Dernières Infos

Des molécules organiques trouvées sur Mars pourraient avoir une origine biologique

La planète rouge pourrait avoir eu des conditions propices à la vie, en particulier dans les profondeurs souterraines. Cependant, il n’y a pas de vie actuellement sur Mars (du moins à notre connaissance). Et pourtant, aujourd’hui, le rover Curiosity de la NASA a peut-être trouvé un signe de vie passée à la surface de la planète.

Des composés organiques connus sous le nom de thiophènes se trouvent sur Terre : dans le charbon, le pétrole brut et, curieusement, dans les truffes blanches (le champignon apprécié des épicuriens et des cochons sauvages). À présent, des thiophènes ont également été découverts sur Mars, et l’astrobiologiste Dirk Schulze-Makuch, de l’Université de l’État de Washington, pense que leur présence serait compatible avec l’existence d’une vie précoce sur Mars.

Schulze-Makuch et Jacob Heinz, de la Technische Universität de Berlin, explorent en effet certaines des voies possibles pour les origines des thiophènes sur la planète rouge. Leurs travaux suggèrent qu’un processus biologique, impliquant probablement des bactéries, peut avoir joué un rôle dans l’existence du composé organique dans le sol martien.

« Nous avons identifié plusieurs voies biologiques pour les thiophènes, qui semblent plus probables que les voies chimiques, mais nous avons encore besoin de preuves », a déclaré Dirk Schulze-Makuch. « Si vous trouvez des thiophènes sur Terre, alors vous pensez tout de suite qu’ils sont biologiques, mais sur Mars, bien sûr, la barre pour prouver que cela est le cas est un peu plus haute », a-t-il ajouté.

Des preuves supplémentaires pour confirmer l’origine biologique de ces molécules

De ce fait, les scientifiques auront encore besoin de preuves supplémentaires. Des preuves qui pourraient bien provenir du prochain rover, le Rosalind Franklin, qui devrait être lancé en juillet 2020. Ce dernier transportera un analyseur de molécules organiques martiennes, ou MOMA (de l’anglais “Mars Organic Molecule Analyzer”), qui utilisera une méthode d’analyse moins destructive et qui permettra la collecte et l’analyse de plus grandes molécules.

La recherche a été publiée dans Astrobiology .

sources : https://www.sciencealert.com/ / extrait de https://trustmyscience.com/

(186)

Laissez un message