Dernières Infos

Le « plus grand phénomène de refroidissement climatique en deux ans depuis un siècle

Notre planète vient de vivre l’événement de refroidissement climatique le plus extrême en deux ans depuis un siècle. Mais où avez-vous vu cela dans les médias grand public ?

Vous ne l’avez pas vu, même si les chiffres sont assez spectaculaires. Comme le rapporte Aaron Brown ici à Real Clear Markets : De février 2016 à février 2018 (le dernier mois disponible), les températures moyennes mondiales ont chuté de 0,56°C. Il faut remonter à 1982-1984 pour la prochaine baisse la plus importante sur deux ans, soit 0,47 °C, et ce, même pendant l’ère du réchauffement planétaire. Toutes les données de cet essai proviennent de l’équipe GISTEMP, 2018 : GISS Surface Temperature Analysis (GISTEMP). NASA Goddard Institute for Space Studies (jeu de données consulté le 2018-04-11 à https://data.giss.nasa.gov/gistemp/). C’est la source standard utilisée dans la plupart des reportages journalistiques sur les températures moyennes mondiales.

Le « Big Chill » 2016-18 était composé de deux « Little Chills », la plus grande baisse de cinq mois jamais enregistrée (de février à juin 2016) et la quatrième plus grande (de février à juin 2017). Un événement similaire de février à juin 2018 ramènerait les températures moyennes mondiales en dessous de la moyenne des années 1980. Février 2018 a été plus froid que février 1998.

Pour replacer cette baisse de température dans son contexte, il suffit de considérer qu’elle est suffisante pour compenser plus de la moitié du réchauffement planétaire que la planète a connu depuis la fin du XIXe siècle.

Depuis la fin du petit âge glaciaire dans les années 1880, la planète s’est réchauffée d’environ 0,8°C. Vous pourriez penser que ce n’est pas un niveau de réchauffement particulièrement drastique. Vous pourriez également noter qu’un tel taux de réchauffement est bien antérieur dans des périodes de l’histoire, comme pendant les périodes de réchauffement minoenne, romaine et médiévale. Néanmoins, cette hausse de 0,8°C – 0,9°C, sous l’effet d’une poussée – est le terrible événement climatique que l’establishment alarmiste a garanti que c’est la pire chose qui soit ces dernières décennies et que cela devrait terriblement nous inquiéter.

 

…Entre-temps, une étude de Judith Curry et Nic Lewis – également largement non couverte par les médias grand public – confirme ce que les sceptiques disent depuis des années : les modèles informatiques utilisés par l’establishment alarmiste pour prédire le réchauffement climatique sont trop orientés à la hausse.

Selon Investors Business Daily : Dans l’étude, les auteurs Nic Lewis et Judith Curry ont examiné les relevés de température réels et les ont comparés à des modèles informatiques du changement climatique. Ce qu’ils ont découvert, c’est que la planète s’est montrée beaucoup moins sensible aux augmentations de CO2 que ne le disent les modèles climatiques. Par conséquent, disent-ils, la planète se réchauffera moins que ne le prédisent les modèles, même si nous continuons à pomper du CO2 dans l’atmosphère.

Comme Lewis l’explique : “Nos résultats impliquent que, pour tout scénario d’émissions futures, le réchauffement à venir est susceptible d’être sensiblement inférieur au niveau simulé par le modèle informatique central projeté par le (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies), et qu’il est très peu probable qu’il dépasse ce niveau.

Ainsi, le “réchauffement planétaire” anticipé, qui était potentiellement dangereux, devient facilement gérable. 

extrait et source de http://jlduret.ecti73.over-blog.com/

(1752)

Laissez un message