Dernières Infos

Un crane humain de plus de 210000 ans trouvé hors d’Afrique

Un crâne humain vieux de 210 000 ans pourrait fournir de nouvelles preuves sur le fait que notre espèce ait quitté l’Afrique beaucoup plus tôt que prévu.

Une nouvelle étude publiée dans Nature sur deux fossiles découverts en Grèce dans les années 1970 montre que l’un d’entre eux est le plus ancien spécimen d’Homo sapiens jamais découvert à l’extérieur de l’Afrique depuis plus de 50 000 ans.

Cette découverte passionnante s’ajoute à une liste de découvertes récentes montrant l’histoire de la propagation de l’humanité à travers le monde et l’interaction avec d’autres espèces apparentées est beaucoup plus complexe que nous ne le pensions.

Le crâne humain était l’un des deux fossiles crâniens trouvés dans la grotte d’Apidima, l’un des nombreux sites de grottes situés le long de la côte sud-ouest du Péloponnèse, en Grèce. Le premier, connu sous le nom d’Apidima 1, comprenait la moitié de l’arrière du boîtier du crâne. Apidima 2 était un crâne en grande partie complet avec un visage clair, mais avait été fortement déformé pendant le processus de fossilisation.

Les deux ont été initialement identifiés comme étant des Néandertaliens. Mais la récente étude d’une équipe multinationale dirigée par Katerina Harvati a reconstruit les spécimens numériquement et les a datés en mesurant leur désintégration radioactive. Une analyse «géométrique-morphométrique» a permis aux chercheurs d’inverser modéliquement les distorsions d’Apidima 2 afin d’estimer son apparence initiale. Cela confirma qu’il s’agissait d’un néandertalien ancien datant d’environ 150 000 ans.

Ils ont également reconstitué numériquement à quoi ressemblait le crâne d’Apidima 1 et réalisé qu’il s’agissait plus probablement d’un être humain moderne ( Homo sapiens ), datant d’il y a 210 000 ans.

Traquer la propagation de l’humanité

On pense souvent que l’évolution humaine est une histoire linéaire de nouvelles espèces développant et remplaçant des espèces plus anciennes et plus simples. Ce récit disait à l’origine que les hommes modernes du cap sud de l’Afrique avaient développé une série de façons originales de penser et de communiquer il y a environ 80 000 ans.

Ils se sont dispersés hors de l’Afrique et du monde entier, balayant tous les horizons d’il y a environ 70 000 ans, menant à la disparition des Néandertaliens en Europe il y a environ 40 000 ans.

Mais ce récit est devenu de plus en plus difficile à maintenir en raison d’un éventail de nouvelles découvertes de fossiles, d’améliorations de leur datation et de preuves génétiques. Nous savons maintenant que les humains modernes existent depuis au moins 300 000 ans, grâce à un fossile du site de Djebel Irhoud au Maroc. Mais ils ne formaient pas une population unique avec un comportement cohérent avant de quitter le continent.

Des spécimens provenant de sites du Levant (Israël, la Syrie, le Liban et la Jordanie de nos jours) suggèrent que la première vague d’humains modernes en provenance d’Afrique a été remplacée par des Néandertaliens, avant la migration humaine finale, plus fructueuse par la suite.

En Afrique australe, les humains modernes vivaient à la même époque qu’une espèce beaucoup plus petite et apparemment plus primitive appelée Homo nediedi. Des preuves génétiques provenant de Sibérie et récemment du Tibet ont identifié une nouvelle espèce d’hominine – les Denisovans – partageant une histoire de métissage et d’interaction avec les Néandertaliens. Et la présence d’ADN de Néandertal dans nos propres génomes montre qu’ils se sont également reproduits avec notre espèce.

Complexité croissante

Les nouvelles données d’Apidima élargissent encore ce tableau complexe de la dispersion humaine moderne et de son interaction avec d’autres espèces d’hominines. Par exemple, le crâne humain précédent est apparu à une époque où le climat était plus chaud et plus humide que les conditions froides et arides où aurait vécu le spécimen de Neandertal tardif.

Cela souligne que nos explications sur la dispersion des populations doivent prendre en compte le contexte de changement environnemental majeur ainsi que les opportunités et les défis qui en découlent.

Nos récits traditionnels et nos hypothèses implicites sur l’histoire évolutive de l’homme moderne sont bel et bien brisés. La complexité toujours croissante des preuves dont nous disposons maintenant signifie qu’il n’y a pas de raison simple pour la dispersion ou le remplacement de l’hominine.

Nous avons maintenant besoin de mettre davantage l’accent sur les preuves archéologiques pour comprendre et comparer ce que les hominines faisaient réellement dans ces paysages où nous trouvons leurs fossiles. Cela nous permettra d’explorer la nature de leurs interactions et pas seulement de raconter leurs conséquences.

Adaptation La Terre du Futur – Terra Projects

source : https://www.heritagedaily.com/

(407)

Laissez un message