Dernières Infos

L’Australie brûle, et vers le milliard d’animaux disparus

Dans une sombre vidéo publiée sur Twitter , un homme se rend dans la ville ravagée par le feu de Batlow, dans l’État australien de la Nouvelle-Galles du Sud (NSW). Les deux côtés de la route sont recouverts de cendres et d’une fumée persistante.Ils sont également jonchés des restes carbonisés d’animaux tués dans des incendies de forêt qui ont ravagé la région.

Les flammes, qui brûlent en Australie depuis des mois, ont rasé des maisons et anéanti des villes entières. En Australie, près de 18 millions d’acres de terres ont été brûlées – en grande partie des broussailles, des forêts et des parcs nationaux, qui abritent la faune bien-aimée et unique du pays.

Selon les écologistes de l’Université de Sydney, près d’un demi-milliard d’animaux ont été touchés par les incendies dans la seule Nouvelle-Galles du Sud, et des millions sont potentiellement morts . Ce chiffre comprend les oiseaux, les reptiles et les mammifères, à l’exception des chauves-souris. Il exclut également les insectes et les grenouilles – ce qui signifie que le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé.
Le nombre total d’animaux affectés à l’échelle nationale pourrait atteindre un milliard, selon Christopher Dickman, l’écologiste de l’Université de Sydney, qui a dirigé le rapport.

Les incendies n’ont rien de nouveau en Australie, mais ils se sont intensifiés et sont devenus plus destructeurs ces dernières années. Et les animaux sont en première ligne – l’Australie a le taux de perte d’espèces le plus élevé de toutes les régions du monde, et les chercheurs craignent que ce taux puisse augmenter à mesure que la catastrophe se poursuit.

« L’ampleur de ces incendies est sans précédent », a déclaré Dieter Hochuli, professeur de sciences de l’environnement à l’Université de Sydney. « Il y a de sérieuses inquiétudes quant à la capacité de ces (écosystèmes) à rebondir après les incendies. »

L’équipe de l’Université de Sydney est parvenue à sa conclusion en utilisant des estimations de la densité de population de mammifères NSW en 2007 afin d’estimer combien d’animaux ont été affectés par les 4,9 millions d’hectares qui ont été incendiés dans l’État de cette saison des incendies.

C’est une assez bonne estimation, a déclaré Hochuli – mais jusqu’à ce que les incendies cessent, ils n’ont aucun moyen de déterminer exactement combien d’animaux sont morts. Et comme les chiffres de densité excluaient certaines espèces de chauves-souris et de grenouilles, « la véritable perte de vie animale devrait être bien supérieure à 480 millions », a indiqué un communiqué de l’université.

Certains animaux, comme les koalas et les kangourous, sont principalement tués directement par les incendies – en étant incinérés dans des flammes ou en s’étouffant avec la fumée. Près d’un tiers de tous les koalas de Nouvelle-Galles du Sud sont morts et environ un tiers de leur habitat a été détruit, a déclaré le ministre fédéral de l’Environnement Sussan Ley en décembre 2019.

Des photos prises au sol montrent des koalas avec de la fourrure roussie, des taches de chair brûlée et des pattes boursouflées. Même s’ils sont secourus et traités, parfois leurs blessures sont tout simplement trop importantes pour survivre.

Les wombats ont également été durement touchés – ils ne résistent pas bien à la chaleur ou au stress et paniquent à l’odeur de la fumée. Les petits marsupiaux à pattes trapues ne peuvent pas courir très vite et très loin, et sont en grande partie à la merci des flammes.

Les koalas et les kangourous sont répartis dans tout le pays, ils ne risquent donc pas de disparaître à cause des flammes. Mais d’autres animaux qui vivent dans des environnements de niche et ont de plus petites populations peuvent avoir été complètement anéantis; il s’agit notamment de l’oiseau à soies orientales, de l’opossum pygmée des montagnes et de la grenouille corroboree.

Pour ces espèces, « si son habitat brûle, c’est un enfer », a déclaré Dickman.

L’extinction ne se produit pas d’un coup. Chaque espèce sur Terre compte en moyenne 220 populations, donc une espèce en bonne santé pourrait se rétablir si seulement une poignée de populations s’éteignaient. Mais « si vous réduisez population après population, vous finirez par vous retrouver avec une demi-douzaine, puis trois, deux, puis peut-être même une population », a déclaré Dickman.

Le rétablissement de ces animaux dépend non seulement de la taille de leur population, mais aussi de l’état de leur habitat. Par exemple, les plantes poussent plus lentement dans les régions alpines de haute altitude, ce qui signifie qu’il pourrait s’écouler très longtemps avant que les espèces puissent revenir.

Parfois, même si un habitat guérit, les animaux ne reviennent pas. En 1993, un incendie dans le parc national royal de NSW a détruit les plus grands planeurs – un type de marsupial glissant semblable à un lémurien – qui y vivaient. « La population a effectivement disparu », a déclaré Dickman.

Photo by Nathan Edwards/Getty Images)

Ce n’est pas que les animaux ne sont pas préparés aux catastrophes naturelles – ils font face à des incendies depuis des millénaires. Mais l’ingérence humaine a tout changé. Nous avons fragmenté les environnements naturels avec des villes et des zones résidentielles, défriché des terres pour notre usage et introduit des espèces envahissantes – ce qui rend plus difficile la recolonisation des espèces indigènes après les incendies.
Le facteur humain le plus dévastateur a peut-être été la crise climatique, qui, selon les experts, a fait que les catastrophes naturelles vont de mal en pis. L’Australie connaît l’une de ses sécheresses les plus graves depuis des décennies, et une vague de chaleur en décembre a battu le record de la température moyenne la plus élevée à l’échelle nationale, avec certains endroits étouffants sous des températures bien supérieures à 40 degrés Celsius.

L’Australie compte plus de 300 espèces indigènes – et environ 81% d’entre elles ne se trouvent que dans le pays. S’ils sont anéantis ici, ces animaux rares pourraient disparaître définitivement.

Adaptation Terra Projects

source : https://edition.cnn.com/

(461)

Laissez un message