Dernières Infos

La Grande Muraille Verte

Le Sénégal a présenté au sommet de Copenhague, fin 2009, une initiative majeure : « La Grande Muraille Verte », une bande de forêts et de pâturages large de 15 km sur 7000 km d’ouest en est de l’Afrique. L’idée d’origine est Nigériane, mais le Sénégal a pris l’initiative de démarrer les travaux avec un soutien pan-africain historique de l’Union Africaine. Il s’agit de reconquérir des territoires abandonnés ou abîmés, et de créer une base économique durable pour éviter la migration des populations agraires vers les villes et vers les pays riches. Et Monsieur Cissé nous fait prendre de la hauteur : « N’oubliez pas que de nombreux conflits africains sont à la base des combats pour des ressources naturelles. La nature transnationale de la Grande Muraille Verte, et sa création de richesse naturelle, en est d’autant plus importante ».

La dimension du projet, rien qu’au niveau du Sénégal, est imposante : 543 km de longueur et 15 km de largeur, soit 760 000 hectares. A ce jour, des travaux ont été entrepris sur 100 km, avec 10 500 hectares plantés. Pour rappel, la déforestation annuel planétaire est de 7,3 millions d’hectares, selon les Nations Unies. Ainsi, sur toute sa longueur, avec approximativement 10 millions d’hectares, la Grande Muraille Verte correspondrait, du moins en surface, à une année de deforestation mondiale.

« Nous avons entrepris une consultation internationale d’experts pour établir les espèces, idéalement d’origine locale, adaptées au projet. Mais également, nous avons impliqué les populations locales, pour solliciter leur connaissance des espèces historiques qui se trouvaient sur ces terres », indique Monsieur Cissé. « La stratégie est basée sur l’établissement de maraîchages, et d’arboricultures, principalement fruitières, afin de créer des revenus futurs pour les populations que nous payons aujourd’hui pour construire la muraille verte ».

Des projets similaires ont déjà montré qu’ils pouvaient donner d’excellent résultats aux plans social, économique, et environnemental. Ainsi la reconquête du plateau de Loess, au nord-ouest de la Chine : en 20 ans et pour un investissement de 500 millions de dollars, le projet a converti près d’un million d’hectares, quadruplé les revenus des populations locales, et délivré un retour sur investissement annualisé de 19%.


La Grande Muraille Verte sera une ceinture de végétation multi -espèces, large de 15 km reliant Dakar à Djibouti sur une longueur d’environ 7000 km. Au plan opérationnel, chaque pays concerné par la muraille devra délimiter une bande forestière large de 15 km, conformément au schéma conceptuel du tracé de la GMV. Cette bande devra se situer nécessairement dans la zone sahélienne à l’isohyète comprise entre 100 et 400mm.


La grande muraille sera, autant que possible, une bande continue mais pouvant prendre certains contours pour éviter des obstacles (cours d’eau, sols rocailleux, montagne et collines de roche) ou rejoindre des zones habitées.

sources : http://www.grandemurailleverte.org/ / http://yveslebelge.skynetblogs.be/

(329)

Laissez un message

Laissez un message