Dernières Infos

Les scientifiques ont enregistré un son au fond de la fosse des Mariannes des plus terrifiant

Lorsque vous écoutez l’abîme, l’abîme vous écoute. Une nouvelle information révèle des sons artificiels et naturels qui peuvent traverser le fond de l’océan.

Pour la première fois, les scientifiques ont placé un hydrophone enrobé de titane sur le fond de l’océan Pacifique dans la fosse des Mariannes, d’une profondeur d’environ 11.000 mètres en dessous du niveau de la mer. L’hydrophone a enregistré le bruit ambiant pendant plus de trois semaines, avec des résultats surprenants.

« On pourrait penser que la partie la plus profonde de l’océan serait un des endroits les plus silencieux de la Terre, » Robert Dziak, de National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) océanographe et directeur scientifique du projet, nous a déclaré dans un communiqué . « Pourtant, nous avons du bruit presque constant à partir de sources naturelles et artificielles. Le champ sonore ambiant de Challenger Deep est dominé par le bruit des tremblements de terre, à la fois proche et lointain, ainsi que les gémissements distincts de baleines et la clameur écrasante d’un typhon de catégorie 4 qui est passé à ce moment là ».

«Il y avait aussi beaucoup de bruits de circulations des navires, qui sont identifiables par le son clair des hélices de bateaux qu’ils font quand ils passent », a ajouté Dziak.

Le but de cette étude, qui comprenait des chercheurs de la NOAA, de l’Oregon State University et de la Garde côtière des États-Unis, était d’obtenir des mesures de bruits précis afin que les scientifiques puissent déterminer, à l’avenir, si les niveaux de bruit augmentent. Cependant, les profondeurs océaniques sont des régions particulièrement difficiles à étudier.

«Nous avions jamais mis un hydrophone à plus d’un mile (1.6 km) de profondeur en dessous de la surface, ici nous avons mis un instrument à plus de 11000 m dans l’océan, ce qui est intimidant», a déclaré Haru Matsumoto, qui a aidé à développer l’instrument sur mesure pour cette expérience.

Bien que la tâche était complexe, les résultats ont été clairement en notre faveur. Dziak et le reste de l’équipe ont analysé la valeur des sons de trois semaines et ont séparé le bruit naturel et le bruit fait par les activités humaines. L’équipe est en train de planifier une autre expédition en 2017, où ils garderont l’hydrophone immergé pendant une longue période de temps et fixeront un appareil photo en mer profonde.

Traduction et adaptation de la Terre du Futur

source : http://www.iflscience.com/

fosse-des-mariannes

(919)

Laissez un message