Dernières Infos

De la découverte de l’eau autour d’une exoplanète potentiellement habitable, à la déclaration de la Navy sur les Ovnis

Située à plus d’un million de milliards de kilomètres de la Terre, cette planète est la «meilleur candidate» pour la recherche de signes de vie extraterrestre.

De cette perle rare, «super intéressante», les astronomes savent encore peu de choses. Mais ce qu’ils ont découvert est très prometteur, et propulse cette exoplanète très lointaine, située à plus d’un million de milliards de kilomètres de la Terre, au rang de «meilleur candidate» pour la recherche de signes de vie extraterrestre.

«Trouver de l’eau dans un monde potentiellement habitable — autre que la Terre — est incroyablement excitant (…) et cela nous rapproche de la réponse à la question fondamentale: la Terre est-elle unique ?», se félicite Angelos Tsiaras, de l’University College London et coauteur de l’étude publiée mercredi dans Nature Astronomy.

«Les observations du télescope spatial Hubble nous ont permis de découvrir que la planète possède une atmosphère, et que cette dernière contient de la vapeur d’eau: deux bonnes nouvelles si on s’intéresse à l’habitabilité de la planète», explique à l’AFP Giovanna Tinetti, coauteure de l’étude.

A partir des données saisies par Hubble en 2016 et 2017, les chercheurs ont développé des algorithmes pour analyser la lumière filtrée par l’atmosphère de la planète. Les résultats ont révélé la signature moléculaire de la vapeur d’eau, précise un communiqué de l’University College London.

«On ne peut pas en déduire qu’il y a de l’eau liquide à la surface de l’exoplanète mais je pense que c’est fortement possible», poursuit l’astrophysicienne, également de l’University College London.

De plus, la planète est située dans la «zone habitable» de son étoile, c’est-à-dire ni trop près ni trop loin de sa source de chaleur, mais juste là où la température permet à l’eau d’exister à l’état liquide et où la vie, telle qu’on la connaît, pourrait se développer. Une température assez similaire à celle de la Terre.

Début d’une «longue série»?
Découverte en 2015 par le télescope spatial américain Kepler, l’exoplanète, baptisée K2-18b, orbite autour de l’étoile K2-18, une naine rouge située dans la constellation du Lion, à 110 années-lumière du système solaire (une année lumière équivaut à 9.460 milliards de km).

Huit fois plus massive que notre planète (c’est une «super-terre» comme toutes les exoplanètes ayant une masse comprise entre 1 et 10 fois celle de la Terre) et 2 fois plus grande, K2-18b est probablement composée de silicates (comme la Terre, Mars et Venus) et de glace.

Il y a quelques décennies, l’idée de trouver des planètes potentiellement habitables ou encore mieux, de l’eau dans leur atmosphère, était encore du domaine du fantasme.

Les astronomes attendent beaucoup des télescopes nouvelles générations, comme le satellite TESS de la Nasa, la mission ARIEL de l’ESA ou le James Webb Space Telescope.

En attendant, la Navy reconnait avoir filmé des ovnis !

L’US Navy confirme pour la première fois l’authenticité de vidéos dévoilées en 2017 et filmées par des avions de chasse : on y voit des formes lumineuses se déplaçant à grande vitesse. Au sens strict, des ovnis.

Ces vidéos, au nombre de trois, avaient été diffusées sur les médias américains à partir de décembre 2017. Elles avaient été mises en ligne par l’organisation TTSA (To The Stars Academy of Arts & Science) fondée par le musicien Tom DeLonge du groupe Blink 182 et dédiée à la recherche sur les phénomènes ufologiques. A l’époque, l’armée américaine n’avait pas commenté cette fuite ni même confirmé que les images provenaient bien d’avions de chasse.

Des « phénomènes aériens non identifiés »
C’est désormais chose faite. Un porte-parole de l’US Navy a reconnu lors d’un échange de mails avec un journaliste du site The Black Vault que ces images étaient bien authentiques et que l’armée enquêtait sur les étranges lueurs y apparaissant ; elles stupéfient même les pilotes qui les observent. L’armée ne parle toutefois pas d’Ovnis mais de « Phénomènes aériens non-identifiés » (UAP) se déroulant dans l’espace aérien des Etats-Unis. Elle précise aussi que les investigations sont toujours en cours et que à priori le grand public ne sera pas mis au courant des conclusions, sécurité du pays oblige.

Avec tout ceci, se rapprocherait-on du levé d’un mystère tant convoité depuis si longtemps ? 

Ce levé de mystère permettrait probablement de répondre à ces interrogations de la vie dans notre simple galaxie. Ainsi on cherche de la vie sur des exoplanètes, et si on trouvait de la vie extraterrestre sur la notre ? 

sources : https://www.lesoir.be/ / https://www.sciencesetavenir.fr/

(429)

Laissez un message