Dernières Infos

Les humains évoluent plus vite que jamais. La raison n’est pas génétique, selon une étude

credit Pixabay License

À la merci de la sélection naturelle depuis l’aube des temps, nos ancêtres se sont adaptés, se sont accouplés et sont morts, transmettant de minuscules mutations génétiques qui ont fini par faire de l’homme ce qu’il est aujourd’hui.

Mais l’évolution n’est plus strictement liée aux gènes, selon une nouvelle étude. Au contraire, la culture humaine pourrait être le moteur de l’évolution plus rapidement que les mutations génétiques.

Dans cette conception, l’évolution ne nécessite plus que les mutations génétiques qui confèrent un avantage de survie soient transmises et se répandent. Au lieu de cela, les comportements appris transmis par la culture sont les « mutations » qui procurent des avantages en termes de survie.

Selon les chercheurs, cette évolution dite culturelle pourrait désormais façonner le destin de l’humanité plus fortement que la sélection naturelle.

« Lorsqu’un virus attaque une espèce, celle-ci devient généralement immunisée contre ce virus grâce à l’évolution génétique », explique à Live Science Zach Wood, coauteur de l’étude et chercheur postdoctoral à l’école de biologie et d’écologie de l’université du Maine.

Cette évolution se fait lentement, car les personnes les plus sensibles meurent et seules celles qui survivent transmettent leurs gènes.

Mais de nos jours, les humains n’ont généralement pas besoin de s’adapter génétiquement à de telles menaces. Au lieu de cela, nous nous adaptons en développant des vaccins et d’autres interventions médicales, qui ne sont pas le fruit du travail d’une seule personne, mais plutôt de nombreuses personnes s’appuyant sur les « mutations » accumulées des connaissances culturelles.

En développant des vaccins, la culture humaine améliore son « système immunitaire » collectif, a déclaré Tim Waring, coauteur de l’étude et professeur associé de modélisation des systèmes socio-écologiques à l’université du Maine.

Et parfois, l’évolution culturelle peut conduire à une évolution génétique. « L’exemple classique est la tolérance au lactose », a déclaré Waring à Live Science. « Boire du lait de vache a commencé comme un trait culturel qui a ensuite conduit à l’évolution [génétique] d’un groupe d’humains. »

Dans ce cas, le changement culturel a précédé le changement génétique, et non l’inverse.

Le concept d’évolution culturelle a commencé avec le père de l’évolution lui-même, a déclaré Waring. Charles Darwin avait compris que les comportements pouvaient évoluer et être transmis à la descendance tout comme les traits physiques, mais les scientifiques de son époque pensaient que les changements de comportement étaient hérités. Par exemple, si une mère avait un trait qui l’incitait à apprendre à sa fille à chercher de la nourriture, elle transmettrait ce trait héréditaire à sa fille. En retour, sa fille aurait plus de chances de survivre et, par conséquent, ce trait deviendrait plus courant dans la population.

Waring et Wood soutiennent dans leur nouvelle étude, publiée le 2 juin 2021 dans la revue Proceedings of the Royal Society B, qu’à un moment donné dans l’histoire de l’humanité, la culture a commencé à arracher le contrôle de l’évolution à notre ADN. Et maintenant, disent-ils, le changement culturel nous permet d’évoluer d’une manière que le changement biologique seul ne pourrait pas faire.

Voici pourquoi : La culture est axée sur le groupe, et les membres de ces groupes se parlent, apprennent les uns des autres et s’imitent. Ces comportements de groupe permettent aux gens de transmettre les adaptations acquises par la culture plus rapidement que les gènes ne peuvent transmettre des avantages similaires en matière de survie.

Un individu peut acquérir des compétences et des informations auprès d’un nombre presque illimité de personnes en peu de temps et, à son tour, transmettre ces informations à de nombreuses autres personnes. Et plus il y a de personnes avec qui apprendre, mieux c’est. Les grands groupes résolvent les problèmes plus rapidement que les petits groupes, et la concurrence entre les groupes stimule les adaptations qui pourraient aider ces groupes à survivre.

À mesure que les idées se répandent, les cultures développent de nouveaux traits.

En revanche, une personne n’hérite de l’information génétique que de ses deux parents et accumule relativement peu de mutations aléatoires dans ses œufs ou son sperme, ce qui lui prend environ 20 ans pour être transmise à sa petite poignée d’enfants. Il s’agit d’un rythme de changement beaucoup plus lent.

« Cette théorie a été élaborée depuis longtemps », a déclaré Paul Smaldino, professeur associé de sciences cognitives et de l’information à l’université de Californie, Merced, qui n’a pas été associé à cette étude. « Les gens travaillent depuis longtemps à décrire comment la biologie évolutive interagit avec la culture ».

Il est possible, suggèrent les chercheurs, que l’apparition de la culture humaine représente une étape clé de l’évolution.

« Leur grand argument est que la culture est le prochain état de transition de l’évolution », a déclaré Smaldino à Live Science.

Tout au long de l’histoire de la vie, les états de transition clés ont eu des effets considérables sur le rythme et la direction de l’évolution. L’évolution des cellules avec l’ADN a été un grand stade de transition, puis lorsque des cellules plus grandes avec des organites et des structures internes complexes sont arrivées, la donne a de nouveau changé. La coalescence des cellules en plantes et en animaux a constitué un autre grand changement, tout comme l’évolution du sexe, la transition vers la vie sur terre, etc.

Chacun de ces événements a changé la façon dont l’évolution a agi, et maintenant les humains pourraient être au milieu d’une autre transformation évolutive. Il se peut que nous évoluions encore génétiquement, mais que cela ne contrôle plus beaucoup la survie de l’homme.

« À très long terme, nous suggérons que les humains évoluent d’organismes génétiques individuels vers des groupes culturels qui fonctionnent comme des superorganismes, semblables aux colonies de fourmis et aux ruches d’abeilles », a déclaré Waring dans un communiqué.

Mais la génétique est le moteur des colonies d’abeilles, tandis que le superorganisme humain existera dans une catégorie à part. On ne sait pas encore à quoi ressemblera ce superorganisme dans un avenir lointain.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.sciencealert.com/

(194)

Laissez un message

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :