Dernières Infos

Des chercheurs chinois ajoutent un gène lié au cerveau humain au génome de singe dans une expérience controversée

Une équipe de chercheurs travaillant en Chine a créé plusieurs Singes (Macaques Rhésus) transgéniques en ajoutant un gène humain impliqué dans la croissance du cerveau du génome du singe. Dans son article publié dans la National Science Review, le groupe décrit son travail et les tests qu’il a effectués sur les singes après leur naissance.

Les bio-scientifiques envisagent de commencer à utiliser des techniques d’édition de gènes chez l’homme, à la fois pour prévenir les maladies et pour en savoir plus sur le développement humain. Prenant cette direction, l’équipe en Chine a ajouté un gène humain appelé MCPH1 au génome de plusieurs singes afin d’en apprendre davantage sur le développement du cerveau humain. Des recherches antérieures ont montré que MCPH1 est impliqué dans la croissance du cerveau – les bébés qui en sont nés ont un petit cerveau.

Pour introduire le gène dans les génomes des singe, les chercheurs ont simplement injecté des virus porteurs de ce gène dans des embryons des singes, puis ont laissé les singes se développer naturellement. Onze singes avec le génome modifié sont nés, mais seulement cinq ont survécu. Ces cinq singes ont été testées pour voir quel impact le gène humain avait sur leur développement et leurs capacités.

Les chercheurs ont rapporté qu’aucun des singes n’avait un cerveau plus gros que la normale, mais tous ont été testés meilleurs que la moyenne lors de tests de mémoire et de capacités de traitement.

La recherche, qui a été menée par une équipe en Chine, est assez controversée – elle n’aurait pas été autorisée dans la plupart des autres pays. Les biosciences s’entendent pour dire que l’ajout de gènes humains liés au développement du cerveau aux génomes du singe va au-delà d’une ligne éthique. Certains pensent que cela pourrait conduire à des singes comme ceux du film La planète des singes. Quel genre de statut auraient ces singes s’ils étaient modifiés de manière à leur permettre de penser comme un être humain ? Pour cette raison, la plupart ne sont pas disposés à prendre part à de telles recherches – en effet, même l’un des chercheurs de l’équipe chinoise, un Américain de l’Université de Caroline du Nord, a émis des doutes. Il a suggéré que la création de singes qui ont certains aspects du pouvoir du cerveau humain « n’est pas une bonne direction. » Il affirme n’avoir participé qu’à l’analyse par IRM des tests du volume cérébral.

Adaptation La Terre du Futur

source : https://medicalxpress.com

(215)

Laissez un message