Dernières Infos

La glace de mer de l’Antarctique atteint un niveau record

credit : NASA Earth

En février 2022, la glace de mer autour de l’Antarctique a atteint l’étendue la plus faible jamais observée depuis le début des relevés par satellite en 1979. C’est la première fois que l’on observe une diminution de la glace en dessous de 2 millions de kilomètres carrés.

La glace de mer dans les eaux polaires méridionales a atteint son niveau le plus bas le 25 février 2022, soit 1,92 million de kilomètres carrés (741 000 miles carrés). C’est 190 000 kilomètres carrés (73 000 miles carrés) de moins que le précédent record à la baisse atteint le 3 mars 2017. Par rapport au minimum moyen, il manque cette année à la glace de mer une zone d’environ deux fois la taille de la Californie.

La carte montre l’étendue de la glace le jour de son record minimum. L’étendue est définie comme la zone totale dans laquelle la concentration de glace est d’au moins 15 %. Le contour jaune indique l’étendue médiane de la glace de mer pour le mois de février de 1981 à 2010. Une médiane est la valeur du milieu : C’est-à-dire que la moitié des étendues étaient plus grandes que la ligne jaune et l’autre moitié plus petites.

La saison de fonte 2021-2022 a commencé plus tôt que d’habitude, après que la glace a atteint son étendue maximale saisonnière le 1er septembre 2021, puis a rapidement diminué tout au long du printemps et de l’été austral. Selon Walt Meier, chercheur sur la glace de mer au Centre national des données sur la neige et la glace, les vents ont été la principale raison de la faiblesse de la glace cette année. Il a expliqué que les vents autour du continent étaient « beaucoup plus forts que la normale », ce qui a rapidement poussé la glace vers le nord, dans des eaux plus chaudes où elle a fondu. Une exception a été faite dans la mer de Weddell, où les vents ont poussé la lisière de la glace vers le sud.

Aujourd’hui, un mois après que la glace de mer a atteint son minimum annuel, M. Meier a déclaré que le taux de croissance semble normal. Même la vague de chaleur qui a fait grimper en flèche les températures de l’air en Antarctique au cours de la troisième semaine de mars ne semble pas avoir ralenti la croissance. « Ce sont vraiment les températures de l’océan qui comptent », a déclaré Meier, « et une brève vague de chaleur n’affectera pas trop les choses à cet égard. »

Il reste à voir quelle quantité de glace repoussera cette année. Alors qu’il est courant que la glace de mer de l’Antarctique fonde presque entièrement jusqu’à la côte pendant l’été austral, la glace croît sans contrainte en automne et en hiver. Après des mois de croissance (de février à septembre), la nouvelle glace de mer s’étend généralement sur une zone d’océan d’une superficie environ deux fois supérieure à celle des États-Unis.

D’une année à l’autre, la glace de mer de l’Antarctique peut être très variable ; depuis 2013, elle a atteint son niveau le plus haut et son niveau le plus bas depuis le début des relevés. Une poussée de croissance de la glace de mer en 2014 et 2015 a renforcé une petite tendance à la hausse dans le registre à long terme. Mais au cours des sept dernières années, la glace de mer s’est généralement située au niveau ou en dessous de la moyenne, avec notamment des minima record en 2017 et 2022. La tendance à long terme semble maintenant plate, et en raison de la variabilité, elle n’est pas considérée comme statistiquement significative.

En revanche, la glace de mer dans l’Arctique affiche une nette tendance à la baisse. Cela signifie qu’à l’échelle mondiale, la planète perd de la glace de mer. « Globalement, pour l’Arctique et l’Antarctique combinés », a déclaré M. Meier, « la tendance est définitivement toujours à la baisse ».

credit : NASA Earth

Adaptation Terra Projects

Source : https://earthobservatory.nasa.gov/

(405)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :