Dernières Infos

Des exoplanètes pourraient posséder plus de vivants que la Terre

Des scientifiques viennent de déclarer que d’autres mondes pourraient être remplis d’une vie encore plus florissante que celle que nous avons sur Terre.

Cette nouvelle étude pourrait avoir des conséquences importantes sur la manière dont nous recherchons la vie extraterrestre. ON peut imaginer également que la recherche pourrait être plus susceptible de trouver la vie sur les exoplanètes que nous l’avions imaginé.

« C’est une conclusion surprenante », a déclaré le Dr Stephanie Olson, principale chercheuse. « Cela nous montre que les conditions sur certaines exoplanètes avec des schémas de circulation océanique favorables pourraient mieux convenir à une vie plus abondante ou plus active que la vie sur Terre. »

Ces dernières années, les scientifiques ont découvert un nombre considérable d’exoplanètes ou de mondes gravitant autour d’étoiles qui ne nous appartiennent pas. Mais ils sont tous très loin – impossibles à atteindre même avec les sondes spatiales les plus rapides et difficiles à voir dans les moindres détails.

Les chercheurs travaillent sur une variété de moyens pour en savoir plus sur ces mondes, notamment des télescopes qui pourront « flairer » leur atmosphère et en apprendre davantage sur ce que pourraient être les planètes. Mais pour comprendre les informations qui leur sont fournies, les scientifiques doivent élaborer des modèles détaillés et complexes du fonctionnement des planètes et de leur climat.

En combinant ces observations avec ces modèles, les scientifiques cherchent à comprendre laquelle de ces planètes lointaines pourrait abriter une vie extraterrestre.

Maintenant, le Dr Olson et son équipe ont combiné ce travail pour comprendre les conditions d’adaptabilité à la vie de ces exoplanètes, ce qui aidera à éclairer cette recherche. Les travaux ont été présentés au congrès Goldschmidt Geochemistry à Barcelone.

« La recherche de la vie dans l’univers de la NASA est centrée sur les planètes dites de zones habitables, qui sont des mondes susceptibles de générer des océans d’eau liquide », a-t-elle déclaré. « Mais tous les océans ne sont pas également hospitaliers – et certains océans seront de meilleurs endroits pour vivre que d’autres en raison de leurs schémas de circulation mondiaux ».

Pour mener cette étude, l’équipe a créé des modèles de ces planètes à l’aide du logiciel Nasa, ce qui leur permet de simuler les conditions sur ces exoplanètes. En utilisant cette technologie Nasa, ils ont pu créer des modèles de climats et d’océans possibles sur ces exoplanètes.

Ils ont découvert que beaucoup d’entre eux semblaient être des endroits plus hospitaliers et florissants que la Terre. Ils ont examiné le processus dans les océans de la Terre qui permet à la vie de prendre racine ici – et ont examiné si le même processus pourrait se produire ailleurs dans l’univers.

« Notre travail visait à identifier les océans exoplanètes qui ont la plus grande capacité d’accueillir une vie abondante et active dans le monde », a déclaré le Dr Olson dans un communiqué.

« La vie dans les océans de la Terre dépend de l’upwelling (flux ascendant) qui renvoie les nutriments des profondeurs sombres de l’océan vers les parties ensoleillées de l’océan où la vie photosynthétique vit. Une plus grande ascension signifie plus de réapprovisionnement en nutriments, ce qui signifie plus d’activité biologique.

« Ce sont les conditions que nous devons rechercher sur les exoplanètes ».

En modélisant diverses exoplanètes, les chercheurs ont été en mesure de déterminer quels types seraient les plus susceptibles de se développer puis de se maintenir en vie. Et ils ont été surpris de constater que la Terre n’est pas la meilleure planète – et qu’il existe peut-être d’autres mondes qui constituent un bien meilleur endroit pour débuter la vie.

« Nous avons utilisé un modèle de circulation océanique pour identifier les planètes qui auront l’upwelling le plus efficace et offriront ainsi des océans particulièrement hospitaliers », a-t-elle déclaré. « Nous avons constaté qu’une densité atmosphérique plus élevée, des taux de rotation plus lents et la présence de continents entraînaient tous des taux de remontée plus élevés.

« Une implication supplémentaire est que la Terre pourrait ne pas être habitée de manière optimale – et la vie ailleurs pourrait profiter d’une planète encore plus hospitalière que la nôtre. »

Le travail est important car notre technologie signifie que nous ne pouvons pas tout voir: il y a presque certainement plus de vie que nous ne pourrons jamais observer, même avec les télescopes et autres équipements les plus perfectionnés. Cela signifie que les scientifiques devront optimiser leur recherche en examinant les planètes où la vie aura plus de faciliter à se développer.

« Nous nous attendons à ce que les océans jouent un rôle important dans la régulation de certains des signes de vie détectables les plus convaincants sur des mondes habitables, mais notre compréhension des océans au-delà de notre système solaire est actuellement très rudimentaire », a déclaré Chris Reinhard, du Georgia Institute of Technology. « Les travaux de M. Olson représentent un pas en avant significatif et passionnant dans notre compréhension de l’océanographie des exoplanètes. »

La nouvelle recherche pourrait aider à expliquer comment les nouveaux télescopes doivent être élaborés, puisque nous savons maintenant quels types de planètes seront les meilleurs à détecter. « Maintenant, nous savons ce qu’il faut rechercher, nous devons donc commencer à chercher », a déclaré le Dr Olson.

Adaptation Terra Projects – La Terre du Futur

source : https://www.independent.co.uk

(994)

Laissez un message