Dernières Infos

Une étoile à 65 années lumières de la Terre a probablement causé une extinction de masse sur notre planète

Selon des chercheurs de l’Université de l’Illinois, une supernova à 65 années-lumière de la Terre a probablement provoqué un événement d’extinction de masse au cours de la période du Dévonien supérieur, il y a 359 millions d’années.

Les chercheurs ont trouvé des isotopes radioactifs dans les roches qui pourraient être en mesure de confirmer un tel événement, comme détaillé dans un nouvel article publié dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Au cours de la période du Dévonien tardif, lorsque la plus grande partie de la vie se trouvait dans les océans, l’une des pires extinctions de masse de l’histoire de la Terre a gravement endommagé son écosystème. Pourtant, la causé n’avait jamais été identifiée.

Pour expliquer l’événement, l’équipe a examiné des roches contenant d’anciennes spores de plantes. Ces spores semblent avoir été gravement brûlées par la lumière ultraviolée, probablement la conséquence de la disparition de l’ozone dans l’atmosphère.

« Les catastrophes terrestres telles que le volcanisme à grande échelle et le réchauffement climatique peuvent également détruire la couche d’ozone, mais les preuves de celles-ci ne sont pas concluantes pour l’intervalle de temps en question », a déclaré le professeur d’astronomie et de physique Brian Fields, auteur principal, dans un communiqué. «Au lieu de cela, nous proposons qu’une ou plusieurs explosions de supernova, à environ 65 années-lumière de la Terre, auraient pu être responsables de la disparition de l’ozone.»

Cela aurait été tout un événement, éclairant le ciel.

«Pour mettre cela en perspective, l’une des menaces de supernova les plus proches aujourd’hui vient de l’étoile Bételgeuse, qui est à plus de 600 années-lumière et bien en dehors de la distance de destruction de 25 années-lumière», étudiante diplômée et co-auteur de l’étude Adrienne Ajouta Ertel.

L’équipe s’est également penchée sur d’autres causes d’appauvrissement de la couche d’ozone, notamment les impacts de météorites et les sursauts gamma, mais celles-ci n’auraient pas causé d’appauvrissement à plus long terme.

Ils suggèrent que la violente supernova a inondé notre planète de dangereux rayons UV, X et gamma, irradiant la couche d’ozone avec des effets qui auraient duré jusqu’à 100.000 ans, selon les chercheurs.

Pour confirmer leurs soupçons, l’équipe recherche maintenant deux isotopes radioactifs spécifiques du plutonium, originaires de la période du Dévonien tardif, qui n’auraient pu arriver sur Terre qu’à partir d’explosions cosmiques.

«Le message primordial de notre étude est que la vie sur Terre n’existe pas de manière isolée», explique Fields. «Nous sommes citoyens d’un cosmos plus vaste, et le cosmos intervient dans nos vies – souvent imperceptiblement, mais parfois férocement.

Adaptation Terra Projects

source : https://futurism.com/

(357)

Laissez un message

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Aidez nous à rester en ligne – Help us keep the lights on

La publicité nous aide à raconter les histoires d’hier, d’aujourd’hui et de demain. 

Soutenez-nous en désactivant votre adblocker sur notre site.

__________________

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Advertising help us tell the stories of yesterday, today, and future.

Support us by disabling your adblocker on our site.

Mettez en Pause AdBlocker sur Terra Projects – Disable AdBlocker on Terra Projects

(357)

//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

WordPress:

%d blogueurs aiment cette page :