Dernières Infos

18000 astéroïdes connus de 1998 à 2018 en une video

Il est déjà arrivé que des corps venus de l’espace entrent en contact avec l’atmosphère terrestre avec plus ou moins de conséquences. En 1998, une alerte avait été lancée disant qu’un astéroïde d’1 kilomètre de diamètre allait entrer en collision avec la Terre en 2028. S’il se trouve que cet événement n’arrivera pas, cela a poussé la NASA à observer activement l’activité des astéroïdes et comètes qui peuplent notre univers.

Dans cette vidéo, la NASA a modélisé tous les astéroïdes et comètes que ses astronomes ont observés depuis 20 ans entre 1998 et 2018. Si au départ, on ne voit que très peu de points représentant les astres, leur nombre va très vite se démultiplier jusqu’à ce qu’on ne puisse plus distinguer l’orbite terrestre qui était représenté avec une ligne blanche. Une vidéo qui donne le tournis mais qui fascine.

Le 11 mars 1998, des nouvelles observations suggèrent qu’il y avait une chance que l’astéroïde 1997 XF11, de près d’un kilomètre de diamètre, percute la Terre en 2028. Le message, envoyé à quelques astronomes, provenait du Centre des planètes mineures de Cambridge (Massachusetts), référence mondial dans la détermination des orbites des astéroïdes. Initialement prévue pour prévenir la petite communauté astronomique et ainsi réaliser de nouvelles observations et mesures, l’alerte s’est rapidement répandue. Certains journaux de l’époque ont ainsi souligné la perspective que la Terre était condamnée.

Après des analyses plus approfondies, il s’était rapidement avéré que la Terre n’a jamais été menacée par 1997 XF11. « L’impact prévu de 2028 est impossible » a déclaré, via la Nasa, Paul Chodas, directeur du Centre pour les études d’objets proches de la Terre (CNEOS). « À ce jour, nous recevons toujours des questions sur les chances de XF11 d’impacter la Terre, a-t-il poursuivi. Il n’y a simplement aucune chance que cet astéroïde affecte notre planète, ni en 2028, ni pendant les 200 prochaines années. »

À la suite de cette affaire, durant l’été 1998, la Nasa a établi un programme d’observation des géocroiseurs dans le but de rassembler les observations des différentes institutions académiques. Aujourd’hui, des observatoires du monde entier détectent et suivent le mouvement d’astéroïdes et de comètes, surtout ceux dont l’orbite croise celle de la Terre. Ces données d’observation, plus nombreuses, permettent ainsi des calculs de trajectoire plus précis. Durant 20 ans, le Centre d’études des objets spatiaux proches de la Terre (Cneos), division de la Nasa, a collecté les données de ces astéroïdes et comètes pour évaluer leur chance d’impact sur notre planète.

« Aujourd’hui, les objets spatiaux ne sont plus classés à risque dans la plupart des cas grâce aux nouvelles possibilités de mesures. L’incertitude liée à leur trajectoire est réduite et la possibilité d’impact est vite écartée » a déclaré via la Nasa, Steve Chesley, membre du Cneos. En juin 2018, le système de la Nasa avait d’ailleurs prédit l’impact d’un petit astéroïde qui a atterri au Botswana.

Les découvertes d’astéroïdes n’ont fait que s’intensifier depuis 1998, notamment pour les plus petits. Malgré tout, la chasse aux géocroiseurs n’est pas terminée. En 2005, le congrès américain a prévu de détecter 90 % des géocroiseurs d’au moins 140 mètres avant 2020. Cette taille a été déterminée car les astéroïdes plus petits ne représenteraient pas une menace mondiale s’ils venaient à s’écraser sur la Terre. Néanmoins, ils causeraient des dégâts majeurs, notamment s’ils tombaient à proximité d’une ville. 

sources : https://dailygeekshow.com/ /https://www.sciencesetavenir.fr/

(360)

Laissez un message