Dernières Infos

Coucher du Soleil

septembre 2009 : par Anthony Watts. 5 parties vidéo contenant Svensmark et d’autres scientifiques.

Henrik Svensmark, Professeur, Université technique du Danemark, Copenhague

« En fait, le réchauffement climatique a cessé et un refroidissement commence. Aucun modèle climatique avait prédit un refroidissement de la Terre – bien au contraire. Et cela signifie que les projections futuristes du climat ne sont pas fiables », écrit Henrik Svensmark.

L’étoile qui nous apporte la vie a été, au cours de ces dernières années, presque exempt de taches solaires, qui sont les signes habituels de l’activité magnétique du Soleil.

Le 4 Septembre 2009, équipe scientifique derrière le satellite SOHO (Solar and Heliospheric Observatory) ont déclaré, « Il est probable qu’actuellement, c’est la période la plus longue depuis près de 100 ans. » Tout indique que le Soleil est entré dans une sorte d’hibernation, et la question évidente est : Est ce qu’il y a une modification pour nous sur Terre ?

Si vous demandez au près du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui représente le consensus actuel sur le changement climatique, la réponse est rassurante « rien ». Mais l’histoire et des recherches récentes suggèrent que c’est probablement tout à fait le contraire. Pourquoi ? Jetons un oeil plus précis.

L’activité solaire a toujours varié. Vers l’an 1000, nous avons eu une période d’activité solaire très haute, qui a coïncidé avec la période chaude médiévale. Il fut un temps où les gelées de mai ont été inconnues – une question de grande importance pour une bonne récolte. Les Vikings se sont installés au Groenland et ont exploré les côtes de l’Amérique du Nord. Dans l’ensemble c’était une bonne période. Par exemple, la population chinoise a doublé durant cette période.

Mais après environ 1300 ans, l’activité solaire a diminué et le monde a commencé à se refroidir. Ce fut le début de l’épisode que nous appelons maintenant le petit âge glaciaire (PAG). En ce temps froid, tous les villages vikings du Groenland ont disparu. De la Suède au Danemark, ils ont été surpris de pouvoir marcher sur la glace, et à Londres, la Tamise a gelé à plusieurs reprises. Mais plus grave sont les longues périodes de mauvaises récoltes, qui ont abouti à des famines. La population a été réduite en Europe d’environ 30% à cause des maladies et de la faim.

Il est important de réaliser que le PAG est un événement mondial. Elle s’est terminée à la fin du 19ème siècle et fut suivie par l’augmentation de l’activité solaire. Au cours de ces 50 dernières années, l’activité solaire a été au plus haut depuis la période médiévale de l’an 1000. Mais il semble maintenant que le soleil a de nouveau changé, et revient vers ce que les scientifiques appellent un « grand » minimum solaire, comme nous l’avons vu dans le Petit Âge Glaciaire.

Le rapport entre l’activité solaire et le climat à travers les âges est parfois expliqué comme une coïncidence. Pourtant, il s’avère que lorsque qu’on regarde dans l’histoire, et pas seulement dans les 1000 dernières années, il y a un lien. L’activité solaire a plusieurs reprises a oscillé entre forte et basse activité, au cours des 10.000 dernières années.

On peut se demander pourquoi le Groupe d’experts international climatiques du GIEC ne croit pas que l’activité de l’évolution du Soleil influe sur le climat.

En 1996, nous avons découvert une influence surprenante du Soleil – son impact sur la couverture nuageuse de la Terre. Il influence les rayons cosmiques, et l’aide à la formation des nuages.

Quand le Soleil est actif, son champ magnétique est plus important t nous protège contre les rayons cosmiques venant de l’espace extra-atmosphérique, avant d’atteindre notre planète. En orientant la couverture nuageuse de la Terre, le Soleil dirige la température terrestre de haut en bas. Haute activité solaire signifie moins de nuages et un monde plus chaud. Une faible activité solaire apporte un bouclier magnétique plus pauvre contre les rayons cosmiques et le résultat de la couverture nuageuse s’accroit et apporte un refroidissement. Comme le magnétisme du Soleil a doublé en force au cours du 20e siècle, ce mécanisme naturel peut être responsable d’une grande partie du réchauffement climatique.

Depuis que nous avons présenté notre théorie en 1996, il a été soumis à une très forte critique, ce qui est normal en science.

D’abord, il a été dit que le lien entre les nuages et l’activité solaire ne peut être correcte, car aucun mécanisme physique était connu. Mais en 2006, après plusieurs années de travail, nous avons réalisé des expériences au DTU spatial qui a démontré l’existence d’un mécanisme physique. Les rayons cosmiques aident à la formation des aérosols, qui sont les germes de la formation des nuages.

Puis vint la critique selon laquelle le mécanisme que nous avons trouvé en laboratoire ne pouvait pas être possible dans l’atmosphère réelle, et donc n’a pas de signification pratique. Nous venons de rejeter catégoriquement cette critique.

Il s’avère que le Soleil effectue lui-même ce qu’on pourrait appeler des expériences naturelles. Des éruptions solaires géantes peuvent provoquer une variation de l’intensité des rayons cosmiques sur la terre qui plongent tout à coup en quelques jours. Dans les jours suivant l’éruption, la couverture nuageuse peut diminuer d’environ 4%. Et la quantité d’eau liquide dans les gouttelettes de nuages est réduite de près de 7%. Nous avons donc regardé l’activité magnétique du Soleil avec une inquiétude croissante, depuis qu’elle a commencé à décliner au milieu des années 1990. Tout ceci démontre que la formation des nuages a un lien avec l’espace.

Le Soleil s’oriente actuellement vers un « sommeil », vers un minimum en profondeur qui a été proposé par les scientifiques solaire lors d’une réunion à Kiruna en Suède en 2007. En fait, le réchauffement climatique a cessé et un refroidissement commence. Mojib Latif de l’Université de Kiel a fait valoir lors de la Conférence mondiale sur le climat récent de l’ONU à Genève que le refroidissement peut continuer dans les 10 à 20 prochaines années. Son explication était une évolution naturelle dans la circulation de l’Atlantique Nord, et non de l’activité solaire. Mais peu importe comment vous les interpréter, les variations naturelles du climat sont de retour.

Le résultat peut être que le Soleil lui-même est la preuve de son importance pour le climat et nous pouvons contester les théories de réchauffement de la planète. Aucun modèle climatique a prédit un refroidissement de la Terre – bien au contraire. Et cela signifie que les projections du climat futur ne sont pas fiables. La science n’est pas encore en mesure de prévoir l’activité solaire.

Donc, à bien des égards, nous trouvons à un carrefour. L’avenir proche sera extrêmement intéressant. Je pense qu’il est important d’accepter que la nature ne s’occupe pas de ce que les humains pensent. Est-ce que la théorie à effet de serre va survivre à un refroidissement significatif de la Terre ? Pas dans sa forme dominante actuelle. Malheureusement, le climat nous défis et demain sera très différent de la théorie à effet de serre. Peut-être qu’il va devenir à la mode les effets du soleil sur le climat.

Résumé, Adaptation, Traduction de la Terre du Futur

source : http://icecap.us/ Joe D’Aleo météorologiste

 

(149)

Laissez un message

Laissez un message