Dernières Infos

Menace sur Naples, la lave serait à 40m de profondeur

On se rappelle du forage effectué sur Agnano, à proximité de Naples dans les champs phlégréens en juin 2020. La situation se tend et devient dangereusement inquiétante.

Une fumerolle de plus de 80 mètres de haut est ce qui reste du forage réalisé pour un projet géothermique, actuellement suspendu, dans la caldeira des Campi Flegrei (champs phlégréens Naples), la zone volcanique la plus dangereuse d’Europe voire du monde. Des colonnes de gaz malodorantes se répandent dans l’air, une épaisse couverture blanchâtre recouvre toutes les surfaces dans les environnements. Les comités civiques sont alarmés, demandant, par l’intermédiaire du porte-parole Giuseppe Mosca, des éclaircissements sur une série d’anomalies enregistrées dans le réseau sismique, également parce que les analyses des techniciens ont détecté la présence probable de lave à une profondeur de 30/40 mètres. Pour le volcanologue Giuseppe Mastrolorenzo, le risque d’explosion est élevé, il convient donc de procéder à l’interdiction de toute la zone pour protéger la sécurité des citoyens.

L’Observatoire du Vésuve n’aurait pas été informé des opérations d’excavation du projet GeoGrid menées dans cette zone à forte énergie sismique, ni aux dates ni encore moins aux lieux.

Ainsi, après que l’institut ait enregistré une série d’anomalies dans le réseau sismique et après avoir reçu des rapports de citoyens, une équipe de géochimistes Ov-Ingv a été envoyée sur le site pour vérifier les données, mais l’accès a été empêché.

Ce n’est que plus tard, après avoir été accompagnés par la police municipale de Pouzzoles et le maire, que les géologues ont réussi à accéder au chantier de construction et à effectuer les premières analyses d’un forage dans l’un des lieux volcaniques les plus peuplés et les plus dangereux de la terre.

Les analyses ont révélé une présence probable de laves à une profondeur de 30/40 mètres et de plus il semble que l’évolution du processus actuel ne soit pas prévisible, il ne peut être exclu que la poursuite de l’émission incontrôlée de fluides puisse conduire à l’extension de la zone touchée.

«Des tonnes de matière sortent de la fumerolle toutes les heures et cela signifie que le sous-sol se vide avec une modification conséquente de la structure hydro-thermique.

Un autre fait gravissime est qu’ils ont détourné le jet de fumerolles en installant ce tuyau, mais que la concentration des gaz au sol a donc augmenté, augmentant ainsi les risques, j’ai fait un rapport à Engv.

Je me demande pourquoi toute la zone n’a pas encore été fermée, la situation est très dangereuse. « – étaient les mots du volcanologue Giuseppe Mastrolorenzo.

«Tout cela est très grave. Le projet Geogrid semble non seulement n’avoir aucun permis pour effectuer des fouilles, mais n’aurait jamais communiqué avec l’Observatoire vésuvien sur ces opérations, gardant ainsi les risques de ces travaux cachés, mettant ainsi en danger la ville entière. À ce stade, nous, après avoir obtenu la révocation du financement par la région, nous demandons en plus de celle du ministère public qu’une enquête interne soit ouverte afin que les responsabilités de cette situation qui apparaît chaque jour plus inquiétante soient constatées. Vous ne pouvez jouer avec la nature et la sécurité. Quiconque a fait une erreur devra payer de graves conséquences. Ainsi sont les propos du conseiller régional de l’Europe Verts, Francesco Emilio Borrelli, qui, dans la journée du 7 juillet 2020, a effectué une inspection dans la zone des fumerolles à Agnano avec les comités no Triv et Mastrolorenzo.

Adaptation Terra Projects

Sources : https://www.ilmessaggero.it/ / https://www.sciscianonotizie.it/

(5581)

Laissez un message