Dernières Infos

La pollution humaine atteint des profondeurs inédites, à 10 kilomètres sous les mers

Plus aucun endroit du monde n’est épargné de l’impact de l’homme, pas même les fosses océaniques les plus profondes du monde. C’est ce que viennent de découvrir des scientifiques britanniques grâce à un petit crustacé.

La pollution marine n’est plus un secret pour personne. L’UNESCO recense la mort de plus de 100 000 mammifères marins chaque année. Tout aussi alarmant, on dénombre 500 « zones mortes » dans les océans, dont la surface totale est égale à la taille du Royaume-Uni.

Mais qui aurait pu imaginer que des espaces marins situés à 10 000 mètres de profondeur et quasi-inaccessibles puissent eux aussi être souillés par les activités humaines ?

Une étude menée par des chercheurs britanniques vient pourtant de le révéler. Elle a été réalisée dans le Pacifique, dans les deux fosses les plus profondes au monde : celle des Mariannes (entre les Philippines et le Japon), et celle des Kermadec (au nord de la Nouvelle-Zélande).

Publiée le 13 février dans la revue Nature Ecology & Evolution, l’étude dévoile l’existence de hautes doses de PCB (polychlorobiphényle) et de PBDE (polybromodiphényléthers) dans ces fosses. Avec des niveaux de concentration 50 fois plus élevés que dans le fleuve Liao, en Chine, ou la baie de Suruga, au Japon, qui comptent pourtant parmi les lieux les plus pollués de la planète.

Le PCB et le PBDE entrent dans la catégorie des « polluants organiques persistants » (POP), ils sont notamment issus d’appareils électriques et de l’industrie pétrolière. Entre les années 1930 et 1970, la production mondiale de ces POP, aujourd’hui interdits, s’est chiffrée à 1,3 million de tonnes, dont actuellement « 35 % se retrouvent sur les côtes et en haute mer ».

« Ces polluants ne se dégradent pas naturellement et persistent donc dans l’environnement pendant des décennies. En outre, ils peuvent se propager sur de grandes distances. »

extrait et source : https://www.wedemain.fr/

(289)

1 vote
%d blogueurs aiment cette page :