Dernières Infos

Le scientifique en chef de la NASA, qui prend sa retraite, affirme que nous pouvons terraformer Mars et peut-être aussi Vénus

Jim Green, scientifique en chef de la NASA, a annoncé sa retraite après avoir présenté un plan pour terraformer Mars, annonçait le New York Times le 2 janvier 2021. Il est en fonction au sein de l’Agence spatiale américaine depuis près de quatre décennies.

Il travaille au sein de l’agence spatiale depuis près de 40 ans ; il a été directeur de sa division des sciences planétaires pendant 12 ans, avant de devenir scientifique en chef ces trois dernières années. Alors qu’il s’apprête à quitter l’agence, le scientifique a accordé une interview au New York Times.

Jim Green y revient sur son plan de transformation de Mars en une planète habitable pour l’humanité. « Pour établir une présence humaine à long terme sur Mars, il faudrait réfléchir sérieusement à la terraformation de la planète », a écrit Green, et d’autres scientifiques, dans un article datant de novembre 2021 qui sera publié dans la revue Acta Astronautica ce mois-ci. « Une exigence majeure pour une telle terraformation est d’avoir la protection d’un champ magnétique planétaire que Mars n’a pas actuellement. »

Dans une interview accordée au New York Times, Green a décomposé ce qu’il faudrait faire pour piéger davantage de chaleur sur Mars, réchauffer son climat et la rendre habitable. Publié en novembre dernier, le plan repose principalement sur le réchauffement de l’atmosphère de Mars grâce à un bouclier magnétique géant placé entre la planète et le Soleil. Cette méthode pourrait permettre une stabilisation des niveaux de température et de pression de la planète rouge, qui pourrait alors abriter des humains sans combinaison spatiale. « C’est faisable », a assuré Green au journal. Actuellement, le soleil élimine environ 90 % de l’atmosphère martienne, mais M. Green affirme que si l’on met fin à cette élimination, la pression augmentera et Mars commencera à se terraformer. L’un des moyens qu’il propose pour y parvenir est la construction d’un bouclier magnétique géant qui pourrait être placé entre le soleil et Mars. M. Green a déclaré que la première étape de la vie humaine sur Mars serait d’amener le climat à un point où « le sang ne bout pas si vous marchez à la surface ». L’abandon des combinaisons spatiales permettrait aux habitants d’être plus mobiles, et le réajustement climatique permettrait aux plantes de pousser. Sans un flux constant de particules à haute énergie, l’atmosphère martienne commencerait à se reconstruire avec le temps.

Et si Mars était habitable, elle pourrait ressemblait à ça !

« Il existe plusieurs scénarios sur la façon de réaliser le bouclier magnétique. J’essaie de publier un article sur lequel je travaille depuis environ deux ans. Il ne sera pas bien reçu », a déclaré Green. « La communauté planétaire n’aime pas l’idée de terraformer quoi que ce soit. Mais, vous savez, je pense que nous pouvons changer Vénus aussi, avec un bouclier physique qui reflète la lumière. Nous créons un bouclier, et toute la température commence à baisser. »

Le scientifique en chef de la NASA est obsédé par la recherche d’une vie extraterrestre depuis des années, il a même créé l’échelle CoLD (« confiance en la détection de vie ») qui permet d’évaluer la fiabilité d’une découverte de vie présumée. Pour Jim Green, la terraformation est essentielle et pourrait se produire sur Mars et Vénus : « Il existe plusieurs scénarios sur la façon de réaliser le bouclier magnétique. J’essaie de publier un article sur lequel je travaille depuis environ deux ans. Il ne sera pas bien reçu. La communauté planétaire n’aime pas l’idée de terraformer quoi que ce soit. Mais vous savez, je pense que nous pouvons changer Vénus aussi, avec un bouclier physique qui reflète la lumière. Nous créons un bouclier, et la température vénusienne commencera à baisser. »

Venus Terraformé

Jim Green laisse derrière lui un héritage de recherches important au sein de la NASA. Il a participé à la compréhension du champ magnétique de la Terre, à l’exploration du système solaire et à la recherche de vie sur Mars. Il a également contribué à l’écriture d’une centaine d’articles scientifiques sur de nombreux sujets qui lui ont valu le prestigieux poste qu’il s’apprête désormais à quitter.

Adaptation Terra Projects

Sources : New York Times / https://globalnews.ca/ / https://www.ulyces.co/

(1552)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :