Dernières Infos

Le monde s’approche du « point de bascule » irréversible de la pollution plastique

objet en macroplastique flottant à la surface avec un décapode, échantillonné à partir du navire de recherche allemand SONNE lors de l'expédition SO268/3 traversant l'océan Pacifique Nord de Vancouver à Singapour en été 2019. Crédit : ©Gritta Veit-Köhler Senckenberg

« EN TANT QUE CONSOMMATEURS, NOUS CROYONS QUE SI NOUS TRIONS CORRECTEMENT NOS DÉCHETS PLASTIQUES, ILS SERONT TOUS RECYCLÉS COMME PAR MAGIE. »

Les taux actuels d’émissions de plastique dans le monde pourraient déclencher des effets que nous ne pourrons pas inverser, affirme une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de Suède, de Norvège et d’Allemagne et publiée le 2 juillet 2021 dans Science. Selon les auteurs, la pollution plastique est une menace mondiale, et les actions visant à réduire de manière drastique les émissions de plastique dans l’environnement sont « la réponse politique rationnelle. »

Le plastique est présent partout sur la planète : des déserts et des sommets des montagnes aux océans profonds et à la neige arctique. En 2016, les estimations des émissions mondiales de plastique dans les lacs, les rivières et les océans du monde entier variaient entre 9 et 23 millions de tonnes métriques par an, avec une quantité similaire émise sur terre chaque année. Ces estimations devraient presque doubler d’ici 2025 si les scénarios de maintien du statu quo s’appliquent.

« Le plastique est profondément ancré dans notre société, et il se répand partout dans l’environnement, même dans les pays dotés d’une bonne infrastructure de traitement des déchets », explique Matthew MacLeod, professeur à l’université de Stockholm et auteur principal de l’étude. Selon lui, les émissions ont tendance à augmenter, même si la sensibilisation des scientifiques et du public à la pollution plastique a considérablement progressé ces dernières années.

Cette divergence n’est pas surprenante pour Mine Tekman, doctorante à l’Institut Alfred Wegener en Allemagne et coauteur de l’étude, car la pollution plastique n’est pas seulement un problème environnemental, mais aussi un problème « politique et économique ». Elle estime que les solutions actuellement proposées, telles que les technologies de recyclage et de nettoyage, ne sont pas suffisantes et qu’il faut s’attaquer au problème à sa racine.

« Le monde promet des solutions technologiques pour le recyclage et pour éliminer le plastique de l’environnement. En tant que consommateurs, nous pensons que si nous trions correctement nos déchets plastiques, ils seront tous recyclés comme par magie. Sur le plan technologique, le recyclage du plastique présente de nombreuses limites, et les pays qui disposent de bonnes infrastructures exportent leurs déchets plastiques vers des pays moins bien équipés. La réduction des émissions nécessite des actions drastiques, comme le plafonnement de la production de plastique vierge pour augmenter la valeur du plastique recyclé, et l’interdiction d’exporter des déchets plastiques sauf vers un pays disposant d’un meilleur système de recyclage », explique Tekman.

Un polluant peu réversible des zones reculées dans l’environnement
Le plastique s’accumule dans l’environnement lorsque les quantités émises dépassent celles qui sont éliminées par les initiatives de nettoyage et les processus environnementaux naturels, ce qui se produit par un processus en plusieurs étapes connu sous le nom d’altération.

« L’altération du plastique est due à de nombreux processus différents, et nous avons beaucoup progressé dans leur compréhension. Mais l’altération modifie constamment les propriétés de la pollution plastique, ce qui ouvre de nouvelles portes à d’autres questions », explique Hans Peter Arp, chercheur à l’Institut géotechnique norvégien (NGI) et professeur à l’Université norvégienne des sciences et de la technologie (NTNU), qui a également cosigné l’étude. « La dégradation est très lente et ne permet pas d’arrêter l’accumulation, de sorte que l’exposition au plastique altéré ne fera qu’augmenter », explique M. Arp. Le plastique est donc un « polluant peu réversible », tant en raison de ses émissions continues que de sa persistance dans l’environnement.

Les environnements éloignés sont particulièrement menacés, comme l’explique la co-auteure Annika Jahnke, chercheuse au Centre Helmholtz pour la recherche environnementale (UFZ) et professeur à l’université RWTH d’Aix-la-Chapelle :

« Dans les environnements éloignés, les débris de plastique ne peuvent pas être éliminés par des opérations de nettoyage, et l’altération des grands articles en plastique entraînera inévitablement la génération d’un grand nombre de micro et nanoparticules de plastique, ainsi que la lixiviation des produits chimiques qui ont été intentionnellement ajoutés au plastique et d’autres produits chimiques qui se détachent du squelette du polymère plastique. Ainsi, le plastique dans l’environnement est une cible en mouvement constant, de plus en plus complexe et mobile. Il est difficile, voire impossible, de prévoir où il s’accumule et quels effets il peut avoir. »

Un point de basculement potentiel vers des dommages environnementaux irréversibles
En plus des dommages environnementaux que la pollution plastique peut causer à elle seule par l’enchevêtrement des animaux et les effets toxiques, elle pourrait également agir en conjonction avec d’autres facteurs de stress environnementaux dans des zones éloignées pour déclencher des effets de grande ampleur, voire mondiaux. La nouvelle étude présente un certain nombre d’exemples hypothétiques d’effets possibles, notamment l’exacerbation du changement climatique en raison de la perturbation de la pompe à carbone mondiale, et la perte de biodiversité dans l’océan où la pollution plastique agit comme un facteur de stress supplémentaire à la surpêche, la perte continue d’habitat causée par les changements de température de l’eau, l’apport en nutriments et l’exposition aux produits chimiques.

Dans l’ensemble, les auteurs considèrent que la menace que représente le plastique émis aujourd’hui, qui pourrait déclencher des impacts à l’échelle mondiale et peu réversibles à l’avenir, constitue une « motivation impérieuse » pour des actions adaptées visant à réduire fortement les émissions.

« En ce moment, nous chargeons l’environnement de quantités croissantes de pollution plastique peu réversible. Jusqu’à présent, nous ne voyons pas de preuves généralisées de conséquences néfastes, mais si l’altération du plastique déclenche un effet vraiment néfaste, il est peu probable que nous puissions l’inverser », avertit M. MacLeod. « Le coût de l’ignorance de l’accumulation de la pollution plastique persistante dans l’environnement pourrait être énorme. La chose rationnelle à faire est d’agir aussi rapidement que possible pour réduire les émissions de plastique dans l’environnement. »

Référence : « La menace mondiale de la pollution plastique » par Matthew MacLeod, Hans Peter H. Arp, Mine B. Tekman et Annika Jahnke, 2 juillet 2021, Science.
DOI : 10.1126/science.abg5433

Adaptation Terra Projects

Source : https://scitechdaily.com/

(196)

Laissez un message

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :