Dernières Infos

Une météorite interstellaire a percuté la Terre en 2014, les scientifiques veulent la retrouver

En 2014, un objet s’est écrasé dans l’océan au large des côtes de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les données recueillies à l’époque indiquaient que la météorite pourrait être un objet interstellaire. Si c’est le cas, il ne s’agit que du troisième objet de ce type connu (après Oumuamua et Borisov) et du premier à exister sur Terre. Lancer une expédition sous-marine pour le trouver serait un pari risqué, mais les retombées scientifiques pourraient être énormes.

Baptisé CNEOS 2014-01-08, le candidat objet interstellaire aurait mesuré environ un demi-mètre de large, et ses origines potentiellement interstellaires ont été reconnues pour la première fois par Amir Siraj, alors étudiant diplômé, et Avi Loeb, professeur à Harvard. À l’aide des données du catalogue concernant la trajectoire de l’objet, Siraj et Loeb ont conclu qu’il pourrait provenir d’au-delà de notre système solaire en raison de sa vitesse héliocentrique inhabituellement élevée – en d’autres termes, il se déplaçait à des vitesses qui suggèrent qu’il n’est peut-être pas lié au puits de gravité du Soleil.

Il y a cependant un hic. Les données utilisées pour mesurer l’impact de l’objet sur la Terre proviennent d’un satellite espion du ministère américain de la défense, conçu pour surveiller les activités militaires terrestres. En tant que telles, les valeurs d’erreur exactes des mesures sont un secret soigneusement gardé – l’armée américaine ne souhaite pas que les capacités précises de son satellite deviennent des informations du domaine public. Mais sans ces détails, une grande partie de la communauté scientifique reste, à juste titre, réticente à classer officiellement CNEOS 2014-01-08 comme un objet interstellaire. L’article de Siraj et Loeb n’a donc pas encore été publié, n’ayant pas encore passé l’examen par les pairs.

Leur affirmation a toutefois été renforcée en avril 2022, lorsque le scientifique en chef du Space Operations Command de l’US Space Force, Joel Mozer, a examiné les données classifiées en question et « confirmé que l’estimation de la vitesse communiquée à la NASA est suffisamment précise pour indiquer une trajectoire interstellaire ».

Le commandement spatial américain a confirmé que CNEOS 2014-01-08 a suivi une trajectoire interstellaire en avril 2022.
Si la classification scientifique officielle de CNEOS 2014-01-08 semble condamnée à rester dans les limbes pour le moment, la déclaration de l’US Space Force a suffi à convaincre Siraj et Loeb de son origine interstellaire, et ils sont maintenant passés à la proposition de moyens possibles pour trouver l’objet et l’étudier de près.

Une grande partie de la météorite se serait consumée lors de sa descente dans l’atmosphère terrestre, ne laissant probablement que des fragments éparpillés au fond de l’océan. Cependant, tout espoir n’est pas perdu, car les données de suivi du satellite, combinées aux données sur les vents et les courants océaniques, peuvent fournir une zone de recherche raisonnable de seulement 10 km sur 10 km. Plus important encore, on s’attend à ce que les fragments soient magnétiques, de sorte qu’un navire équipé d’un gros aimant pourrait potentiellement ramasser les minuscules fragments de météorite au fond de l’océan. Siraj et Loeb se proposent de le faire et se sont associés à une société de conseil en technologie océanique pour y parvenir.

Dans une interview accordée à Universe Today l’année dernière, Loeb a expliqué qu’une telle recherche pourrait nous offrir « l’opportunité de mettre la main sur la relique et de déterminer si elle est naturelle, si c’est un rocher, ou autre chose.

Même s’il ne s’agit que d’un caillou – ce qui est de loin l’explication la plus probable – cela nous en apprendrait beaucoup sur la composition de la matière rocheuse au-delà de notre propre système solaire, et ce serait en soi un élément précieux de nouvelles données.

Adaptation Terra Projects

source : https://www.universetoday.com

(345)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :