Dernières Infos

Dernière frontière : les milliardaires Branson et Bezos en route pour l’espace

Jeff Bezos (à gauche) et Richard Branson (à droite) ont lancé Blue Origin et Virgin Galactic au début des années 2000, et maintenant les deux hommes sont sur le point de décoller, à quelques jours d'intervalle.

Deux vaisseaux, deux entreprises, avec un seul objectif : propulser leurs fondateurs milliardaires dans l’espace.

Richard Branson et Jeff Bezos ont lancé Virgin Galactic et Blue Origin au début des années 2000, et aujourd’hui les deux hommes sont sur le point de décoller eux-mêmes, à quelques jours d’intervalle.

Résultant à la fois d’un chevauchement des calendriers de développement des entreprises et de la rivalité féroce entre les deux hommes, ces lancements marquent une étape importante dans l’industrie naissante du tourisme spatial.

Si les magnats figurent parmi les premiers passagers, leur objectif ultime est de permettre à des centaines de clients (fortunés) d’admirer de leurs propres yeux, pendant quelques minutes, la courbure de la Terre.

Ils ne seront pas les premiers milliardaires dans l’espace.

L’Américain d’origine hongroise Charles Simonyi et Guy Laliberte, le cofondateur canadien du Cirque du Soleil, ont passé plusieurs jours à bord de la Station spatiale internationale, respectivement en 2007 et 2009, mais ils ont fait le voyage à bord de fusées russes Soyouz.

Bezos et Branson seront les premiers à faire du stop avec des entreprises spatiales privées, qu’ils ont eux-mêmes créées.

« C’est juste une incroyable et merveilleuse coïncidence que nous partions le même mois », a déclaré le Britannique Branson dans une interview au Washington Post, ajoutant que sa décision d’avancer son vol spatial au 11 juillet n’avait « honnêtement pas » pour but de battre le fondateur d’Amazon, dont le voyage est prévu pour le 20 juillet.

Richard Branson, fondateur de Virgin Galactic, portant la combinaison spatiale d’astronaute de son entreprise. Credit Virgin

Devenez un astronaute

Le vol de Branson décolle dimanche d’une base au Nouveau-Mexique appelée SpacePort America.

L’heure n’a pas encore été annoncée, mais la société a précisé qu’un livestream débutera à 7h00 heure locale (1300 GMT).

Un avion porteur décolle d’une piste, puis lâche le vaisseau spatial, baptisé VSS Unity, à 50 000 pieds (15 000 mètres).

Les deux pilotes du VSS Unity allument ses moteurs-fusées, propulsant l’engin à Mach 3 au-dessus de l’altitude de 80 km considérée comme la limite de l’espace par les États-Unis.

Les passagers, Branson et trois autres employés de Virgin Galactic, pourront se détacher et faire l’expérience de l’apesanteur pendant quelques minutes.

Le vaisseau revient finalement en planant vers la piste d’origine.

Le rôle de Branson : évaluer l’expérience pour les futurs clients, attendus à partir de 2022.

Environ 600 personnes ont déjà acheté des billets, dont le prix varie entre 200 000 et 250 000 dollars.

« A notre retour, j’annoncerai quelque chose de très excitant pour donner à plus de gens la chance de devenir astronaute », a-t-il promis.

Sur cette photo fournie par Virgin Galactic le 22 juin 2021, le VSS Unity est vu dans l’espace au-dessus du Nouveau-Mexique.

Une formation minimale

Le voyage de Blue Origin sera lancé le 20 juillet, date anniversaire du premier alunissage en 1969.

Le système de fusée réutilisable est baptisé New Shepard en l’honneur d’Alan Shepard, le premier Américain dans l’espace.

Après le décollage, la capsule, qui peut transporter jusqu’à six membres d’équipage, se sépare de son propulseur, puis passe quatre minutes à une altitude supérieure à 100 kilomètres (60 miles) – également connue sous le nom de ligne de Karman, la frontière internationalement acceptée de l’espace.

À titre de comparaison, les avions commerciaux volent généralement à une altitude de 10 kilomètres.

Le propulseur d’appoint atterrit de manière autonome sur une plateforme située à trois kilomètres du site de lancement, et la capsule revient à la surface grâce à trois grands parachutes qui la ralentissent à environ un kilomètre par heure lorsqu’elle atterrit.

À bord se trouveront le fondateur d’Amazon, son frère Mark, une aviatrice de 82 ans, Wally Funk, et le mystérieux gagnant d’un billet vendu aux enchères pour 28 millions de dollars.

Après le décollage, la capsule, qui transporte jusqu’à six membres d’équipage, se sépare de son propulseur, puis passe quatre minutes à une altitude supérieure à 100 kilomètres, également connue sous le nom de ligne Karman, la frontière reconnue de l’espace.

Ce sera le premier lancement avec équipage de New Shepard. Virgin Galactic a effectué trois vols avec équipage, comprenant des pilotes et même un passager.

Contrairement à son rival SpaceX, qui prévoit des voyages plus ambitieux pour les touristes qui dureront plusieurs jours, les vols dits suborbitaux de Virgin Galactic et de Blue Origin nécessitent une formation minimale.

Mais après avoir été annoncé comme imminent pendant des années, l’avènement du tourisme spatial reste dépendant de la réussite complète de ces tests.

En 2014, le crash d’un vaisseau spatial de Virgin Galactic a causé la mort d’un pilote, retardant considérablement le programme. Un autre événement tragique de ce type pourrait bien y mettre un terme.

Adaptation Terra Projects

Source : https://phys.org/

(83)

Laissez un message

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :