distinctifs pris en sandwich entre des lits horizontaux qui sont des signes révélateurs de dépôt dans un environnement de delta.(Crédit image : NASA/JPL-Caltech/LANL/CNES/CNRS/IRAP/LPG/ASU/MSSS)

Les observations du Kodiak « indiquent sans ambiguïté un dépôt de sédiments fluviaux avec un delta et un lac », a déclaré par courrier électronique à Space.com Nicolas Mangold, co-auteur principal de l’étude, du Centre national français de la recherche scientifique et de l’Université de Nantes. (L’autre co-auteur principal est Sanjeev Gupta, de l’Imperial College de Londres).

« Cela nous permet de limiter le niveau du lac et nous aidera à élaborer un scénario de la formation du delta et de l’activité du lac le long de la traversée de Perseverance, ainsi qu’à identifier les bonnes couches à analyser et à échantillonner », a déclaré Mangold.

Il est intéressant de noter que les observations de Perseverance montrent que l’ancien lac Jezero était environ 100 mètres plus bas que ce que les données orbitales avaient suggéré, « marquant une phase du delta bien après le début de sa formation », a déclaré Mangold.

« Nous ne pouvons pas extrapoler du début de l’évolution de Jezero, avant le dépôt des matériaux à Kodiak, car les couches correspondantes sont cachées plus loin dans le delta », a-t-il ajouté. « Mais Persévérance pourrait être en mesure de donner plus de résultats à ce sujet lorsqu’il traversera le delta ».

L’eau sur Mars : Exploration et preuves

Détail des lits de rochers dans l’escarpement du delta du cratère Jezero, photographiés par l’imageur microscopique à distance SuperCam du rover Perseverance. Ces rochers ont été déplacés par des flux d’eau hautement énergétiques, selon les scientifiques.(Crédit image : NASA/JPL-Caltech/LANL/CNES/CNRS/IRAP/LPG)

Jezero est en mutation

Jezero est aujourd’hui à sec, comme le reste de la surface martienne. Les scientifiques pensent que la planète rouge s’est asséchée il y a environ 3,5 milliards d’années, après que son champ magnétique global a disparu et que son atmosphère, autrefois épaisse, a été décapée par le soleil.

Les nouvelles photos analysées pourraient donner un aperçu fascinant de ce grand changement. Par exemple, l’imagerie de Persévérance montre également de gros blocs rocheux, dont certains atteignent 1,5 m de large, dans les couches supérieures (plus jeunes) de l’affleurement principal du delta de Jezero. Selon les membres de l’équipe de l’étude, il fallait un puissant flux d’eau pour transporter des roches aussi grandes, probablement une inondation qui déplaçait jusqu’à 3 000 mètres cubes d’eau par seconde.

De tels écoulements ont pu résulter de « poussées glaciaires » ou de crues soudaines provoquées par des pluies, comme celles qui se produisent aujourd’hui dans certaines régions désertiques de la Terre, a expliqué M. Mangold. Quelle que soit la cause, les dépôts de blocs rocheux pourraient indiquer un Jezero très différent de celui qui a produit les premiers sédiments lacustres.

« La chose la plus surprenante qui ressort de ces images est l’opportunité potentielle de saisir le moment où ce cratère est passé d’un environnement habitable semblable à la Terre à cette terre désolée que nous voyons aujourd’hui », a déclaré Weiss dans le même communiqué. « Ces lits de blocs rocheux peuvent être des enregistrements de cette transition, et nous n’avons pas vu cela dans d’autres endroits sur Mars ».

Crédit image : NASA/JPL-Caltech/LANL/CNES/CNRS/IRAP/LPG

Si tout se passe comme prévu, Persévérance permettra d’observer de près la formation du delta. L’équipe a pour objectif de conduire le rover, qui a déjà parcouru 2,61 km sur le sol de Jezero, jusqu’à l’affleurement du delta et de collecter des échantillons qui ont été déposés pendant l’ère des lacs. (Perseverance a déjà recueilli deux des dizaines d’échantillons prévus, qui seront ramenés sur Terre par une campagne conjointe de la NASA et de l’Agence spatiale européenne, peut-être dès 2031).

Mais Persévérance, ainsi que les autres robots martiens de la NASA, sont temporairement inactifs car la planète rouge se trouve actuellement de l’autre côté du soleil par rapport à la Terre. Notre étoile pouvant corrompre les commandes destinées à Mars dans la configuration planétaire actuelle, la NASA a imposé une coupure de communication de deux semaines qui se terminera le 16 octobre 2021.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.space.com/

(110)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :