Dernières Infos

17 000 tremblements de terre ont frappé l’Islande la semaine dernière. Une éruption pourrait être imminente

Mont Keilir / credit wikimedia / flickr by Soffia s

Même pour une île volcanique habituée aux tremblements occasionnels, cela a été une semaine inhabituelle pour l’Islande. Selon l’ Office météorologique islandais, environ 17 000 tremblements de terre ont frappé la région sud-ouest de Reykjanes au cours de la semaine dernière.

Le plus grand tremblement de terre, d’une magnitude de 5,6 sur l’échelle de Richter, s’est produit le matin du 24 février. C’était le plus fort d’un essaim qui continue de secouer les habitants de la capitale voisine de Reykjavík et des municipalités qui l’entourent, où les deux tiers de la population islandaise y vit. Deux tremblements de terre plus importants – d’une magnitude supérieure à 5,0 – ont également frappé le 27 février et le 1er mars.

Bien que l’administration islandaise des routes et des côtes ait signalé de petites fissures dans les routes de la région et des chutes de pierres sur des pentes abruptes près de l’épicentre de l’essaim, les tremblements de terre ont causé peu de dégâts jusqu’à présent.

 » J’ai déjà connu des tremblements de terre, mais jamais autant de suite », a déclaré à CNN Auður Alfa Ólafsdóttir, un habitant de Reykjavik. « Il est très inhabituel de sentir la Terre trembler 24 heures sur 24 pendant une semaine entière. Cela vous fait vous sentir très petit et impuissant face à la nature. »

Dans la ville de pêcheurs de Grindavík, les habitants ont été aux premières loges face aux tremblements de terre. «Je n’ai jamais rien vécu de tel auparavant», déclare Páll Valur Björnsson, qui enseigne au Collège local des pêches et siège en tant que député au Parlement.

«Nous y sommes habitués; cela a commencé il y a un an. Mais c’est beaucoup plus maintenant – très troublant. Je n’ai pas peur mais c’est inconfortable. Je me suis réveillé deux fois la nuit dernière à cause des séismes. C’est difficile mais il faut apprendre à vivre avec », dit-il.

L’Islande se trouve sur une frontière de plaque tectonique qui se divise continuellement, éloignant l’Amérique du Nord et l’Eurasie l’une de l’autre le long de la dorsale médio-atlantique. La plupart des activités sismiques ici ne sont captées que par des équipements scientifiques sensibles. Des séismes occasionnels plus forts font inévitablement partie de la vie dans une région sismique active. Seulement cette fois, il ne semble pas y avoir de fin au grondement sous le sol.

Þorvaldur Þórðarson, professeur de volcanologie à l’Université d’Islande, a déclaré que les inquiétudes concernant l’activité récente étaient compréhensibles. « Bien sûr, cela inquiète les gens. Pour cette région, c’est en fait assez inhabituel, non pas à cause du type de tremblement de terre ou de leur intensité, mais pour leur durée. Cela dure depuis plus d’une semaine maintenant. »

«Nous luttons avec le« pourquoi »en ce moment. Pourquoi cela se produit-il? Il est très probable que nous ayons une intrusion magmatique dans la croûte terrestre. Elle s’est certainement rapprochée de la surface, mais nous essayons de savoir si elle s’en rapproche encore plus », a-t-il déclaré. Avec plusieurs volcans dans la région, les responsables locaux ont averti qu’une éruption pourrait être imminente.

Elísabet Pálmadóttir, spécialiste des risques naturels au bureau météorologique islandais, a déclaré à CNN que les autorités déploient des équipements de surveillance dans la région, du GPS et des moniteurs de tremblement de terre aux caméras Web et aux détecteurs de gaz.

Elle ne se souvient pas non plus d’avoir vécu autant de tremblements de terre sur une si longue période. Elle prévient qu’un événement plus puissant pourrait être préoccupant et estime que la région pourrait subir un tremblement de terre de magnitude 6 ou plus.

Une vue aérienne prise le 28 février 2021 montre le phare et la centrale géothermique près de la ville de Grindavik sur la péninsule de Reykjanes, en Islande.

«Dans cette région particulière, où nous avons vu une activité au cours de la semaine dernière, nous pourrions subir un tremblement de terre de magnitude 6,0. Mais nous pourrions avoir un 6,5 à l’est de la région, à l’est du lac Kleifarvatn», dit-elle.

Aucune ville ne semble être à risque de coulées de lave en cas d’éruption volcanique, selon la dernière modélisation du Groupe Volcanologie et Risques Naturels de l’Université d’Islande, qui a publié mercredi 3 mars 2021 des cartes des flux potentiels.

« Sur la base du modèle actuel, aucune grande ville n’est en danger », a déclaré le volcanologue Ármann Höskuldsson à CNN, ajoutant que l’aéroport international de Keflavík – l’une des connexions les plus directes entre l’Islande et le reste du monde – serait également épargné.

Cependant, la route principale reliant l’aéroport à la capitale, Reykjavík, pourrait être touchée, tout comme certaines lignes électriques, a-t-il ajouté.
Pálmadóttir note que ces modèles ne tiennent pas compte des gaz potentiellement dangereux qui pourraient être émis par une éruption volcanique.

Modélisation des coulées de lave dans la péninsule de Reykjanes par des chercheurs de l’Université d’Islande au Centre volcanologique nordique.

Le spectre d’une éruption majeure rappelle l’éruption d’Eyjafjallajökull en 2010, qui a provoqué l’un des plus grands arrêts de trafic aérien au monde depuis la Seconde Guerre mondiale. Mais Pálmadóttir dit qu’un panache de cendres similaire serait peu probable dans la situation actuelle.

Þórðarson ajoute que « la composition du magma ici est très différente, l’intensité de l’activité explosive serait nettement moindre. »

Mercredi après-midi, un tremblement près du volcan Keilir, à seulement 20 miles au sud de la capitale, a incité les autorités à interdire la circulation dans la région. Sur sa page Web, le bureau islandais du MET indique qu’une activité similaire a déjà précédé des éruptions.

Une photo prise le 27 février 2021 montre une spécialiste des risques naturels au bureau météorologique islandais de Reykjavik, qui surveille la situation dans la péninsule de Reykjanes, en Islande.

Víðir Reynisson, directeur général du département islandais de la protection civile et de la gestion des urgences, a déclaré mercredi lors d’une conférence de presse qu’une éruption était « plus probable qu’improbable » dans les prochaines heures. Ce serait le premier dans la région depuis le 12ème siècle.

Pour l’instant, les habitants attendent les signes d’une éruption, certains avec excitation, d’autres avec anxiété. Víkurfréttir, un service de nouvelles local, a installé une caméra vidéo pointant vers Keilir, qui commencera à être diffusée en direct si une éruption commence.

Au cours des dernières 24 heures, les grands tremblements de terre des jours précédents se sont largement calmés – mais l’accalmie actuelle ne durera peut-être pas longtemps. « Ce n’est certainement pas fini », déclare Pálmadóttir.

Adaptation Terra Projects

source : https://edition.cnn.com

(554)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :