Dernières Infos

Et voici comment l’urine pourrait devenir un nouveau carburant et générer de l’énergie propre pour toute la planète

Des chercheurs de l’université de Bath ont développé une pile à combustible miniature capable de générer de l’électricité à partir de l’urine, créant un moyen abordable, renouvelable et neutre en carbone de générer de l’énergie. Un outil qui, s’il est fiable et bien développé, pourrait aider à apporter de l’électricité à des populations pauvres.

Steven Andlauer : Les piles à combustibles libèrent de l’énergie, sous forme d’électrons, par oxydation d’un matériau (le réducteur, ou combustible, typiquement de l’hydrogène), qui libère ses électrons vers un autre matériau (l’oxydant).

Cette réaction chimique peut être accélérée par la présence d’une membrane contenant un accélérateur, un catalyseur, entre les deux électrodes. Le catalyseur est un point de blocage fréquent, car souvent fabriqué à partir de platine ou d’alliages complexes.

Le combustible est un autre point bloquant, car la manipulation d’hydrogène peut être dangereuse. Dans l’approche de l’université de Bath, le catalyseur est fabriqué à partir de matériaux organiques, bon marché, et l’urine sert de combustible. La réaction est biologique. Sur le papier, leur solution permet donc de lever deux verrous importants des piles à combustible, le prix du catalyseur, et la sécurité du combustible, le tout dans un microformat.

Quelles autres perspectives ce projet pourrait-il ouvrir ?
Il est toujours heureux que de nouvelles possibilités apparaissent, et on peut considérer – si la fiabilité est démontrée hors labo- l’exploitation de ces piles pour des usages au-delà du téléphone. Les résultats publiés semblent indiquer qu’il est possible d’agréger ces micro-piles, sans perte d’énergie, ce qui permet d’envisager des applications plus consommatrices d’énergie qu’un téléphone. Cela pourrait servir à améliorer les conditions de sanitaires en intérieur, pour alimenter des pompes, des filtres, des brosses, ou des aérateurs. Plus généralement, on pourrait imaginer aujourd’hui des applications là où le solaire n’est pas une option.

Par ailleurs :

Une équipe de chercheurs britanniques a imaginé des chaussettes capables de produire de l’électricité grâce aux microbes contenues dans l’urine.

L’heure est aux résolutions vertes et écologiques. Aujourd’hui plus que jamais, des solutions naturelles pour produire de l’énergie se développent pour le plus grand bonheur de notre planète. Et de toute évidence, toute idée est bonne à prendre, comme par exemple transformer ses déchets humains en énergie électrique.

Cette équipe de chercheurs de l’université de l’Ouest de l’Angleterre, vient de concrétiser cette idée en mettant au point un système autonome de production d’énergie. Ce système s’appuie principalement sur des chaussettes conçues spécialement par l’équipe, et des piles à bactéries (MFC) pour  générer de l’électricité.

Le principe est simple, lorsque la personne se met à marcher, elle met en route des pompes installées dans le talon des chaussettes. A travers des tubes installés, Ces pompes font circuler l’urine en direction des 24 piles microbiennes accrochées aux mollets. Ces piles enferment elles-mêmes des bactéries qui vont absorber les nutriments, et s’en servir comme carburant pour tourner. L’énergie développée produira de l’électricité. Le principe est inspiré des poissons, expliquent les chercheurs. Tout comme les muscles des poissons ont besoin de leur approvisionnement en sang pour maintenir leurs réserves d’oxygène, les piles à bactéries ont besoin de l’urine pour assurer un approvisionnement constant et maintenir leur fonctionnement.

extraits et sources de http://www.atlantico.fr/ / http://www.objetconnecte.net/

(392)

Laissez un message

Laissez un message