Dernières Infos

Vénus aurait pu être habitable, mais un grand océan a ralenti sa rotation

Vénus est un endroit infernal ! C’est la planète la plus chaude du système solaire, avec des températures atmosphériques suffisamment élevées pour faire fondre le plomb. L’air est également un panache toxique, composé principalement de nuages ​​de pluie de dioxyde de carbone et d’acide sulfurique. Et pourtant, les scientifiques pensent que Vénus était autrefois un endroit très différent, avec une atmosphère plus froide et des océans liquides à sa surface.

Malheureusement, tout cela a changé il y a des milliards d’années alors que Vénus a connu un effet de serre effréné, transformant le paysage en un monde infernal que nous connaissons aujourd’hui. Selon une étude réalisée par une équipe internationale de scientifiques et soutenue par la NASA, c’est peut-être en réalité la présence de cet océan qui a amené Vénus à provoquer cette transformation.

En plus d’être extrêmement chaude, Vénus ne subit pratiquement aucune variation de température entre le jour, la nuit et sur toute l’année. Ceci est attribué à son atmosphère extrêmement dense (93 fois la pression de l’atmosphère terrestre) et à la lente rotation de la planète. Par rapport à la rotation relativement rapide de la Terre de 23 heures, 56 minutes et 4 secondes, Vénus met environ 243 jours pour effectuer une seule rotation sur son axe.

Il est également intéressant de noter que Vénus tourne dans la direction opposée à la Terre et à la plupart des autres planètes (rotation rétrograde). Entre cette rotation extrêmement lente, l’atmosphère épaisse créant une forte isolation de la planète et le transfert de chaleur par les vents dans la basse atmosphère, les températures à la surface de Vénus ne s’écartent jamais beaucoup de la moyenne de 462 ° C.

Les astronomes soupçonnaient depuis un certain temps que Vénus aurait pu tourner plus rapidement et dans la même direction que la Terre, ce qui aurait été un facteur clé pour pouvoir supporter un océan liquide à sa surface (et peut-être même la vie). En ce qui concerne ces anomalies, une théorie populaire veut qu’un très fort impact ait ralenti et même inversé la rotation de Vénus.

Dans le cadre de leur étude, récemment parue dans The Astrophysical Journal Letters, l’équipe dirigée par le Dr. Mattias Green (océanographe physique de l’Université de Bangor) avec des collègues de la NASA et de l’Université de Washington a testé la possibilité que ce soit un océan au début de l’existence de Vénus qui en était responsable.

En termes simples, les marées freinent la rotation d’une planète en raison des frictions générées entre les courants de marée et le fond de la mer. Sur Terre, cet effet modifie la durée d’une journée d’environ 20 secondes tous les millions d’années. Pour quantifier l’ampleur du frein qu’un océan précoce aurait placé sur Vénus, Green et ses collègues ont procédé à une série de simulations à l’aide d’un modèle de marée numérique spécialement dédié.

L’équipe a simulé ce à quoi ressemblerait Vénus avec des océans de profondeurs variables et une période de rotation allant de 243 à 64 jours terrestres. Ils ont ensuite calculé les taux de dissipation des marées et le couple associé qui en résulterait. Ils ont découvert que les marées océaniques auraient suffi à la ralentir de 72 jours terrestres par million d’années, selon le taux de rotation initial.

Cela suggère que le frein de marée aurait pu ralentir la rotation actuelle de Vénus en seulement 10 à 50 millions d’années. À cet égard, les marées océaniques sur une ancienne Vénus auraient pu avoir un effet très déterministe sur l’histoire de la rotation de la planète. En plus d’offrir une explication alternative quant aux raisons pour lesquelles Vénus effectue sa rotation, cette étude a des implications qui pourraient contribuer dans une large mesure à répondre à certains des mystères les plus profonds de Vénus.

Comme l’a dit le Dr Green dans un communiqué de presse de l’Université de Bangor :

« Ce travail montre à quel point les marées peuvent être importantes pour remodeler la rotation d’une planète, même si cet océan n’existe que depuis quelques 100 millions d’années, et à quel point les marées sont essentielles pour rendre une planète habitable. »

En d’autres termes, le freinage par les marées pourrait avoir été un aspect important de ce qui a rendu Vénus initialement habitable. Ceci est corroboré par des recherches antérieures menées par le Dr Michael Way (chercheur au Goddard Institute of Space Studies de la NASA et co-auteur de cette étude), qui indiquaient comment Vénus pouvait avoir eu beaucoup plus de conditions hospitalières à la suite d’une rotation prograde plus lente que 16 jours terrestres.

Ces découvertes pourraient également avoir des implications pour l’étude des planètes extrasolaires, où de nombreux mondes de type «Vénus» ont déjà été découverts. Les astronomes pouvaient donc supposer avec une certaine confiance que les exoplanètes situées près du bord intérieur de leurs zones habitables circumstellaires avaient des périodes de rotation similaires, qui résultaient du ralentissement de leurs océans.

Mais peut-être que cette étude pourrait-elle aussi aider planifier de possibles efforts futurs pour restaurer Venus à ce à quoi elle ressemblait il y a des milliards d’années – c’est-à-dire la terraformer ! Parmi les nombreux scénarios qui ont été proposés pour redonner la vie à Vénus, il est prévu d’accélérer sa rotation, permettant ainsi un cycle jour-nuit plus court et des variations de température similaires à celles de la Terre.

Mais bien sûr, dans la simple hypothèse totalement utopique de nos jours, que Vénus puisse redevenir habitable, les futurs habitants devront surveiller les marées avec soin. Sinon, ils pourraient se retrouver avec des jours qui durent à peu près aussi longtemps qu’une année vénusienne !


Conception artistique d’une Vénus terraformée, montrant une surface largement recouverte d’océans. Crédit: Wikipedia Commons / Ittiz

Adaptation La Terre du Futur

source : https://www.universetoday.com/

(321)

Laissez un message

Laissez un message