Dernières Infos

Les incohérences du Réchauffement Climatique

Selon le Sunday Times, de nombreuses incohérences sont à noter dans le réchauffement climatique et bien des origines sur les faits sont discutables. Ici les pendules sont remises à l’heure.

Quand les politiciens et les journalistes déclarent que la science du réchauffement global est une chose sure, ils démontrent une ignorance regrettable sur la façon que la science fonctionne. Nous avons été mal traités récemment quand les experts de Intergovernmental Panel on Climate Change ont publié dans le Summary for Policymakers qui met la politique dans un dossier scientifique sur le changement climatique. Ils ont déclaré que la majeure partie de l’élévation des températures depuis le milieu du 20eme siècle est due très probablement aux gaz à effet de serre d’origine humaine.

La petite copie explique « très probablement » que les experts qui ont fait ce jugement étaient surs à 90% de leur sujet. On peut se rappeler d’une conférence de presse chez Harwell en 1958 où monsieur John Cockcroft, le plus grand physicien nucléaire de la Grande-Bretagne, avait dit qu’il était certain à 90% que ses hommes avaient réalisé la fusion nucléaire controlée. Elle s’est avérée qu’il avait tort. Plus franchement, une incertitude de 10% dans n’importe quelle théorie est une grande erreur qui laisse une porte ouverte pour des personnes comme Galilée ou Einstein, plus tard, qui donneront et avanceront de meilleures idées. C’est vraiment ainsi que la science fonctionne.

Il y a vingt ans, la recherche climatique est devenue politisée en faveur d’une hypothèse particulière, qui a redéfini le sujet comme l’étude de l’effet des gaz à effet de serre. En conséquence, l’essentiel des esprits rebelles pour la science innovatrice et digne de confiance sont remerciés avec des empêchements dans leurs carrières scientifiques. Et tandis que les médias trouvent habituellement des francs-tireurs amusant au moins, dans ce cas-ci ils imaginent souvent que n’importe qui, qui doutent de l’hypothèse du réchauffement global anthropique doit être soudoyé par des compagnies pétrolières. En conséquence, quelques découvertes majeures dans la recherche climatique disparaissent et ne sont presque pas officialisées.

L’enthousiasme de l’alarme du réchauffement global s’assure également que les vagues de chaleur font les titres, alors que des symptômes contraires, tels que la perte d’un milliard-dollar de cet hiver 2007 des récoltes californiennes dû au gel inhabituel, sont relégués aux pages d’affaires. L’arrivée précoce des oiseaux migrateurs au printemps apporte l’évidence d’un réchauffement récent des terres nordiques. Mais est-ce que quelqu’un a indiqué qu’en Antarctique de l’Est, les pingouins d’Adélie et les Pétrels de Cap se sont déplacés vers le nord de leurs sites de reproduction avec un décallage de neuf jours plus tard par rapport il y a 50 ans ? Tandis que la mer de glace a diminué dans l’Arctique depuis 1978, elle s’est développée de 8% dans l’océan méridional.

Telle qu’une question inapropriée que vous pouvez vous poser, quand vous sortez dehors et que vous voyez ces taxes supplémentaires pour le changement du climat, « pourquoi l’Est de l’Antarctique se refroidit ? » Il ne semble pas raisonnable du tout si le co2 conduit au réchauffement global. Les meilleures mesures des températures de l’air globale viennent des satellites météo américain, et elles ne montrent que des oscillations mais aucun changement global depuis 1999.

La stabilisation climatique est plus justifiée par rapport à ce qui est prévu par l’hypothèse actuelle principale, qui indique que le soleil conduit des changements de climat plus emphatiquement que des gaz à effet serre. Après être devenu beaucoup plus actif pendant le 20ème siècle, le soleil se maintient actuellement à une activité très importante. Les physiciens solaires avertissent du refroidissement global possible, si le soleil retourne vers son humeur plus paresseuse du petit age glaciaire d’il y a 300 ans.

