Dernières Infos

Pierre Rabhi : « La COP21 manipule l’opinion »

Auteur, philosophe, conférencier, agriculteur, Pierre Rabhi sème depuis plusieurs années sa conception du monde et de la nature. Face à l’urgence climatique, il dénonce l’inefficacité des grandes messes internationales, à l’instar de la COP21, qui selon lui, « manipule les esprits ». Il appelle à la conscience et à l’action citoyenne pour faire bouger les lignes et ainsi se réapproprier la vraie valeur de la vie.

Cop 21 est censée éviter le pire en limitant à 2°c le réchauffement climatique. Vous êtes très pessimiste concernant cette conférence…

Je n’attends pas grand-chose de ces sommets internationaux. Ces rencontres sont censées rassembler des autorités afin qu’elles prennent des décisions importantes concernant notre rapport à la vie et à la nature. Mais depuis des années, aucune grande mesure ne sort de ces grandes messes.

L’inefficacité de ces rendez-vous du type de la COP21 – au-delà du danger qu’ils font courir à la planète,- engendre un autre mal : celui d’une manipulation de l’opinion. Les décideurs font croire à la population qu’ils s’occupent de ces grands enjeux climatiques, mais ils n’apportent pas une réponse à la hauteur de la gravité de la situation.

Le problème réside dans la division entre la nature et nous. Nous sommes la nature, et l’écologie devrait ainsi être la chose qui concerne absolument tout le monde, du président de la République au balayeur. Sauf qu’aujourd’hui, il y a un clivage initié par l’être humain. Il s’est ainsi installé dans un statut dans lequel il s’est donné tous les droits contre la nature. Avec un mot d’ordre : pillons et détruisons.

Pourtant, sur l’échelle du temps, si nous reprenons un ratio temporel de 24 heures, l’Homme n’est présent sur la planète que depuis une ou deux minutes. Et dans ce très court instant, l’Homme est devenu un fléau pour la planète. Mais aussi pour lui-même. Il est son premier fléau.

Les discours dominants portés par les grands États et leurs responsables politiques ne sont, pour le moment, que très rarement suivis d’actes majeurs. Quels sont les blocages que vous avez identifiés ?

La première nécessité et d’analyser où se trouve désormais l’autorité. La finance s’est accaparée cette autorité et cette toute-puissance dans le monde. De ce principe d’argent roi, concentré dans les mains d’une caste qui décide, se trouve les limites du pouvoir politique. Les responsables, pourtant élus, ont ainsi un espace de décision mince.

Par ailleurs, au sein même de la sphère politique, la question climatique est substituée, depuis de nombreuses années, à d’autres priorités, à l’instar du chômage. La question du climat passe également au second plan lorsque les luttes politiques, où triomphe parfois la démagogie aux dépens du réalisme, prennent le dessus, avec pour dessein de répondre à une logique personnelle de réélection électorale.

Pourtant, face à ces blocages, nous pourrions commencer à modifier la société dès demain.

extrait et source : http://acteursdeleconomie.latribune.fr/

 

(2196)

Laissez un message