Dernières Infos

Il y a près de 13 000 ans, un impact de comète a créé des incendies planétaires

Il y a environ 12 800 ans, la planète Terre a traversé une vague de froid qui n’a aucun lien avec l’origine des autres âges glaciaires « récents ». Pendant des années, des géologues ont fait valoir que cette période était causée par une explosion aérienne d’une comète ou de fragments de météorites (connue sous le nom de théorie de l’impact du Dryas Récent). On pense que cet événement a provoqué une destruction généralisée et la disparition de la culture Clovis en Amérique du Nord.

Cette théorie est restée controversée depuis qu’elle fut proposée pour la première fois. Cependant, une équipe internationale de scientifiques a récemment découvert en Amérique du Sud des preuves géologiques qui pourraient régler le débat. Dernière indication d’un impact survenu pendant la période de la limite du Dryas Récent (DR), ce cratère indique que les effets de cet événement ont peut-être été plus étendus qu’on ne le pensait auparavant.

L’article qui décrit les résultats de l’équipe a récemment été publié dans la revue Science Reports. L’équipe était dirigée par le paléontologue chilien Mario Pino et comprenait de nombreux géologues du Chili et des États-Unis, ainsi que James Kennett, professeur émérite de géologie à l’Université de Santa Barbara. Comme ils l’indiquent dans leur étude, ce dernier cratère d’impact a été découvert dans la province d’Osorno, dans le sud du Chili.

Comme Kennett l’a noté dans un article récent de The Current (une presse universitaire gérée par UCSB), le cratère aurait entraîné une destruction généralisée caractérisée par la combustion de la biomasse, les extinctions de mégafaunes et le refroidissement global. «C’est beaucoup plus extrême que ce que je pensais quand j’ai commencé ce travail», a-t-il déclaré. « Plus le travail avançait, plus cela semblait extrême. »

Cette découverte a été rendue possible par un groupe de scientifiques chiliens qui étudiaient les couches de sédiments du célèbre site paléontologique et archéologique du Quaternaire, connu sous le nom de Pilauco Bajo. Il y a des années, ces scientifiques ont reconnu des changements dans l’enregistrement des sédiments associés à l’événement d’impact du DR.

Celles-ci comprenaient une couche de «noir mat» qui coïncidait avec la disparition de fossiles de mégafaune et d’artéfacts humains datant du Pléistocène (il y a 12 800 ans), ce qui indique un changement radical du climat. Il s’agissait d’une découverte majeure puisque la grande majorité des preuves de l’impact du DR ont été découvertes dans l’hémisphère nord.

Cela inclut une découverte antérieure faite par Kennett et une autre équipe de géologues, qui ont mis au jour un très jeune cratère d’impact de 31 km de diamètre sous la calotte glaciaire du Groenland. Comme il l’a expliqué, cette dernière découverte ajoute au poids de la preuve pour la théorie de l’impact :

«Nous avons identifié la couche du DR aux hautes latitudes de l’hémisphère sud, à près de 41 degrés au sud, près de la pointe de l’Amérique du Sud. Il s’agit là d’un élargissement majeur de la portée de l’événement DR… Parce que le séquencement de ces événements ressemblait à ce qui avait déjà été décrit dans les documents du DR pour l’Amérique du Nord et l’Europe occidentale, le groupe a décidé d’analyser les couches liées à l’impact de l’époque du DR.  »

Cette analyse a révélé la présence de minuscules sphères (sphérules) microscopiques de minéraux supposés se former en présence de températures extrêmement élevées. Les couches contenant ces sphérules présentaient également de fortes concentrations de particules de platine, d’or et de fer que l’on trouve rarement dans la nature.

Encore plus surprenant, on note la présence inhabituelle de chrome, un élément que l’on ne retrouve dans aucune des sphérules d’impact du DR de l’hémisphère Nord. Cela coïncide avec ce qui a été trouvé dans les roches volcaniques provenant des Andes, ce qui indique que les objets cométaires associés à cet impact doivent également avoir frappé dans cette partie de l’Amérique du Sud.

D’autres éléments de preuve, que Pino et son équipe ont examinés, sont liés à des indices de perturbation de l’environnement en Amérique du Sud datant de la même période. Ceux-ci comprenaient des échantillons de micro-charbon et de pollen dans la couche d’impact, qui indiquaient un événement d’incendies importants de la biomasse – le plus grand événement observé depuis des milliers d’années.

Tout cela indique qu’il y a eu un changement brusque et majeur du climat. Cependant, contrairement à ce qui s’est passé dans l’hémisphère Nord, où le climat est devenu soudainement froid et humide, les conditions à Pilauco sont rapidement devenues chaudes et sèches. Un impact qui aurait eu lieu à de nombreux endroits du monde expliquerait cet effet de «bascule» entre les ceintures climatiques zonales.

La vitesse à laquelle ce changement s’est produit s’explique mieux par un impact que par un ralentissement des processus océaniques. Un impact est également une explication plus probable de la disparition de grands animaux originaires d’Amérique du Sud à l’époque du Pléistocène – tels que des paresseux géants, des félins, des mammouths et des gomphothères.

Cela expliquerait également pourquoi les échantillons fossilisés d’os humains et d’artefacts dans la couche d’impact – qui sont similaires à ceux attribués à la culture Clovis en Amérique du Nord – ont décliné de manière très brutale. Mais comme l’a expliqué Kennett, ce qui est le plus impressionnant à propos de cette découverte est la distance qui la sépare du site bien étudié situé en Amérique du Sud, à environ 6 000 km, ce qui élargit considérablement l’ampleur de l’impact de la découverte.

«C’est une preuve supplémentaire que le début du climat du Dryas Récent est un événement mondial extrême, avec des conséquences majeures sur la vie animale et la vie humaine de l’époque. La zone de Pilauco confirme cela.  »

Reconstruire l’histoire géologique de notre planète est essentiel pour comprendre son évolution dans le temps et ses effets sur l’évolution de la vie sur Terre. 

Adaptation La Terre du Futur

Lectures supplémentaires: UCSB

source : https://www.universetoday.com/

(412)

Laissez un message

Laissez un message