L’histoire du climat et de l’archéologie relative donnent pleinement l’appui à l’hypothèse solaire. L’épisode du 20ème sècle, ou réchauffement moderne, était juste le dernier d’une longue corde d’événements semblables produits par un soleil hyperactif, dont le bout était le réchauffement médiéval.

La population chinoise a doublé alors, alors qu’en Europe, les Vikings et les constructeurs de cathédrale prospéraient. Les reliques fascinantes d’épisodes antérieurs viennent des Alpes suisses, avec la redécouverte en 2003 d’un long passage oublié utilisé par intermittence toutes les fois que le monde a été chaud.

Qu’est ce que l’Intergovernmental Panel fait-il avec une telle évidence emphatique pour une alternance de périodes chaudes et froides, liée à l’activité solaire et a continué longtemps avant que l’industrie humaine ait été un facteur possible ? Les 2007 Summary for Policymakers se vantent de la responsabilité d’une toute petite partie du soleil du changement climatique qu’ils ont concédé dans un rapport en 2001.

Le dédain pour le soleil est assorti à un manque par les experts auto-désignés en matière d’effets de serre de suivre des découvertes mal venues au sujet dont les variations solaires commandent le climat. L’éclat du soleil peut changer aussi peu, pour expliquer les grandes oscillations du climat. Mais plus de 10 ans ont passé depuis que Henrik Svensmark à Copenhague a précisé pour la première fois un mécanisme beaucoup plus puissant.

Il a vu des compilations de données satellites météo que l’opacité nuageuse change selon combien de particules atomiques entrent des étoiles éclatées. Plus de rayonnements, plus de nuages. Les battements du champ magnétique solaire avec moins de rayonnement, et son intensification pendant le 20ème siècle ont donné moins de nuages, et un monde plus chaud. D’une autre part, lors du petit age glaciaire, le soleil était plus paresseux et laissait plus de rayonnements, laissant le monde plus nuageux et plus sombre.

La seule difficulté avec l’idée de Svensmark indépendamment de son coté politiquement incorrect était que les météorologistes ont nié que des rayonnements pouvaient être impliqués dans la formation des nuages. Après un long retard, en éraflant l’ensemble des fonds pour une expérience, Svensmark et sa petite équipe au centre national danois de l’espace a touché le jackpot en été 2005.

Dans une expérience dans une boite, ils pouvaient prouver que les électrons placés librement par des rayonnements provoquées des gouttelettes qui étaient piquées sur le plafond, d’acide sulfurique et d’eau. C’est ce qui fabrique des « blocks » pour la condensation de nuage. Mais nouvelle après nouvelle, on a refusé d’éditer leur rapport ; finalement la découverte est arrivée bien plus tard dans les démarches de la Royal Society l’année dernière.

Grâce à un écrit du Manic Sun, un livre concernant la découverte initiale de Svensmark éditée en 1997, j’ai été privilégié pour rapporter ses luttes et succès depuis lors. Les résultats sont un deuxième livre, les étoiles du refroidissement. Nous n’exagérons pas, nous croyons, quand nous les sous-titrons « une nouvelle théorie du changement climatique ».

Quel est l’impact des gaz à effet de serre ? Leurs effets sont susceptibles d’être beaucoup moins prévus, mais personne ne peut vraiment indiquer jusqu’à ce quelles implications la nouvelle théorie du changement climatique soit plus complête.

La réestimation commence par l’Antarctique, où ces tendances contradictoires de la température sont directement prévues par le scénario de Svensmark, parce que la neige est là et plus blanche que dessus les nuages. En attendant l’humilité dans le visage des merveilles, la nature semble plus appropriée, que des affirmations arrogantes que nous pouvons prévoir et même un climat qui est influencé par le soleil et les étoiles.

sources : http://www.timesonline.co.uk/ / sunday Times / Traduction et adaptation de la Terre du Futur

(124)

Laissez un message