Dernières Infos

Augusto Mangini met à mal le GIEC

Augusto Mangini est un paléoclimatologue qui enseigne à l’université d’Heidelberg en Allemagne. Il est très critique de l’alarmisme actuel sur le climat orchestré par des organismes aux visées politiques comme le GIEC.

Spécialiste de la reconstruction des températures passées, il a montré dans un article du 5 avril 2007 que les reconstructions utilisées par le GIEC pour appuyer la thèse de l’origine humaine du réchauffement climatique étaient faussées : les périodes de réchauffement ont été atténuées, de même que la rapidité à laquelle elles se sont produites. Pour Augusto Mangini, le réchauffement actuel n’a rien d’une anomalie.

« Je considère que la partie du rapport du GIEC que je peux juger en tant qu’expert – la reconstruction des paléoclimats – est fausse. »

Qu’est-ce qui vous gêne dans les conclusions du GIEC?
Le GIEC estime que le CO2 a une influence déterminante sur les températures et que les variations naturelles sont négligeables. Or mes travaux montrent que le climat a toujours été soumis à des variations considérables, parfois lentes, parfois brutales. De plus, je trouve la méthode des climatologues problématique.

Elle utilise comme températures de référence des températures du début du siècle dernier, une époque où l’Europe sortait tout juste du Petit Age glaciaire et à laquelle il faisait encore très froid. Enfin, les modèles des climatologues ne prennent pas en considération l’influence du rayonnement solaire sur l’atmosphère.

On la connaît encore mal, mais nos données montrent qu’il existe une corrélation entre l’activité du soleil et les périodes avec des hivers plus chauds dans l’hémisphère Nord. Cette corrélation a été confirmée par des carottages opérés dans l’Atlantique Nord et au Groenland.

Que vous inspire le débat actuel?
Il est beaucoup trop émotionnel et dominé par des scientifiques qui n’évoquent pas assez les incertitudes propres aux systèmes climatiques. A moyen terme, cela pourrait porter préjudice à la recherche. Certains éléments indiquent que nous nous acheminons vers une période avec des hivers plus froids. Si cela se confirme, la sanction ne tardera pas: les budgets de recherche seront probablement raccourcis parce que nous ne serons plus crédibles.

sources : http://www.lematin.ch/ / http://www.wikiberal.org/

(201)

Laissez un message